Déjà abonné ?  S'identifier
 



Diminuer la policeAugmenter la police Imprimer

Guide d'achat

Poêles à granulés

Bien régler son poêle à granulés

L’achat d’un poêle à granulés ne doit pas se faire au hasard. Voici les critères à prendre en compte et les éléments importants qu’il faut avoir à l’esprit.

Test Que Choisir : Comparatif Poêles à granulés

poele.jpg

La puissance

C’est un critère incontournable. On peut être tenté de prendre un poêle plus puissant que nécessaire, au cas où… C’est une grave erreur, il ne va jamais tourner à plein régime. Or un poêle qui fonctionne exclusivement au ralenti s’encrasse plus, consomme plus et demande plus d’entretien. Il ne faut jamais surdimensionner, la puissance doit correspondre au plus juste des besoins.

La programmation

C’est un atout essentiel des poêles à granulés : la programmation  optimise leur fonctionnement et réduit la consommation de combustible. Grâce à la programmation journalière et hebdomadaire, ils se déclenchent à la demande, un peu avant le réveil ou le retour au domicile. Les modèles équipés de sondes de température permettent une régulation très précise.

Le déclenchement à distance

Pouvoir déclencher la mise en marche du poêle à granulés à distance peut grandement améliorer le confort d’une résidence secondaire, et même celui du logement principal si on s’absente souvent pour plusieurs jours. Cette fonction n’est cependant pas disponible sur tous les modèles. 

La capacité du réservoir

C’est une lapalissade, le degré d’autonomie du poêle dépend de la capacité du réservoir. Entre 15 et 35 kg, le rythme de recharge en granulés n’est pas le même.

La convection, naturelle ou forcée

En convection naturelle, la chaleur est diffusée dans la pièce par les sorties d’air du poêle, sans aucune aide. En convection forcée, un ventilateur pulse l’air chaud dans la pièce.

La plupart des poêles à granulés sont équipés d’un ventilateur, certains de deux. La chaleur se répartit mieux, la pièce se réchauffe plus vite qu’en convection naturelle.

À l’inverse, l’atout principal de la convection naturelle est précisément cette absence de ventilateur et surtout du bruit de fond qu’il génère inévitablement. Ce peut être un critère de choix pertinent pour les personnes allergiques au moindre bruit.

Le niveau sonore

« On a toujours un petit bruit de fond avec un poêle à granulés. À puissance maxi, le ventilateur génère même un niveau sonore conséquent », prévient Yann Crévolin. Une campagne de mesures a été menée sur huit logements équipés. Conclusion : « Alors que les relevés indiquent des niveaux sonores supérieurs à la limite réglementaire, les occupants ne semblent pas affectés par le bruit de fonctionnement. » C’est à puissance et vitesse de ventilateur maximales que le bruit généré peut devenir une nuisance, ce qui limite les risques. En effet, seules les périodes de grand froid nécessitent ce mode de fonctionnement en continu. Le niveau sonore diminue quand le ventilateur fonctionne à allure réduite.

Flamme verte
Le label « Flamme verte »

Créé conjointement par les fabricants d’appareils de chauffage au bois et l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), le label Flamme verte porte sur le niveau de performance et sur les émissions de polluants. Plus un appareil est efficace, plus il a d’étoiles. Les exigences ont été renforcées début 2015 : les appareils répondant aux critères des 4 étoiles n’y ont plus droit.

  • Le niveau 5 étoiles est donc le minimum requis. Il demande un rendement d’au moins 85 %, des émissions de monoxyde de carbone (CO) de 0,04 % maxi et de particules fines inférieur à 90 mg/m3.
  • Les poêles 6 étoiles ont un rendement minimum de 87 %, des émissions de CO de 0,03 % maxi et une limite de 40 mg/m3 pour les particules fines.
  • Le label 7 étoiles exige 90 % de rendement, des émissions de CO de 0,02 % et de 30 mg/m3 maxi pour les particules fines.

L’avis de « Que Choisir » sur le label Flamme verte

Sur le papier, rien à redire. Mais dans les faits, ce label Flamme verte n’offre aucune garantie. Nous avions déjà été très critiques en 2009 lors de notre précédent test de poêles à granulés. L’Ademe avait alors renforcé les contrôles, avec des appareils prélevés au hasard et testés en laboratoire.

Ça n’a pas suffi. Sur les 10 poêles qui portent ce label dans notre nouveau test, 9 ne le méritent pas. Les nouvelles classes de performance 6 et 7 étoiles ne présentent donc aucun intérêt, les appareils qui les affichent ayant un rendement inférieur au minimum requis. Ce label n’est pas fiable, inutile de le prendre en compte à l’achat.

Le réglage du poêle

Il est d’une extrême importance. Même s’il est de qualité, un poêle mal réglé affichera un mauvais rendement et s’encrassera. Il faut se préoccuper du réglage dès l’achat.

Demandez s’il a été effectué en usine – ce serait la meilleure solution, mais c’est peu probable. Il faut donc s’informer sur les réglages préconisés par le fabricant. S’il n’y en a pas, pensez à questionner l’installateur avant de signer le devis, car les spécialistes de la pose de poêles à granulés sont peu nombreux. La plupart sont des cheministes plus à l’aise dans l’installation d’appareils à bûches que dans le réglage spécifique des poêles à granulés. Savoir qu’ils ont une notice de réglage à disposition ou qu’ils ont l’habitude de poser des poêles à granulés est un point rassurant. Faites toujours appel à un installateur connu localement.

Poêle à granulés ou poêle à bûches ?

Côté autonomie, facilité d’utilisation, programmation, confort et performances, le poêle à granulés l’emporte haut la main. « Même si on n’atteint pas les rendements théoriques annoncés, le poêle à granulés a un meilleur rendement, souligne Julien Ducrotois, responsable des conseillers info énergie de l’Ageden, en Isère. Sur un poêle à bûches, le rendement est divisé par deux dès qu’on utilise du bois humide. On n’aura jamais cet écart avec un poêle à granulés, et son système d’alimentation automatique assure des rendements beaucoup plus réguliers. » Côté pollution, le poêle à granulés est très peu émissif. Il est toujours compatible avec les plans de protection de l’atmosphère qui se mettent en place dans de nombreuses zones urbaines, alors que le chauffage aux bûches peut faire l’objet de restrictions.

Mais, contrairement au poêle à bûches, le poêle à granulés exige de l’électricité pour fonctionner. Si peu que c’est presque sans incidence sur la facture annuelle : à peine 20 € pour une utilisation quotidienne sur 6 mois. En revanche, se chauffer peut devenir très problématique dans une habitation fréquemment touchée par des coupures de courant intempestives.

Évacuer les fumées en façade : une fausse bonne idée

L’évacuation des fumées en façade par ventouse verticale peut tenter quand la maison ne possède pas de conduit de cheminée (c’est le cas de nombreuses maisons individuelles conçues pour le tout-électrique : jusqu’en 2006, la réglementation ne leur imposait pas de conduit de fumée). Mais même si certains poêles étanches sont adaptés à ce type d’installation, ce système dit « de ventouse verticale » pose problème pour au moins deux raisons :

  • les fumées de bois noircissent inévitablement la façade. Qu’elles stagnent faute de vent ou, au contraire qu’elles soient rabattues par le vent, le résultat est le même, le mur noircit ;
  • en cas de vent sur la façade, le poêle se met en sécurité, c’est indispensable pour éviter le refoulement des fumées et l’intoxication. Mais pour peu que l’hiver soit venté (ça arrive souvent), se chauffer devient difficile. Et si jamais la ventouse se situe sur un mur exposé aux vents dominants, c’est la catastrophe : le poêle est plus souvent arrêté en mode sécurité qu’en fonctionnement.

Test Que Choisir : Comparatif Poêles à granulés

Élisabeth Chesnais


Ce contenu vous a plu ?
Recevez GRATUITEMENT notre lettre hebdomadaire !
  • 1 contenu payant OFFERT chaque semaine
  • Actus, tests, enquêtes, réalisés par des experts indépendants
  • Déjà plus de 600 000 inscrits !

Restez informés !
Recevez
GRATUITEMENT
notre lettre hebdomadaire !
  • 1 contenu payant OFFERT chaque semaine
  • Actus, tests, enquêtes, réalisés par des experts indépendants
  • Déjà plus de 600 000 inscrits !
Voir aussi
Exprimez-vous dans notre forum

> Matériel de chauffage