Affaire Volkswagen La mise à jour du logiciel truqueur pose question

Affaire Volkswagen

La mise à jour du logiciel truqueur pose question

Publié le : 25/01/2018 

Dans certains pays européens, la remise en conformité des moteurs des voitures du groupe Volkswagen semble poser quelques soucis aux propriétaires (hausse de la consommation, perte de puissance, problèmes mécaniques...). Que Choisir lance un nouvel appel à témoignages.

 

Septembre 2015. Martin Winterkorn, alors président du directoire de Volkswagen, reconnaissait publiquement ce qui deviendrait « l’affaire Volkswagen » ou le « dieselgate » : l’introduction d’un logiciel truqueur dans le calculateur de gestion du moteur des modèles diesel 1.6 et 2.0 du groupe de 2009 à 2015 qui permettait de faire baisser les émissions au moment de leur homologation. Si aujourd’hui, une grande partie de ces modèles (plus de 11 millions) a été remise en conformité, il semble que ce soit au prix de conséquences néfastes sur le comportement de certains moteurs. Plus de 4 500 automobilistes belges, espagnols, italiens et portugais déclarent avoir remarqué une dégradation du comportement de leur moteur après la mise à jour du logiciel. C’est en tout cas ce qui ressort de l’enquête diligentée par nos homologues belges de Test Achats. Des chiffres qui interpellent quand on sait que l’importateur des marques Volkswagen sur le territoire belge prétend n'avoir reçu de retours négatifs que dans 1 % des cas.

En France, la mise à jour ne poserait pas de souci, selon Volkswagen France. « La mise en œuvre de l'action de service n'a pas de conséquence négative, que ce soit sur la consommation de carburant, les émissions de CO2, les performances et le couple du moteur, les émissions sonores mais également sur la longévité du moteur et de ses composants », fait savoir le groupe. Et de préciser : « les retours indiquent que les mesures de services se déroulent bien, et que la grande majorité des clients sont satisfaits de la solution technique ». Un constat qui semblait correspondre à la réalité puisque, de notre côté, l’appel à témoignages lancé courant 2017 n’avait pas donné lieu à de nombreux retours négatifs. Du moins pas suffisamment pour pouvoir engager une quelconque action. Mais, devant ces nouveaux éléments, l’UFC-Que Choisir a décidé de renouveler son appel à témoignages. Les propriétaires de véhicules Audi, Seat, Skoda, Volkswagen et Volkswagen Utilitaire (1) peuvent nous transmettre leur témoignage dès à présent.

D’autre part, fin 2017, l’UFC-Que Choisir, avec France nature environnement et Réseau action climat, interpellait le gouvernement sur les réponses qu’il entendait apporter sur les suites du dieselgate.

 

(1) Voir liste des voitures concernées.