Ascenseurs

Le délai remis en cause

Publié le : 27/09/2009 

En mars dernier, la loi Boutin donnait un peu d'air aux copropriétés, en renvoyant à 2021, au lieu de 2018, la fin des travaux de rénovation des ascenseurs. Le secrétariat d'État au logement est cependant en passe de revenir sur cet étalement du calendrier.

 

Après avoir donné 2 ans de plus aux copropriétés pour terminer le premier volet de la mise aux normes des ascenseurs (2010 au lieu de 2008), il était logique que le gouvernement décale aussi le délai pour achever les deuxième et troisième parties de ces travaux coûteux. C'est ce qu'il avait fait en mars dernier, en faisant voter par le Parlement une disposition fixant à 2021, et non plus à 2018, la fin de la rénovation du parc des ascenseurs. Mais voilà que, quelques mois plus tard, il semble revenir sur cette décision pourtant inscrite dans la loi. En effet, le décret censé formaliser le nouveau calendrier n'est toujours pas sorti. Et, vraisemblablement, il restera au fond d'un tiroir. Interrogé par Capital.fr, le secrétaire d'État Benoist Apparu reconnaît qu'il préfère temporiser, et attendre la fin de la première tranche de travaux, en 2010, avant de décider de la suite des opérations.

Reste que cet attentisme va créer la confusion. Car faute de décret, c'est l'ancien calendrier qui prévaut. C'est-à-dire des délais très courts, surtout pour la deuxième phase des travaux, qui doit être terminée fin 2013, soit seulement 3 ans après la première. Cette situation risque d'être préjudiciable pour les copropriétaires, car dans le doute, ils seront tentés de vouloir entamer le chantier au plus vite, voire de réaliser les deux premières tranches en même temps. Ce qui laisse présager une telle hausse de la demande qu'on pourrait assister à une flambée des tarifs, et à une prolifération des devis fantaisistes. L'UFC-Que Choisir, qui avait poussé à l'étalement du calendrier, souhaite que le gouvernement clarifie sa position, afin que les copropriétaires aient une idée claire des délais dont ils disposent, et puissent planifier sereinement leurs travaux. Une question sera posée en ce sens dans quelques jours.

Anne-Sophie Stamane

Contacter l’auteur(e)

asstamane