Déjà abonné ?  S'identifier
 

abonnés
Besoin de trouver votre 1ère banque ? Envie de changer de banque ?

Découvrez la banque la moins chère et adaptée à vos besoins avec le comparateur de tarifs bancaires de Que Choisir.

  • Outil simple et rapide
  • Création d’un profil
    ultra-personnalisé
  • Résultats adaptés à votre secteur géographique parmi plus de 120 banques.
Trouver la banque la moins chère
Argent Assurance | Communiqué

Inscriptions à la faculté

L’UFC-Que Choisir met au « banc » les mutuelles étudiantes

En cette période d’inscriptions à la faculté, moment-clé pour le choix de la mutuelle étudiante, l’UFC-Que Choisir rend public ce jour son constat calamiteux sur le fonctionnement de ces organismes privés investis d’une mission de service public et en appelle à une remise à plat d’un système aussi défavorable aux étudiants qu’onéreux pour la collectivité.

Suite à des plaintes d’étudiants sur les services des mutuelles étudiantes, l’association a initié un sondage et une enquête de satisfaction en ligne(1) (837 réponses) en analysant parallèlement le fonctionnement de ces organismes et leurs contrats de complémentaire santé. Quelle que soit la matière étudiée, les mutuelles étudiantes ne méritent qu’un bonnet d’âne.

Information aux étudiants : mention spéciale pour opacité

La distribution, dans un même lieu et par les mêmes organismes privés, de la sécurité sociale étudiante obligatoire et d’activités commerciales facultatives (complémentaire santé, assurance habitation ou automobile, banque, etc.) aboutit à une totale méconnaissance de leurs droits par les jeunes. Ainsi, seuls 39 % des étudiants interrogés ont intégré le rôle premier des mutuelles -remplacer la sécurité sociale de leurs parents- et pas plus de 43 % ont compris que le niveau des remboursements, pour la partie sécurité sociale, est le même quel que soit leur choix. Pire, 37 % des nouveaux étudiants ignorent que les complémentaires santé qu’elles proposent ne sont pas obligatoires.

Rapports à l’assuré : les mutuelles étudiantes au rattrapage

Plus encore que sur la clarté de leur mission, c’est dans leurs relations à l’assuré que les mutuelles ratent leur examen de passage. Ainsi, le tiers des nouveaux inscrits dans les études supérieures attend plus de 3 mois sa carte Vitale, et ne peut donc, pendant ce temps, bénéficier du tiers payant ! Et gare à ceux qui ont la mauvaise idée de contacter leur mutuelle : moins d’un appel sur deux (45 %) aboutit auprès de la LMDE (la principale mutuelle étudiante), contre 88 % pour l’Assurance maladie.

Par ailleurs, les juristes de l’association ont trouvé des clauses abusives dans les contrats de complémentaires santé de toutes les mutuelles étudiantes. Les plus récurrentes portent sur l’impossible résiliation suite à une modification unilatérale des contrats par les mutuelles, notamment sur les cotisations et les remboursements, l’obligation du mode de paiement (prélèvement), des délais trop courts pour la déclaration des sinistres et la limitation des recours en cas de litiges.

Frais de gestion : zéro pointé

Les frais de gestion des mutuelles sur leur mission de sécurité sociale ont représenté pas moins de 93 millions d’euros en 2011, soit 13,7 % des prestations versées. C’est trois fois plus que l’assurance maladie ! Comment ne pas s’en indigner quand on sait que c’est la collectivité qui supporte ces frais qui résultent notamment du caractère concurrentiel du régime, véritable exception en Europe et qui empêche les économies d’échelle ? Que dire enfin d’un mode de financement public des mutuelles qui les pousse à multiplier les dépenses de marketing pour recruter un maximum d’affiliés, donc de financements ?

Convaincue que la santé des étudiants mérite une action ambitieuse, l’UFC-Que Choisir

  • Publie aujourd’hui sur www.quechoisir.org un kit pratique pour guider les étudiants dans le choix de leur complémentaire santé, grâce à des fiches d’information et à un comparatif des principales offres du marché ;
  • Met en demeure les 11 mutuelles étudiantes de supprimer de leurs contrats, sous trois semaines, les clauses abusives qu’ils contiennent ;
  • Demande que la gestion de la sécurité sociale des étudiants soit confiée à l’assurance maladie, ce qui permettrait une économie proche de 90 millions d’euros par an ; mais aussi que les étudiants soient préservés, sur leurs lieux d’études, du démarchage des mutuelles étudiantes pour leurs différentes activités privées.

 

Pour retrouver notre étude complète (5009 ko), cliquer ici

Pour accéder aux principales offres de complémentaires santé étudiantes, cliquer ici




Restez informés !
Recevez
GRATUITEMENT
notre lettre hebdomadaire !
  • 1 contenu payant OFFERT* chaque semaine
  • Actus, tests, enquêtes, réalisés par des experts indépendants
  • Déjà plus de 600 000 inscrits !
*Choix de la Rédaction> En savoir plus
Voir aussi
Exprimez-vous dans notre forum

> Assurance des personnes