Lunettes 3D

Pas sur la même longueur d'onde

Publié le : 29/03/2010 

Pas encore sortis dans le commerce, les téléviseurs 3D réservent déjà de mauvaises surprises. Les lunettes, accessoires indispensables pour profiter du relief, ne seront pas compatibles d'un fabricant à l'autre. Et pas non plus obligatoirement livrées avec le téléviseur...

 

Image

Image

La télévision en 3D n'appartient plus au futur. Les premiers modèles, des Samsung, arriveront dans le commerce au mois d'avril. LG et Sony devraient suivre rapidement, probablement avant l'été. Après des mois d'hésitation, les constructeurs ont finalement opté, parmi les technologies disponibles, pour celle qui oblige le spectateur à porter des lunettes « actives » afin de profiter du relief. Le téléviseur affiche des images superposées, destinées en alternance à l'oeil droit et à l'oeil gauche, et chaque « verre » de lunette (ce sont en fait des panneaux LCD) s'obscurcit à la même fréquence pour filtrer les images. Au cinéma, les lunettes sont moins perfectionnées, il s'agit de simples verres polarisés, une sorte de version moderne des montures cartonnées à oeil rouge et vert.

Vers des lunettes « universelles » ?

Le regard braqué sur le marché qui s'offre à eux (selon les estimations, 500 000 à 700 000 téléviseurs 3D devraient se vendre en France cette année), les fabricants semblent avoir oublié de s'interroger sur une question pourtant essentielle. Acquise, l'idée que les consommateurs acceptent de mettre des lunettes dans leur salon. Exclue, en revanche, celle de leur offrir la possibilité de les porter dans le salon du voisin. Les lunettes d'un fabricant ne seront pas compatibles avec le téléviseur d'un autre ! « Ce n'est pas la technologie qui est en cause, mais la fréquence de synchronisation entre les lunettes et les images, propre à chaque fabricant », explique André Bousquet, vice-président Consumer chez Samsung. Impossible donc d'imaginer une projection amicale d'Avatar où chacun amènerait sa propre paire de lunettes, quelle qu'en soit la marque... Au Simavelec, le Syndicat des industries de matériels audiovisuels électroniques, on se veut confiant. « C'est un problème temporaire. Les accessoiristes vont s'empresser de décoder les fréquences de chaque constructeur pour proposer des lunettes universelles », espère Bernard Heger, son délégué général.

Entre 100 et 150 euros la paire

Une autre surprise de taille attend les consommateurs, dès le carton d'emballage : pas certain que les lunettes soit livrées avec le téléviseur. L'appareil sera pourtant vendu au prix fort ! On peut raisonnablement s'attendre à des tarifs compris entre 1 800 et 3 000 euros. LG intégrera une paire ou deux selon la gamme du téléviseur. La paire supplémentaire sera commercialisée 130 euros. Samsung, de son côté, est encore perplexe. Le fabricant coréen proposera en effet, pour 100 à 150 euros, des lunettes pour adultes, pour enfants, certaines fonctionnant avec piles et d'autres avec batterie rechargeable... « Impossible de savoir à l'avance qui achète le téléviseur et quelle est sa structure familiale : consommateur seul, famille entière, couple sans enfant... On peut difficilement choisir à la place du consommateur les modèles qui conviendront à ses besoins », avance André Bousquet. Du coup, le constructeur envisage plusieurs options : livrer une paire pour adulte, envoyer au consommateur une paire adéquate, ou même deux, en échange de sa preuve d'achat, ou bien organiser une opération promotionnelle du type une paire offerte pour une paire achetée. Pas même atterries dans le salon des consommateurs, les lunettes 3D risquent de leur sortir par les yeux.

Camille Gruhier