Déjà abonné ?  S'identifier
 

Santé Bien-être | Communiqué

Traitement de la DMLA

Avastin / Lucentis: après l’Autorité de la Concurrence, l’UFC – Que Choisir saisit les pouvoirs publics

Traitement de la DMLA

Alors que la polémique enfle sur le coût du traitement de la DMLA avec le seul médicament autorisé, le Lucentis, l’UFC-Que Choisir, refusant un inadmissible statu quo, a agi pour faire la lumière sur le passé et pour régler le problème pour l’avenir. Outre la saisine, il y une semaine, de l’Autorité de la Concurrence à propos de potentielles pratiques anti-concurrentielles des laboratoires Roche et Novartis, l’UFC-Que Choisir presse aujourd’hui le gouvernement de publier sans délai le décret qui permettra aux autorités sanitaires d’enfin autoriser un traitement moins coûteux de la DMLA, l’Avastin.

Monopole de Lucentis : un surcoût d’au moins 300 millions d’euros par an

Le principal médicament utilisé pour traiter la DMLA, une grave maladie des yeux, est le Lucentis (laboratoire Novartis), dont le traitement coûte près de 900 € par mois. Ce médicament est ainsi devenu la plus grosse dépense de médicaments de l’Assurance maladie, avec un coût pour la collectivité de 428,6 millions d’euros en 2013, en progression très rapide de plus de 40 % en deux ans.  Une alternative nettement moins coûteuse existe pourtant : il s’agit d’utiliser l’Avastin (laboratoire Roche), à l’origine conçu comme un médicament anti-cancéreux mais dont l’efficacité dans le traitement de la DMLA est désormais scientifiquement avérée. Mais en l’état, l’Avastin ne peut pas être prescrit pour cette indication, son Autorisation de mise sur le marché (AMM) le cantonnant à son rôle d’anti-cancéreux. Au minimum trois fois moins coûteux que le Lucentis, l’Avastin représente une économie potentielle de 300 millions d’euros par an.

Après la condamnation italienne, l’UFC-Que Choisir a saisi l’Autorité de la Concurrence française 

Roche, le laboratoire qui commercialise l’Avastin, n’a pas déposé de demande d’extension de son AMM, qui permettrait pourtant que son médicament puisse être utilisé pour soigner la DMLA. Faut-il s’en étonner, alors que par un jeu complexe de licences et de participations capitalistiques croisées, Roche est rémunéré quand son concurrent Novartis vend du Lucentis ? En Italie, les deux laboratoires viennent d’être condamnés à 182,5 millions d’euros d’amende par l’Autorité de la concurrence italienne, pour des pratiques visant justement à empêcher l’utilisation de l’Avastin dans le traitement de la DMLA. Suite à cette condamnation, l’UFC-Que Choisir a donc saisi l’Autorité de la Concurrence française et constate avec satisfaction que celle-ci procède actuellement à des investigations.

Un décret en souffrance qui permettrait l’utilisation de l’Avastin pour traiter la DMLA

Alors que l’intérêt de l’Avastin dans le traitement de la DMLA ne fait plus de doute (même efficacité pour un coût très réduit), le gouvernement doit aujourd’hui rendre possible son utilisation. Pour ce faire, il doit publier sans délai le décret mettant en place les Recommandations temporaires d’utilisation (RTU) pour motif économique, en souffrance depuis plus d’un an. Cette procédure permettra ensuite à l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) d’autoriser l’usage de l’Avastin pour soigner la DMLA, à moindre coût pour l’Assurance maladie.

Pourquoi une telle passivité : une enquête parlementaire s’impose

La passivité des pouvoirs publics et autorités sanitaires dans ce dossier est aussi étonnante que préjudiciable pour les usagers du système de santé. Loin d’être limitée au seul cas de la DMLA, les dysfonctionnements passés ont pu ou pourraient concerner d’autres problèmes de santé publique. Dès lors, les parlementaires doivent user de leur mission de contrôle pour faire toute la lumière sur la responsabilité de ces errements et proposer des pistes de réformes pour que cette situation aberrante ne se reproduise plus.

Attachée à la qualité des soins ainsi qu’à la soutenabilité financière de notre système de santé, l’UFC-Que Choisir :

  • A saisi le 03 avril dernier l’Autorité de la Concurrence à propos des éventuelles pratiques anti-concurrentielles des laboratoires Roche et Novartis
  • Presse le gouvernement de publier enfin le décret sur les RTU pour motif économique qui permettra à l’ANSM d’autoriser l’Avastin dans le traitement de la DMLA
  • Exhorte les parlementaires à mettre en place une commission d’enquête.



Restez informés !
Recevez
GRATUITEMENT
notre lettre hebdomadaire !
  • 1 contenu payant OFFERT* chaque semaine
  • Actus, tests, enquêtes, réalisés par des experts indépendants
  • Déjà plus de 600 000 inscrits !
*Choix de la Rédaction> En savoir plus
Voir aussi
  • Avastin
    Enfin autorisé dans la DMLA ? mars 2014
  • Avastin
    Le reconditionnement autorisé octobre 2013
  • Ophtalmologie
    L’Avastin efficace, moins cher, mais interdit mai 2013
Exprimez-vous dans notre forum

> Médicament