Déjà abonné ?  S'identifier
 

Auto | Guide d'achat

Diminuer la policeAugmenter la police Imprimer

GPS

Bien choisir son GPS

Les GPS autonomes constituent la solution de navigation routière la plus répandue. Leur prix a fondu au cours des dernières années et leur utilisation est globalement simple et intuitive.

Test Que Choisir : Comparatif GPS

 

 

 

GPS Mio Spirit

Un budget de 100 à 400 €

Chahutés d’un côté par les systèmes intégrés aux voitures en première monte, bousculés de l’autre par les applications sur smartphone, les boîtiers GPS ont connu des jours meilleurs. De nombreux fabricants ont disparu ces dernières années, pour laisser place libre aux acteurs comme TomTom, Garmin ou Mio.

Un boîtier coûte entre 100 et 400 €. Le prix varie en fonction de la diagonale de l’écran, de la zone géographique couverte par la cartographie intégrée (France, Europe, Monde, etc.), et du degré de services inclus dans le pack.

Des écrans plus grands

Trop d’informations à l’écran nuisent à la lisibilité de la carte

Trop d’informations à l’écran nuisent à la lisibilité de la carte.

L’offre actuelle est principalement constituée d’écrans de 4,3 et 5 pouces, soit 10,9 et 12,7 cm. Une taille suffisante pour que les informations soient bien lisibles. Vu leur qualité globale, il n’y a pas lieu de s’inquiéter au moment de l’achat. Toutefois, la lisibilité dépend beaucoup du logiciel de traitement de l’information. Certains appareils n’affichent la carte que sur une partie de l’écran, réservant l’espace restant à l’affichage de la vitesse ou du kilométrage. Le basculement automatique en mode nuit est par ailleurs appréciable. Il évite au conducteur d’être ébloui quand il entre dans un tunnel, par exemple. Mais le plus souvent, il faut activer ce mode. Il est souhaitable de pouvoir y avoir accès le plus simplement possible depuis l’écran de navigation.

Cartographie Navteq ou TeleAtlas, mais surtout… à jour !

Tous les constructeurs de GPS se fournissent chez Navteq (qui appartient à Nokia) ou chez TeleAtlas (propriété de TomTom), les deux seuls fournisseurs de cartes numériques. Nos tests révèlent une plus grande précision chez Navteq.

Maintenir ses cartes à jour est fondamental pour un guidage efficace (sens, ronds-points, nouvelles voies… 10 à 15 % du réseau routier environ change chaque année). C’est là un point très important à prendre en compte au moment de l’achat. En effet, certains GPS sont vendus avec des mises à jour cartographiques à réaliser ultérieurement. Garmin a même fait un argument massue de son service de « cartographie à vie », qui permet de mettre à jour son GPS quatre fois par an pendant toute la durée de vie de l’appareil (service « LM » pour « Life Map »). Compris dans certains packs, ce service est facturé 90 € lorsqu’on l’achète seul. Chez TomTom, le pack de quatre mises à jour coûte 75 €… par an.  

Points d’intérêt, info-trafic et zones de danger

Tous les GPS sont livrés avec une base de données comprenant des points d’intérêt (restaurants, banques, pharmacies, etc.). En revanche, la compatibilité avec le TMC (Traffic Message Chanel) n’est pas systématique. Ce protocole de codage permet de communiquer des informations routières par les ondes FM, mais il ne permet de couvrir que les grands axes et n’est mis à jour que toutes les 5 minutes. Le TMC « Premium » est déjà plus précis, car il couvre les grands centres urbains et leurs alentours. Mais nos tests ont percé les limites du système, qui n’est en général pas capable de connaître l'état du trafic sur les plus petits axes. Résultat : l’itinéraire bis proposé peut être tout aussi bouché que le trajet initial.

Enfin, la loi interdit désormais l’affichage des radars. Les GPS alertent donc de « zones de danger », qui signalent un virage dangereux, une forte pente, une limitation de vitesse temporaire, un accident, un bouchon, ou… un radar. Ce service est généralement payant, il coûte par exemple 15 €/an (ou 5 € pour un téléchargement unique) chez Garmin.

Services « Live », une dimension « temps réel »

Un GPS connecté permet d’éviter les bouchons.

Un GPS connecté permet d’éviter les bouchons.

Certains boîtiers sont connectés à Internet, grâce à une carte SIM. Grâce à cette connexion, les informations relatives à ces services sont mises à jour en temps réel. Ainsi, l’info-trafic prend en compte les accidents, les travaux, les embouteillages et devient donc plus précise. Les heures d’arrivée sont également plus fiables. L’utilisateur peut aussi connaître la météo ou bien le prix des carburants. Il peut aussi faire une recherche locale (carburants, restaurant, banque, etc.) avec le moteur de recherche Google au lieu d’utiliser la base statique de points d’intérêt. Enfin, les « zones de danger » se précisent avec le signalement, entre autres, des radars mobiles. Ces gammes de GPS connectés s’appellent « Live » chez TomTom ou encore « nülink » chez Garmin. Aucun abonnement téléphonique n’est nécessaire, mais les services sont payants. TomTom et Garmin offrent la première année d’utilisation, il faut ensuite souscrire un abonnement (50 €/an chez TomTom et 30-50 €/an chez Garmin).

Fonctions annexes

Certains boîtiers offrent des fonctions annexes, comme le stockage de photo ou de musique. Ils sont aussi parfois équipés d’une puce Bluetooth pour être connecté au téléphone mobile du conducteur et faire ainsi office de kit mains libres.

Les différents GPS de voiture

 

GPS autonome

GPS autonome

 

Logiciel sur smartphone

GPS sur smartphone

 

GPS intégré

GPS integré
Les + - Utilisable dans différents véhicules

- Solution économique

- Toujours sur soi

 

- Intégration harmonieuse dans le tableau de bord

- Son (raccordé aux enceintes)

- Positionnement souvent plus rapide qu’avec un appareil autonome (raccordé à l’antenne de la voiture)

Les -

- Peut tenter les voleurs

- Parfois encombrant

- Achat conseillé d’un support et d’un câble allume-cigare - Prix à l’achat et mises à jour onéreuses

Les autres GPS

Marine Garmin

Il existe aussi des GPS pour moto et scooter (étanches et équipés d’un écran adapté aux gants), pour poids-lourds ou encore pour caravane (indiquant les ponts trop bas ou les points d’intérêts spécifiques comme les aires de camping). Les GPS autonomes proposent parfois aussi un mode piéton (évitant les autoroutes) ou vélo. Depuis peu, certains fabricants visent même les cyclistes avec un boîtier dédié, basé sur une cartographie spécifique (intégrant les pistes cyclables ou les chemins de forêt). Enfin, randonneurs et marins peuvent aussi profiter de GPS conçus pour leurs activités sur terre (cartes topographiques) et sur l’eau (cartes marines).

Test Que Choisir : Comparatif GPS

Camille Gruhier


Ce contenu vous a plu ?
Recevez GRATUITEMENT notre lettre hebdomadaire !
  • 1 contenu payant OFFERT chaque semaine
  • Actus, tests, enquêtes, réalisés par des experts indépendants
  • Déjà plus de 600 000 inscrits !

Restez informés !
Recevez
GRATUITEMENT
notre lettre hebdomadaire !
  • 1 contenu payant OFFERT chaque semaine
  • Actus, tests, enquêtes, réalisés par des experts indépendants
  • Déjà plus de 600 000 inscrits !
Voir aussi
Exprimez-vous dans notre forum

> Pièce détachée