Windows 10 Microsoft cesse enfin la mise à jour forcée

Windows 10

Microsoft cesse enfin la mise à jour forcée

Publié le : 30/06/2016 

Depuis plusieurs semaines, l’UFC-Que Choisir reçoit des dizaines de témoignages de consommateurs outrés par la mise à jour forcée de leur PC vers Windows 10. Notre association n’est pas la seule : le « bad buzz » autour de cette pratique a fait le tour du Web. Microsoft ne s’en est jamais ému, trop concentré sans doute sur son objectif d’installer le système dans 1 milliard d’appareils à l’horizon 2018. À un mois du 29 juillet, date à laquelle Windows 10 deviendra payant et donc (encore) moins attractif, l’éditeur change le processus. C’est un peu tard.

 

Et non, finalement, tard ne vaut pas toujours mieux que jamais. Onze mois après le lancement de Windows 10, Microsoft se décide enfin à modifier le processus de mise à jour des PC sous Windows 7 et Windows 8.1. Jusqu’à présent, les utilisateurs voyaient une fenêtre s’afficher sur leur écran les informant d’une mise à jour imminente de leur système. Les plus attentifs avaient remarqué qu’ils pouvaient la retarder en choisissant eux-mêmes une date et une heure précise. Mais la plupart fermaient cette intempestive fenêtre sans prêter attention au message, cliquant par réflexe sur la croix rouge située en haut à droite. Sans le savoir, ils acceptaient, de fait, la mise à jour. Estimant, à juste titre, qu’on leur avait forcé la main, des dizaines d’utilisateurs ont manifesté leur mécontentement en sollicitant l’UFC-Que Choisir, en multipliant les témoignages sur Internet et auprès de la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés). « Nous avons peut-être été un peu maladroits dans la mise en page », admet du bout des lèvres Agnès Van de Walle, directrice de la division Windows et Devices chez Microsoft France. C’est le moins que l’on puisse dire !

 

windows 10 maj
Les utilisateurs pourront décliner la mise à jour vers Windows 10 alors que la dernière version de la fenêtre (à droite) exigeait beaucoup d’attention pour annuler la mise à jour.

Désormais, les utilisateurs vont pouvoir décliner l’offre. Microsoft change en effet la fenêtre de mise à jour, qui contiendra désormais un bouton explicite de refus. « La croix rouge va reprendre son rôle de fermeture de fenêtre », précise la dirigeante. Faut-il se réjouir de cette soudaine volte-face alors que les consommateurs se plaignent depuis des semaines ? Pas forcément. Microsoft donne plutôt l’impression de se donner bonne conscience. Car dans un mois, le 29 juillet exactement, Windows 10 deviendra payant (lire encadré) alors qu’il était gratuit pour les utilisateurs de PC sous Windows 7 et Windows 8.1 depuis son lancement en juillet 2015. Cette échéance clôt la période « bénie » pendant laquelle Microsoft pouvait nicher facilement son nouveau système, contribuant significativement à son objectif affiché : installer Windows 10 dans 1 milliard d’appareils d’ici à 2018. Une fois le système payant, le rythme des installations ralentira forcément. Mais Microsoft l’aura déjà soutenu, un peu artificiellement, pendant onze mois… sur douze.

Windows 10, gratuit ou payant ?

Depuis le lancement de Windows 10, en juillet 2015, Microsoft propose aux utilisateurs de PC sous Windows 7 et Windows 8.1 de migrer gratuitement vers le nouveau système. Si vous avez déjà procédé à la mise à jour, il est définitivement installé sur votre ordinateur (il ne s’agissait pas d’une version d’essai ou incomplète), vous n’avez rien à payer. Si ce n’est pas encore le cas, dépêchez-vous : à partir du 29 juillet 2016, Windows 10 deviendra payant pour tous. Windows 10 Famille coûtera 135 €,  Windows 10 Pro 279 €. Si votre ordinateur est ancien ou qu’il fonctionne sous Windows XP ou Vista, assurez-vous que sa configuration permet d’accueillir Windows 10. Ce n’est probablement pas le cas…
 

Configuration minimale requise pour Windows 10 :

  • Processeur 1 GHz ou plus rapide ou SOC
  • RAM : 1 Go pour système 32 bits ou 2 Go pour système 64 bits
  • Espace sur le disque dur : 16 Go pour système 32 bits ou 20 Go pour système 64 bits
  • Carte graphique : DirectX 9 ou version ultérieure avec pilote WDDM 1.0
  • Écran : 800 x 600