ACTUALITÉ
Shrinkflation

L’obligation d’affichage peu respectée

Depuis le 1er juillet, les enseignes de la grande distribution sont tenues d’informer les clients des cas de « shrinkflation », c’est-à-dire le camouflage d’une hausse de prix au kilo ou au litre par la réduction des quantités emballées. Nous avons envoyé nos enquêteurs dans les magasins pour le vérifier, et le résultat n’est pas glorieux.

Les distributeurs savent communiquer pour assurer leur promotion. Nettement moins pour signaler à leurs clients des informations plus désagréables, comme des hausses de prix en rayon… Pourtant, ils sont tenus d’indiquer, depuis le 1er juillet, les cas de « shrinkflation » (ou « réduflation »), une pratique qui consiste à rendre une hausse de prix au kilo ou au litre imperceptible aux yeux du consommateur en réduisant la quantité contenue dans l’emballage. Dans un contexte de prix élevés, les exemples se sont multipliés ces derniers mois.

Contestable, la shrinkflation est, en général, légale, si les fabricants prennent soin d’indiquer la nouvelle quantité, de signaler un nouveau format et d’attribuer un nouveau code-barre (EAN). Mais le gouvernement a décidé de s’y attaquer, peut-être pour faire oublier l’échec du « panier anti-inflation » lancé l’an dernier pour juguler l’inflation sur les produits de grande consommation. Il publiait le 16 avril un arrêté « réglementant l’information des consommateurs sur l’augmentation des prix des produits dont la quantité a diminué » : les enseignes ont l’obligation d’apposer des affichettes pour signaler les produits faisant l’objet d’une shrinkflation, selon la stratégie très anglo-saxonne du « name & shame » (« nommer et couvrir de honte »).

Des affichettes sont publiées avec des erreurs manifestes, comme celle-ci annonçant une hausse de 192 % du prix.

Aucun affichage dans 95 % des magasins

Mais se sont-elles réellement conformées à cette obligation ? Nous avons envoyé nos enquêteurs en magasin dans toute la France pour le vérifier. Du 1er au 6 juillet, ils ont visité 423 supermarchés et hypermarchés. Conclusion : dans 95 % des magasins, aucun affichage n’a été observé. Et quand il y en a, les affichettes sont rares et partielles.

​​​​​​Seules 3 enseignes semblent s’y être conformées : les coopératives U, E.Leclerc et Carrefour. Aucune des autres n’a mis en place la moindre affichette dans les magasins enquêtés. Pourtant, les témoignages se multiplient, qui plus est sur des marques nationales présentes dans toutes les enseignes.

Quand elle existe, la qualité de l’affichage est aléatoire. Il s’agit de feuilles imprimées, parfois plastifiées, accrochées à proximité des produits. Mais l’information n’est pas toujours complète : il manque parfois le changement de conditionnement, ou l’ampleur de la hausse de prix au kilo. Certaines comportent visiblement des erreurs, à l’instar de celle mentionnant une hausse de 192 % sur un thé Lipton ! D’autre signalent des produits dont le prix est pourtant resté stable, ou dont le conditionnement est identique depuis deux ans, etc. Enfin, les affichettes sont laissées à la libre rédaction de chacun, et se superposent aux diverses offres et promotions, au risque d’induire la confusion dans l’esprit des clients…

Quand les affichettes « shrinkflation » s’ajoutent à celles annonçant des promotions.

Shrinkflation - Une inflation cachée par des emballages plus petits
Prix des produits - Les astuces des fabricants

Soutenez-nous, rejoignez-nous

La force d'une association tient à ses adhérents ! Aujourd'hui plus que jamais, nous comptons sur votre soutien. Nous soutenir

image nous soutenir

Newsletter

Recevez gratuitement notre newsletter hebdomadaire ! Actus, tests, enquêtes réalisés par des experts. En savoir plus

image newsletter