Fenêtres et balcons

Sonnette d'alarme

Publié le : 11/07/2010 

La défenestration est un accident méconnu et sous-estimé de tous : familles, administrateurs de biens, responsables du logement social ou propriétaires immobiliers. Elle fait pourtant davantage de victimes que les noyades, qui sont encadrées par une loi.

 

La Commission de sécurité des consommateurs (CSC) tire à nouveau la sonnette d'alarme. Rien n'a changé depuis 2005, date à laquelle elle avait émis un premier avis sur ce risque de chutes qui touche surtout les enfants en bas âge. Il se produit chaque année 250 défenestrations, dont 10% seraient mortelles et 40% laisseraient des séquelles permanentes, cérébrales ou orthopédiques.

Ce chiffre ne diminue pas, malgré les campagnes de prévention menées par les pouvoirs publics. Le défaut de vigilance d'un adulte reste un élément majeur, mais ce n'est pas le seul. Certains accidents surviennent en leur présence et sont dus à un système de fermeture ou de protection inefficace. La CSC dans son nouvel avis revient à la charge pour demander que la réglementation relative aux garde-corps soit revue et tienne compte des risques d'escalade ou du passage à travers les barreaux. « Le garde-corps est-il juste un élément esthétique ou destiné à prévenir les chutes d'adultes, alors que les enfants sont les principales victimes ? » s'interroge-t-elle.

Les parents qui souhaitent prendre les devants ne sont pas aidés : ils se font rappeler à l'ordre par les syndics de copropriété ou ne savent quel dispositif acheter. Certains posent grillages ou canisses aux fenêtres ou balcons, mais ils provoquent l'effet inverse de celui escompté : la curiosité naturelle pousse le petit enfant à grimper sur un objet (chaise, lit, coffre à jouets...) pour regarder au dehors. Une paroi transparente fait davantage l'affaire, il existe aussi des entrebâilleurs pour limiter l'ouverture de la fenêtre ou porte-fenêtre. Des professionnels de la quincaillerie et de l'habitat ont rédigé de petits guides sur le sujet et un groupe de travail de l'organisme de normalisation Afnor sortira un fascicule à la fin de l'année.

Sensibiliser tous azimuts

En attendant que les choses bougent, la CSC souhaite alerter tous azimuts : les parents, les professionnels de la petite enfance (assistantes maternelles, crèches, protection maternelle et infantile, généralistes, pédiatres...), les fabricants et poseurs de fenêtres, les gestionnaires de logements... La méconnaissance - quand ce n'est pas la contestation de l'ampleur du risque - règne encore. Les campagnes d'affichage n'ont pas eu le succès escompté ou sont passées à côté de leur cible. La CSC suggère d'ajouter dans les carnets de santé des informations sur la prévention des accidents domestiques, dont la défenestration. Et s'étonne que malgré des estimations d'accidents 3 à 4 fois inférieures à celles des défenestrations, les noyades en piscine privée soient un risque aujourd'hui encadré par une loi de prévention et plusieurs décrets d'application. Rien de tel pour le risque de défenestration.

Micaëlla Moran