Idéal mobile

L’opérateur qu’on attendait

Publié le : 01/04/2011 

Un nouvel opérateur, dont l’UFC-Que Choisir est partenaire, se lance avec des offres de téléphonie mobile innovantes qui s’adaptent aux besoins réels des consommateurs, à des tarifs jamais vus jusque-là. Les concurrents seraient bien inspirés d’en prendre de la graine.

 

Cela faisait si longtemps qu’on attendait qu’on n’osait plus y croire… Pour la première fois depuis que le marché de la téléphonie existe, un opérateur donne un vrai coup de pied dans la fourmilière. Idéal mobile, un opérateur de téléphonie mobile créé en partenariat avec l’UFC-Que Choisir, lance aujourd’hui des offres jamais vues jusqu’à présent, à des tarifs raisonnables et avec des formules adaptées aux besoins réels des consommateurs (pour accéder aux offres, cliquez ICI).

Pour ceux qui appellent peu, Idéal mobile propose une tarification au compteur à seulement 10 centimes la minute (+1 euro par mois pour le maintien de la ligne). Une bonne solution pour ceux qui ne veulent payer que pour ce qu’ils consomment. D’autres opérateurs proposent des offres de ce genre, mais à des tarifs plus élevés (plutôt autour de 17 ou 19 centimes d’euro la minute). Chez les grands opérateurs (Orange, SFR et Bouygues), les petits consommateurs sont invités à opter pour des cartes prépayées aux tarifs exorbitants (autour de 50 centimes la minute) et à la validité très courte (de quelques jours à quelques mois). Chez Idéal mobile, les SMS et l’accès à Internet sont facturés en plus, mais à des tarifs raisonnables : seulement 1 centime par SMS (contre 8 à 12 centimes chez les concurrents) et 10 centimes par mégaoctet (soit nettement moins cher que chez les autres opérateurs).

Pour ceux qui utilisent régulièrement leur téléphone portable, des forfaits sont aussi proposés. Mais contrairement à ceux des autres opérateurs, Idéal mobile laisse la possibilité à ses clients de choisir le temps de communication dont ils ont besoin (au tarif de 2 euros de l’heure ou 20 euros pour les appels illimités vers tous les opérateurs), et d’y ajouter en cas de besoin des lots de SMS (3 euros les 500 SMS ou 8 euros pour les SMS en illimité) et du surf (de 2 euros par mois seulement pour 100 Mo à 9 euros pour 1 Go). Qui plus est, le forfait est ajustable : le client peut, à tout moment, modifier son choix pour l’adapter à sa consommation réelle. Dans ces conditions, fini les minutes perdues parce que non consommées, et les minutes hors forfait à des tarifs abusifs.

Par ailleurs, les offres d’Idéal mobile sont « sans engagement » et donc « sans téléphone » subventionné. Il est néanmoins possible d’en acheter un à des tarifs intéressants (le choix est large et des facilités de paiement sont accordées sur le site Internet).

Enfin, contrairement à la concurrence, les offres d’Idéal mobile ne cachent pas de mauvaise surprise. Alors que ses concurrents truffent leurs contrats d’astérisques et de notes de bas de page parfois incompréhensibles, Idéal mobile s’engage à ne facturer aucuns frais cachés. Quant à ses offres « illimitées », elles sont réellement illimitées, sans restriction dans la durée des appels ni baisse de débit en cas de surf trop intense. Vraiment, Idéal mobile porte bien son nom.

 Plus d’informations, consulter le site d’Idéal mobile

 

Vous rêviez de vous abonner ? Malheureusement, Idéal mobile n’existe pas. Cet opérateur est sorti tout droit de l’imagination de l’UFC-Que Choisir afin de dénoncer, à l’occasion de ce 1er avril, les abus des opérateurs actuels. Tarifs trop élevés, périodes d’engagement trop longues, coûts cachés… tout est fait actuellement pour faire payer le prix fort aux clients et les retenir le plus longtemps possible. Même les opérateurs alternatifs (Virgin Mobile, NRJ Mobile et les autres) ne font pas de miracle, en partie à cause des conditions que leur imposent les grands opérateurs pour utiliser leur réseau.

Pourtant, l’offre d’Idéal mobile n’a rien de fantaisiste. Il suffirait qu’une réelle concurrence s’installe entre les opérateurs et que certaines pratiques soient mieux encadrées pour que les consommateurs voient (enfin) leurs factures de téléphonie mobile baisser.