Concurrence dans l'énergie

Ça chauffe !

Publié le : 04/07/2015 
Image

Si l’heure était au bilan pour les autorités de régulation dans le secteur de l’énergie, le moins que l’on puisse dire est que cela a chauffé pour la concurrence… Dans le bon sens d’abord, avec l’Observatoire de la Commission des Régulation de l’Energie qui a souligné une dynamisation de la concurrence sur le marché du gaz – avec l’aide de la seconde campagne gaz moins cher ensemble- les consommateurs se tournant vers des offres de marché, plus compétitives financièrement que le tarif réglementé. Mais cela a chauffé aussi pour la concurrence, plus étonnement, avec le rapport du Médiateur de l’Energie épinglant l’ouverture à la concurrence des marchés. Critiquant une envolée des tarifs de l’énergie, une kyrielle de mauvaises pratiques (clauses abusives, démarchages agressifs, etc.), le Médiateur a dressé un « bilan plus que mitigé » de la libéralisation. Cette sortie du Médiateur, qui n’est pas sans rappeler les positions défendues par le même homme en tant que député au moment de la libéralisation, n’a pas manqué de faire réagir les opérateurs alternatifs et la Commission de Régulation de l’Energie. Pour ma part, si je peux que partager le constat du Médiateur quant aux pratiques litigieuses sur le marché de l’énergie, et à l’envolée des tarifs réglementés, je ne peux franchir le pas d’accabler la libéralisation pour ces maux. C’est en effet, la fixation des tarifs réglementés qui pose avant tout problème ( formule trop dépendante des seules données d’EDF pour le tarif réglementé d’électricité, problème récurrent de l’indexation sur les prix du pétrole pour le gaz), et s’agissant des mauvaises pratiques, il ne faut pas stigmatiser les seuls opérateurs alternatifs dès lors qu’EDF et ENGIE ne sont pas en reste (l’UFC-Que Choisir a d’ailleurs une action contentieuse en cours s’agissant des clauses abusives dans leurs contrats énergie). En épinglant la libéralisation, le Médiateur risque de dissuader les consommateurs de faire jouer la concurrence alors même que cela peut être leur intérêt, particulièrement sur le marché du gaz… Il ne faut pas se tromper de combats !

Alain Bazot

Président de l'UFC - Que Choisir