Déjà abonné ?  S'identifier
 



Diminuer la policeAugmenter la police Imprimer

Actualité

Aliments anticholestérol

L’Agence sanitaire les déconseille

La margarine Proactiv et les yaourts Danacol sont achetés à prix d’or par des consommateurs soucieux de préserver leur santé cardiovasculaire. Mais selon l’Agence française de sécurité sanitaire (Anses), leur efficacité n’est pas prouvée et l’effet inverse n’est pas exclu.

Margarine Proactiv (Unilever), yaourts Danacol (Danone) : les spécialités à base de phytostérols sont désormais bien connues de ceux qui cherchent à réduire leur taux de cholestérol. Ils comptent sur ces produits pour les aider à éviter les maladies cardiovasculaires. Et ils ont bien tort, si l’on en croit l’avis que publie aujourd’hui l’Agence française de sécurité sanitaire (Anses). Ses conclusions sont claires : « Il n’est pas possible de se prononcer sur l’effet des phytostérols et des phytostanols (1) sur la morbidité [les maladies, NDLR] et la mortalité cardiovasculaires […]. Les données disponibles ne permettent pas de considérer les aliments enrichis en phytostérols/stanols comme un moyen approprié de prévention des maladies cardiovasculaires. » Plus précisément, non seulement aucune étude n’a montré un quelconque effet positif de ces produits sur ces pathologies, mais ils pourraient même avoir des conséquences délétères.

C’est grâce à l’UFC-Que Choisir que les experts de l’Anses se sont penchés sur la question. Depuis le lancement de ces produits, nous sommes dubitatifs. Certes, ils font bien baisser le taux de « mauvais » cholestérol (cholestérol LDL). Mais agir sur un marqueur de risque, un résultat d’analyse pour simplifier, ne revient pas forcément à agir sur le risque de maladie lui-même. Nous étions d’autant plus sceptiques que certaines études avaient montré une association entre taux élevé de phytostérols dans le sang et surrisque cardiovasculaire. Nous soupçonnions donc que, loin d’avoir l’effet protecteur que l’on attend d’eux, les produits à base de phytostérols pourraient au contraire favoriser les crises cardiaques et autres accidents vasculaires cérébraux. L’UFC-Que Choisir a donc saisi en janvier 2010 l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments, ancêtre de l’actuelle Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire), à la suite de quoi l’Agence a mené des recherches approfondies dont rend compte aujourd’hui son avis.

Beaucoup d’éléments à charge pour les alicaments

Rappelons le seul fait avéré à propos de ces produits enrichis : un apport en phytostérols de 1,5 à 2,4 g (c’est-à-dire concrètement au moins 20 g de margarine ou deux yaourts, chaque jour, sans jamais s’arrêter) peut induire une baisse du mauvais cholestérol de 7 à 10,5 %. Point. Qu’ajoute aujourd’hui l’Anses ? D’abord, elle précise les données de consommation, fruits de sa propre enquête : les apports moyens de phytostérols chez les consommateurs d’aliments enrichis sont de 900 mg/jour seulement, donc bien en deçà du seuil efficace. Seuls 10 % des consommateurs de ces produits atteignent les 1,5 g/jour à partir desquels un effet a été montré.

Par ailleurs, l’agence souligne, après avoir épluché la littérature scientifique récente :

– que 30 % des consommateurs sont « non répondants » : chez eux, la consommation de phytostérols n’a aucun effet sur la cholestérolémie. Cela a été montré par cinq études cliniques ;

– que la consommation de ces aliments entraîne une augmentation des concentrations en phytostérols dans le sang « dont on ne connaît pas les conséquences sur le risque cardiovasculaire ». En effet, les études sont contradictoires, mais dès lors que plusieurs montrent une association positive entre taux de phytostérols élevés dans le sang et risque cardiovasculaire, l’augmentation du risque ne peut être exclue. D’autant que, chez les patients qui souffrent d’hyperphytostérolémie, une maladie où les taux de phytostérols sont, certes, très largement plus élevés que ce qu’on peut obtenir avec des produits enrichis, ces taux sont clairement facteurs de risque ;

– que la consommation de phytostérols, dès 1,1 g/jour, fait baisser la concentration dans le sang de bêtacarotène. Or on sait que des taux faibles de bêtacarotène sont un facteur de risque cardiovasculaire.

Cela fait beaucoup d’éléments à charge pour ces « alicaments ». Rappelons que ces produits ne doivent de toute façon pas être consommés par les femmes enceintes et allaitantes car on ne connaît pas les conséquences sur le fœtus et le nourrisson allaité. Ni par les enfants, car il n’est pas pertinent de vouloir moduler la cholestérolémie d’un enfant, sauf pathologie particulière qui sera alors prise en charge médicalement. Or, d’après l’étude de consommation menée par l’Anses, 10 des 80 consommateurs de produits enrichis repérés dans son panel étaient des enfants. Si les mentions d’étiquetage n’imposent un avertissement que pour les enfants de moins de 6 ans, l’Anses « estime que les produits enrichis en phytostérols/stanols ne doivent pas être consommés par les enfants, quel que soit leur âge, sauf avis médical spécifique ».

Enfin, l’agence rappelle que « la maladie athéromateuse est multifactorielle et qu’il convient de prendre en compte chacun des facteurs impliqués par des mesures hygiéno-diététiques appropriées, telles que l’arrêt du tabagisme, l’augmentation de l’activité physique, la réduction de la sédentarité et l’amélioration de l’équilibre alimentaire en veillant à une forte consommation de fruits et légumes, un apport équilibré en acides gras et une consommation modérée de sucres et de sel ». Des mesures qui ont prouvé leur efficacité, elles.

1. Composés proches des phytostérols. Une margarine enrichie, Ilo, a été vendue pendant quelques années mais a été retirée des rayons, si bien qu’il n’existe pas de produit enrichi en phytostanols sur le marché français à l’heure actuelle.

 

Les œillères de l’Agence européenne de sécurité alimentaire

Le « cas phytostérols » illustre à merveille la position absurde de l’Agence européenne de sécurité alimentaire (Aesa) en matière d’allégations santé. Elle se prononce en examinant les dossiers sans égard pour le contexte global, avec une étroitesse d’esprit qui nuit à la santé publique. Ainsi, dans ce cas précis, dès lors qu’un industriel montre que la consommation de ses produits réduit le cholestérol LDL, l’Agence l’autorise à le clamer, sans chercher à savoir si par ailleurs d’autres facteurs de risque cardiovasculaire ne seraient pas amplifiés. Plus précisément, l’allégation admise par l’Aesa est ainsi rédigée : « Il a été démontré que les phytostérols et phytostanols réduisaient le cholestérol sanguin. Une cholestérolémie élevée constitue un facteur de risque de développement d’une maladie cardiaque coronarienne. » On laisse le consommateur traduire : les phytostérols réduisent le risque cardiovasculaire. Ce qui n’est pas prouvé, l’Agence le sait bien. Mais elle s’en lave les mains : officiellement, ce n’est pas elle qui fait le lien entre les deux phrases.

Autre exemple, celui de la consommation de vitamines et minéraux, pour lesquels l’Agence européenne a autorisé une myriade d’allégations sans chercher à savoir si les consommateurs européens en avaient besoin ni si la consommation de compléments alimentaires en contenant pouvait avoir des effets négatifs. Même chose pour les substituts de repas, autorisés à annoncer « le remplacement de deux repas par jour par notre produit contribue à la perte de poids » alors qu’une telle solution est jugée aberrante par les nutritionnistes et risque surtout de conduire à une perte des repères alimentaires, source de prise de poids à long terme. L’Anses appelle de ses vœux une prise en considération plus globale des bénéfices et des risques dans les évaluations menées par l’agence européenne. Reste à espérer qu’elle sera relayée par d’autres agences sanitaires nationales et parviendra à infléchir la « jurisprudence » communautaire.

 

L’UFC-Que Choisir pose la question de la commercialisation des margarines et yaourts anticholestérol

Suite à l’avis de l’Anses, l’UFC-Que Choisir exige de la part des autorités nationales et européennes une réévaluation globale des bénéfices et des risques éventuels de ces produits. Et déconseille leur consommation tout en rappelant aux consommateurs concernés par le risque cardiovasculaire la nécessité de consulter un professionnel de santé, plutôt que de s’en remettre à l’industrie agro-alimentaire.

Fabienne Maleysson


Ce contenu vous a plu ?
Recevez GRATUITEMENT notre lettre hebdomadaire !
  • 1 contenu payant OFFERT* chaque semaine
  • Actus, tests, enquêtes, réalisés par des experts indépendants
  • Déjà plus de 600 000 inscrits !
*Choix de la Rédaction> En savoir plus

Restez informés !
Recevez
GRATUITEMENT
notre lettre hebdomadaire !
  • 1 contenu payant OFFERT* chaque semaine
  • Actus, tests, enquêtes, réalisés par des experts indépendants
  • Déjà plus de 600 000 inscrits !
*Choix de la Rédaction> En savoir plus
Voir aussi
Exprimez-vous dans notre forum

> Produit alimentaire