Andros « Fruit à tartiner » C’est comme la confiture…

Andros « Fruit à tartiner »

C’est comme la confiture…

Publié le : 18/03/2014 

L’appellation et la publicité du nouveau produit d’Andros « Fruit à tartiner » suggèrent qu’il s’agit d’une bonne source de fruits. Mais il n’en est rien.

 

En adoptant comme slogan « L’autre pâte à tartiner », le nouveau produit d’Andros se positionne clairement comme le concurrent du Nutella. Un concurrent qui serait plus favorable à la santé que la spécialité aux noisettes, critiquée pour son mauvais équilibre nutritionnel. Le nom de ce nouveau produit et le visuel des affiches publicitaires, montrant des fruits qui se muent, sur la tartine, en « pâte à tartiner », induisent clairement l’idée qu’il pourrait contribuer à notre apport en fruits. Qu’en est-il en réalité ? Ce produit est-il plus recommandable que le Nutella ? Oui, puisque, comme son tableau des valeurs nutritionnelles l’indique en rouge, histoire de bien enfoncer le clou, il ne contient quasiment pas de matières grasses : 0,2 g/100 g, contre 31,6 g pour le Nutella. Il est également moins riche en sucres : 46 g/100 g contre 57 g. De là à conclure que c’est un produit santé, il y a un pas ! En effet, il s’agit ni plus ni moins d’une confiture (1), qui plus est relativement sucrée, comme on peut le constater à la dégustation. « Fruit à tartiner » contient seulement 50 g de fruits aux 100 g. Vérification faite sur les pots des concurrents, c’est un taux similaire à celui de toutes les confitures basiques du rayon. Mais beaucoup d’autres contiennent davantage de fruits. La gamme « Fruitée intense » de Bonne maman tourne autour des 60 g, Confipote affiche 65 g et on trouve de nombreux produits présentés comme artisanaux qui annoncent jusqu’à 75 g de fruits.

Il serait donc illusoire de penser que ce produit est un bon moyen de compléter son apport en fruits. Prenons une portion moyenne (30 g). Elle ne contient que 15 g de fruits, soit l’équivalent d’une fraise (!), et 14 g de sucres simples, soit l’équivalent de 2,5 morceaux de sucre. Finalement, le seul point sur lequel ce produit se démarque, c’est sa texture onctueuse, ni vraiment ferme comme la gelée, ni aussi liquide que la confiture. Elle plaît ou déplaît selon les goûts, en tout cas elle est facile à tartiner.

Notre avis

Une texture inédite et pratique pour cette nouvelle sorte de confiture qui ne séduira que les becs (très) sucrés. Il ne faut pas se fier à son nom, qui laisse penser qu’elle contient beaucoup de fruits.

Prix : 2,30 € le pot de 410 g

(1) Du moins au sens où l’entendent les consommateurs. La réglementation, elle, exige une teneur en sucres de 55 % minimum pour avoir droit à cette appellation.

Fabienne Maleysson

Contacter l’auteur(e)