Déjà abonné ?  S'identifier
 

Diminuer la policeAugmenter la police Imprimer

Guide d'achat

Hottes de cuisine

Bien choisir sa hotte de cuisine

Les hottes doivent être non seulement esthétiques, mais aussi efficaces. Il faut notamment les choisir en fonction des possibilités et du volume de votre cuisine.

Test Que Choisir : Comparatif Hottes de cuisine

hottes

Une hotte est un élément indispensable dans une cuisine, car elle permet d’évacuer les fumées chargées de graisse et d’éliminer les odeurs âcres. Seulement, face à une gamme très large, le choix est souvent difficile. Les appareils actuels se divisent principalement en deux catégories : les hottes décoratives, intégrant une cheminée apparente d’un côté (90 à plus de 2 000 euros), et les autres (40 à 700 euros), appelées « casquettes » quand elles ont une visière ou « télescopiques » quand elles sont munies d’un tiroir. Les îlots, ces hottes à cheminée à disposer au centre d’une cuisine (à partir de 500 euros), et les groupes extracteurs ou filtrants à intégrer dans un meuble au-dessus du plan de cuisson (de 70 à 500 euros) demandent des installations spécifiques nécessitant des travaux importants.

Sécurité sans souci

Comme son nom l’indique, la fonction « recyclage » consiste à épurer l’air sale avant de le rejeter par le haut, dans la cuisine. Ce mode, qui ne permet pas de traiter la vapeur d’eau, doit impérativement être utilisé si vous n’avez pas la possibilité d’installer un conduit d’évacuation jusqu’à l’extérieur. Il nécessite un filtre à charbon spécial pour les odeurs, à placer entre le filtre à graisses et le moteur. Ce filtre doit être remplacé tous les 2, 4 ou 6 mois, voire tous les ans en fonction des modèles. Le choix du filtre ne doit pas être fait à la légère, même s’il est largement imposé par les fabricants : à chaque hotte correspond un modèle précis. Sa densité a son importance : plus elle est élevée, plus le filtre arrête les odeurs. Mais cela freine aussi le pouvoir d’aspiration – ce qui n’est pas forcément un mal, les hottes les plus puissantes n’étant pas les plus efficaces.

La fonction « évacuation » est idéale : l’absence de filtre à charbon améliore l’aspiration et suppose moins d’entretien. C’est aussi, à l’usage, beaucoup moins coûteux. Il faut toutefois disposer d’une aération et d’une sortie directe vers l’extérieur, à laquelle sera fixé le conduit d’évacuation. Le raccordement à une cheminée ou à la VMC est à proscrire absolument. Les copropriétaires sont invités à se renseigner auprès de leur syndic en cas de doute.

Bien calculer le débit

Si le prix dépend en grande partie de l’esthétique, il se justifie aussi par les possibilités technologiques offertes. Attention toutefois à la surenchère : elles ne sont pas toujours gage d’efficacité. Ainsi, un débit d’air élevé n’est pas, comme le montrent nos derniers essais, une garantie absolue. Choisissez tout simplement un débit adapté à votre cuisine, sans chercher forcément la puissance maximale, qui aurait en outre l’inconvénient d’aspirer l’air chauffé de la pièce ! Vous pouvez calculer le juste débit en multipliant le volume de la cuisine (largeur × longueur × hauteur) par 10 minimum et 15 maximum. Ce chiffre doit être augmenté légèrement si l’appareil est utilisé en mode « recyclage ».

Les hottes de cuisine existent généralement en deux largeurs (60 ou 90 cm selon la place disponible). Parfois, une fonction d’arrêt différé permet de laisser fonctionner la hotte quelques minutes après la fin de la cuisson, c’est utile pour éradiquer les odeurs résiduelles. Enfin, ne négligez pas l’éclairage, très important au-dessus de la table de cuisson.

Attention à la pose

Parce que ces engins prennent de la place, le choix proposé en magasin est souvent restreint et la sélection sur catalogue est un passage obligé. Les petits commerçants spécialisés sont certainement plus à même de vous aider à sélectionner votre modèle. Enfin, acheter une bonne hotte, c’est bien, mais encore faut-il l’installer correctement. Elle doit être parfaitement positionnée, idéalement 65 cm au-dessus de la plaque de cuisson, et loin des courants d’air. En cas d’évacuation, le diamètre du tuyau doit être conforme aux recommandations du constructeur, sous peine de réduire l’efficacité, et rester le plus rectiligne possible. Un coude un peu trop serré pénalise aussitôt les performances d’une hotte de 10 %.

Enfin, lors de l’utilisation, adaptez la puissance de la hotte à la cuisson : au maximum pour les frites, les grillades ou le poisson, plus faible pour les plats mijotés qui cuisent doucement.

 

Les hottes à aspiration périphérique ou périmétrale

Certaines marques ont mis au point un système d’aspiration actif, non au centre de la hotte, mais sur le pourtour. Cette technologie, appelée « aspiration périphérique » ou « périmétrale », crée une sorte de rideau d’air autour de la table de cuisson, censé emprisonner graisses et odeurs. On trouve ce dispositif original aussi bien sur des hottes décoratives haut de gamme que sur quelques modèles de groupes aspirants ou de hottes tiroirs.

Notre test sur les hottes décoratives a mis en lumière les faiblesses de l’aspiration périphérique : les graisses ont tendance à se déposer sur la hotte, notamment sur le capot central, plutôt que dans le filtre. Cela fait une corvée d’entretien supplémentaire, d’autant plus fastidieuse que le capot n’est pas toujours amovible. Nous n’avons pas pu vérifier si ce défaut existait aussi sur les groupes aspirants ou hottes tiroirs. À supposer que les graisses atterrissent, là aussi, sur la surface centrale de la hotte, le nettoyage sera sans doute moins difficile, car les hottes sont plus petites.

Test Que Choisir : Comparatif Hottes de cuisine

Anne-Sophie Stamane
Laurent Baubeste

Voir aussi
Exprimez-vous dans notre forum

> Gros électroménager