Déjà abonné ?  S'identifier
 


Diminuer la policeAugmenter la police Imprimer

Actualité

Obésité

Une pilule en vente libre

Grâce au feu vert de l'Europe, le laboratoire pharmaceutique GSK va pouvoir vendre sans prescription sa pilule anti-obésité. Et ce malgré les effets indésirables et le risque de voir des personnes se procurer ce médicament alors qu'elles n'en ont pas besoin. Et sans aucun contrôle médical.

La nouvelle fait bruisser depuis quelques jours les forums sur Internet, et risque de provoquer à terme une ruée vers les pharmacies : l'Europe vient d'accorder au laboratoire GlaxoSmithKline le droit de vendre sans ordonnance une pilule contre le surpoids. Alli, version « light » d'un médicament déjà disponible sur ordonnance sous le nom de Xenical, sera commercialisée en France juste avant l'été. Un calendrier qui devrait lui assurer un succès immédiat, vu l'impératif de minceur qui pèse au moment des vacances et de la ruée vers les plages. Aux États-Unis, où la molécule est déjà en vente libre, le médicament pointe en troisième place des ventes d'automédication.

Une seule restriction : Alli ne fera pas partie des produits que les officines pourront mettre à disposition des clients devant le comptoir. Il faudra donc, pour obtenir le médicament, passer par le filtre du pharmacien. Qui pourra éventuellement prévenir les clients que l'Orlistat, principe actif de ce médicament, est normalement réservé aux obèses, et qu'il n'a d'effet qu'en combinaison avec un régime pauvre en graisses. Son bénéfice est faible, puisque dans sa version dosée à 120 mg et associé à des mesures diététiques, il fait perdre sur 1 an seulement 3 kg de plus qu'à une personne qui se contente d'un régime.

Diarrhées et ballonnements

Pas sûr, cependant, que cela suffise à freiner les ardeurs des obstinés de la minceur, qui n'ont que quelques kilos à perdre ou s'imaginent avoir des rondeurs en trop... Les effets indésirables les dissuaderont peut-être : agissant par malabsorption des graisses, l'orlistat évacue de l'organisme les vitamines liposolubles comme la vitamine D, et entraîne souvent diarrhées et ballonnements, causes fréquentes d'arrêt du traitement.

L'association Allegro Fortissimo note aussi, à juste titre, que pour atteindre la posologie de la version délivrée sur ordonnance, il suffira d'avaler double dose du médicament en vente libre. Le tout sans le suivi qui s'impose dans le cadre d'une prescription médicale ! Ces risques de dérive n'empêchent pas GSK de faire passer son médicament pour un outil de lutte contre l'obésité. Cerise sur le gâteau : la mise en vente libre permettra au laboratoire de faire de la publicité auprès du grand public.

Pas de pilule d'or cette année

La revue « Prescrire » dévoile chaque année son palmarès des médicaments ayant constitué une réelle avancée pour les patients. Cette année, étant donnée la rareté des molécules innovantes, ses rédacteurs ont décidé de faire l'impasse, et de n'attribuer aucune pilule d'or. Seuls trois médicaments sont « cités » parce qu'ils sont commercialisés sous une forme plus pratique pour les patients. « Ce déficit de nouveautés apportant un progrès même modeste est à confronter avec l'augmentation des nouveautés exposant les patients à des risques injustifiés », souligne le communiqué de « Prescrire ».

Anne-Sophie Stamane


Ce contenu vous a plu ?
Recevez GRATUITEMENT notre lettre hebdomadaire !
  • 1 contenu payant OFFERT chaque semaine
  • Actus, tests, enquêtes, réalisés par des experts indépendants
  • Déjà plus de 600 000 inscrits !

Restez informés !
Recevez
GRATUITEMENT
notre lettre hebdomadaire !
  • 1 contenu payant OFFERT chaque semaine
  • Actus, tests, enquêtes, réalisés par des experts indépendants
  • Déjà plus de 600 000 inscrits !
Voir aussi
  • Rimonabant
    Mieux vaut tard que jamais octobre 2008
  • Pilules minceur
    Alerte sanitaire novembre 2008
  • Obésité
    Rapport parlementaire sur la prévention de l'obésité : transformer l'essai en mesures législatives septembre 2008
Exprimez-vous dans notre forum

> Médicament