Sports d’hiver Dans quels cas peut-on se faire rembourser son forfait de ski ?

Sports d’hiver

Dans quels cas peut-on se faire rembourser son forfait de ski ?

Publié le : 20/02/2018 

Entre la location du logement, les transports et le forfait de ski, les vacances aux sports d’hiver représentent un budget conséquent. La crainte numéro un : ne pas pouvoir profiter des pistes comme prévu. Confronté à une impossibilité d’accéder aux remontées mécaniques, vous pourrez obtenir le remboursement de votre forfait, mais seulement dans certaines circonstances.

 

Graal indispensable à l’accès aux remontées mécaniques et aux pistes, le forfait de ski coûte cher. S’élevant à plusieurs centaines d’euros par semaine pour un adulte, il mérite d’être étudié à l’avance afin d’éviter tout désagrément sur place. Quand les vacances se déroulent comme prévu et qu’on peut l’utiliser sur toute sa durée de validité, on en a pour son argent. En revanche, en cas d’imprévu empêchant de profiter des pistes, obtenir un dédommagement n’est pas automatique.

Les remontées mécaniques sont à l’arrêt

Si l’impossibilité d’accéder aux remontées mécaniques (transports permettant d’atteindre le haut des pistes : télésiège, téléski, téléphérique…) est liée à un événement dont vous n’êtes pas responsable (panne d’électricité, intempéries, matériel endommagé…), « l’exploitant devrait être tenu au remboursement du prix payé par le consommateur », selon la recommandation no 86-02 de la Commission des clauses abusives (CCA). Cette dernière fait office de document de référence sur le sujet, en l’absence de réglementation propre au domaine des remontées mécaniques. Mais les différentes stations sont libres d’imposer leurs modalités. Ainsi, elles proposent le plus souvent, comme stipulé dans leurs conditions générales de vente (CGV), les trois types de compensation suivantes : la prolongation immédiate du forfait, un avoir valable jusqu’à la fin de la saison suivante ou un remboursement pécuniaire différé (plusieurs mois d’attente sont parfois à prévoir) au prorata du temps de blocage des transports. Les conditions d’indemnisation varient, notamment en fonction de la durée d’interruption, de celle du forfait et du nombre de remontées mécaniques indisponibles (50 %, 75 %, totalité, « nombre significatif »…).

Certaines stations disposent de tarifs remisés à la journée lors d’intempéries, pour compenser la fermeture de certains accès.

Vous avez un accident de ski

L’exploitant ne vous dédommagera pas si vous êtes victime d’un accident vous empêchant de skier pendant votre séjour. Votre seul recours : l’assurance, qui pourra prendre en charge non seulement le prix de votre forfait au prorata des jours non utilisés, mais aussi les frais de transport nécessaires (civière, ambulance, hélicoptère…). Au moment de la souscription de votre forfait, une telle couverture vous est souvent proposée. Outre les remboursements qu’elle permet, elle vous évitera notamment d’avancer les frais médicaux sur place. Cela dit, vous en bénéficiez peut-être déjà sans le savoir : des garanties similaires peuvent être à l’œuvre dans votre assurance habitation, adossées à votre carte bancaire (Visa Premier ou Gold) ou encore grâce à une garantie accidents de la vie.

Si vous tombez malade et êtes alité, vous ne serez pas nécessairement indemnisé : nombreuses sont les polices dédiées qui ne couvrent que les maladies graves nécessitant une hospitalisation.

Vol, perte ou destruction du forfait

La CCA considère comme abusive une clause mentionnant le non-remplacement du forfait à la suite d’une perte, d’un vol ou d’une destruction. Un duplicata doit vous être fourni, moyennant votre justificatif d’achat, et d’éventuels frais de gestion associés (qui ne dépassent généralement pas une dizaine d’euros).

Nos conseils

Avant de partir mais surtout d’acheter votre forfait de ski, consultez les CGV de la station dans laquelle vous vous rendez afin de vérifier les conditions d’indemnisation. Si ces dernières apparaissent trop restrictives, vous aurez la possibilité de les contester en cas de litige, en faisant valoir un déséquilibre au contrat : la clause pourra être considérée comme abusive par le juge.

Ne souscrivez pas d’assurance spécifique avant d’avoir vérifié si vos contrats multirisques habitation ou carte bancaire comportent les mêmes couvertures ou si vous bénéficiez d’une garantie accidents de la vie (GAV). Vous paieriez pour un service dont vous disposez déjà. De plus, sachez que les contrats adossés aux forfaits comportent de nombreuses exclusions.

Une fois que vous avez payé votre forfait (sur place ou à distance), conservez votre justificatif d’achat, il pourra vous être demandé pour un dédommagement ou la remise d’un duplicata.

En cas d’incertitude météorologique, opter pour une formule à la journée s’avère plus prudent. Les démarches d’indemnisation se révèlent souvent longues et fastidieuses.

Marie Bourdellès