Trading

Comment je n’ai pas fait fortune

Publié le : 30/05/2012 

De nombreuses sociétés proposent aux particuliers des formations express pour devenir trader en ligne, une activité pourtant réservée à des experts avertis. Démonstration avec l’offre de la société FX Global Markets.

 

La publicité reçue par messagerie électronique était alléchante : « FX Global Markets – Il est temps de VOUS faire confiance, il est temps d’exploiter VOTRE potentiel, il est temps de TRADER ! »

Une fois les coordonnées laissées sur le site de la société, un conseiller rappelle dans les 24 heures. Bien que FX Global Markets soit basée à Chypre, il parle un français parfait, avec le débit rapide du téléconseiller qui déroule pour la 200e fois un discours appris par cœur. La leçon de trading en ligne peut commencer. Morceaux choisis :

« Nous allons vous apprendre à spéculer à la hausse ou à la baisse sur des dérivés. Vous pourrez trader sur les matières premières, les marchés actions et les devises. La formation est de trois fois 15 minutes la première semaine.

-       Trois fois 15 minutes ? !

-       Seulement la première semaine, pour apprendre à utiliser parfaitement la plateforme de trading.

-       Je voulais dire : c’est tout ? 45 minutes pour tous ces produits ?

-       Par la suite, vous pouvez appeler votre courtier à n’importe quel moment. Et tous les jours, vous aurez des alertes sur les valeurs à suivre. Vous avez des questions ?

-       Est-ce qu’il faut parler anglais ?

-       Non.

-       Vous me proposez de trader sur les marchés de matières premières sans parler anglais ?

-       Tout à fait. »

 

Ainsi lancée sur les chapeaux de roue, la « formation » connaît une sortie de route brutale dès la première difficulté sur l’explication de l’effet de levier :

« Le risque zéro n’existe pas, on est quand même en bourse, mais on a des outils pour délimiter une limite de gains ou de pertes, par exemple 30 € de gains ou 4 € de pertes.

-       C’est-à-dire ?

-       La transaction s’arrête quand vous avez atteint votre limite de perte. Il faut savoir aussi que vous tradez avec un effet de levier. C’est très important. Chez FX Global Markets, l’effet de levier va jusqu’à 400. C’est-à-dire qu’avec 1000 €, on peut investir 400 000 €, ce qui multiplie les gains. Si vous gagnez 500 €, l’effet de levier vous rapporte en fait 200 000 €.

-       Et si je perds ?

-       Comme je vous l’ai dit, les pertes sont limitées.

-       Mais que se passe-t-il, concrètement, si je perds 500 € ?

-       Au niveau des pertes ? L’effet de levier, heu… divise. Les 500 € de pertes sont divisés.

-       Par 400 ? Vous voulez dire que la perte sera de 1,25 € ?

-       Exactement. Est-ce que vous avez d’autres questions ?

-       Oui. Pourrais-je parler à votre responsable ?

 

Prévenu qu’il s’adressait à un journaliste, le responsable ne confirme évidemment pas que l’effet de levier divise les pertes : c’est une pure invention destinée à appâter le pigeon. L’effet de levier, chez FX Global Markets comme partout, joue dans les deux sens. Et c’est précisément ce qui rend le trading en ligne extrêmement périlleux. « À tout prendre, explique un professionnel averti de la finance, il vaut mieux jouer au poker en ligne : on ne peut perdre que ce qu’on a ». La « formation » de FX Global Markets est une plaisanterie. Les documents légaux sur son site www.fxgm.com (termes et conditions, décharge de responsabilité, documentation technique) ne sont pas traduits en français, ou sont indisponibles. S’il existe des sites de trading en ligne sérieux, celui-ci n’en fait pas partie. Mais l’idée même de lancer des néophytes sur ces marchés a-t-elle un sens ? Selon l’association américaine Forex Magnates, pourtant très favorable à cette activité, entre 60 % et 75 % des particuliers qui s’y essayent perdent de l’argent !

Trading en ligne : la mise en garde de l’Autorité des marchés financiers

Directrice des relations avec les épargnants à l'Autorité des marchés financiers (AMF), Natalie Lemaire invite à la plus grande prudence : « Les dérivés sont des produits de niche qui s’adressent à des investisseurs avertis pouvant assumer des pertes importantes, et qui possèdent les connaissances suffisantes pour évoluer sur des marchés très dynamiques ouverts 24 h sur 24 et 7 jours sur 7. Il est très choquant de les proposer sans plus de précaution au grand public. Le règlement général de l’AMF prévoit  dans son article 314-11 que l’information des clients, y compris à caractère promotionnel, doit être exacte. Elle doit s'abstenir en particulier de mettre l'accent sur les avantages potentiels d'un service d'investissement ou d'un instrument financier sans indiquer aussi, correctement et de façon très apparente, les risques éventuels. »

Erwan Seznec