Comparateur de prix

LeGuide.com n’assume pas sa pub

Publié le : 11/07/2013 

S’il y a bien une chose que les comparateurs de prix sur Internet détestent, c’est avouer qu’ils se font payer par les sites marchands pour mettre en avant leurs produits. La justice vient de rappeler à l’un des plus gros d’entre eux, Leguide.com, qu’il ne pouvait pas impunément mentir aux internautes.

 

Image

Quatre liquidations d’astreinte en moins de 2 ans… Décidément, Leguide.com semble avoir bien du mal à appliquer l’arrêt de la cour d’appel de Paris du 28 septembre 2011. Le comparateur de prix sur Internet avait alors été condamné à mieux identifier les espaces publicitaires présents sur ses sites Leguide.com, Webmarchand.com et Gooster.fr.

Faute de respecter cette décision de justice, LeGuide.com fait l’objet de rappels à l’ordre réguliers. Le dernier en date remonte au 18 juin dernier, jour où le tribunal de grande instance de Paris l’a condamné à payer 25 000 € au titre de la liquidation d’astreinte. Si les magistrats ont reconnu que le comparateur avait fait des efforts, notamment en ajoutant le mot « annonce » à côté des produits affichés, ils estiment que cette précision n’est pas suffisamment lisible et demandent à ce qu’elle soit affichée dans des caractères plus gros et de couleur plus foncée. En outre, si des mentions ont été ajoutées sur le site Internet, il n’en est pas de même ni sur l’application mobile, ni sur de nouveaux types d’encart apparus récemment sur le site Webmarchand.com.

Au-delà du cas Leguide.com, ces multiples condamnations montrent bien à quel point les comparateurs de prix sont mal à l’aise avec leurs contenus, refusant d’admettre qu’ils obligent à faire payer les sites marchands pour afficher leurs produits. Au contraire, ils font tout pour apparaître aux yeux des internautes comme des comparateurs indépendants et objectifs, ce qu’ils ne sont pas.

La mention « Annonces provenant…» indique que les cybermarchands ont payé pour que leurs produits apparaissent dans cet encart. L’effort est louable, mais insuffisant, a estimé le tribunal de grande instance de Paris.

Illustration Webmarchand Le Guide.com