Jeux olympiques 2024 C’est pas gagné pour les billets

Jeux olympiques 2024

C’est pas gagné pour les billets

Publié le : 29/11/2022 

Dès jeudi 1er décembre, les candidats à l’achat de billets pour Paris 2024 pourront postuler au tirage au sort. Difficile d’évaluer les chances de chacun de décrocher une place pour les événements convoités.

 

Amateurs de sport, à vos starting-blocks ! C’est jeudi 1er décembre que sera donné le coup d’envoi de la vente des billets pour les Jeux olympiques de 2024 à Paris. Plus exactement, c’est ce jour-là que les inscriptions au tirage au sort de la première phase de commercialisation ouvriront. Vous aurez alors 2 mois, jusqu’au 31 janvier, pour vous inscrire sur le site tickets.paris2024.org. La billetterie sera 100 % numérique et transitera uniquement par ce site (méfiez-vous des imitations !).

Les différentes étapes

  • Début février, un tirage au sort aura lieu pour déterminer lesquelles des personnes inscrites pourront accéder à l’achat de billets.
  • À partir du 13 février, les heureux élus seront informés par mail. Ils devront commencer leurs achats 2 jours après réception (d’où l’importance de surveiller aussi ses messages indésirables pendant cette période) et disposeront d’un créneau de 48 heures pour ce faire.
  • Les 4 premiers jours de commercialisation, du 15 au 18 février inclus, seront réservés aux personnes inscrites au Club Paris 2024 (club.paris2024.org). Attention, être membre de ce club ne dispense pas de s’inscrire au tirage au sort.

À ce stade, 3 millions de billets seront mis en vente (1), ils concerneront tous les sports et 80 % des épreuves, que les organisateurs appellent « sessions ». Les sessions les plus convoitées ne seront pas encore en vente, mais on pourra applaudir tous les athlètes en achetant des billets commercialisés lors de cette première phase.

Chaque spectateur pourra acquérir différents packs sur mesure selon les événements qui l’attirent. Un pack sera composé de 3 sessions, par exemple une demi-finale d’un sport collectif, des qualifications en natation et un quart de finale d’escrime. Ceux qui souhaitent venir en famille ou entre amis pourront acquérir jusqu’à 6 billets par session et jusqu’à 30 au total. Le nombre de billets devra être identique pour toutes les sessions.

Les places les moins chères seront vendues 24 € et la moitié d’entre elles ne dépassera pas 50 €. L’addition sera beaucoup plus lourde pour les événements les plus courus : jusqu’à 980 €.

  • Le 15 mars au plus tard, la vente des packs sur mesure sera close et l’inscription au second tirage au sort ouverte. Cette fois-ci, les billets seront mis en vente à l’unité et accessibles dans le courant du mois de mai.  

Les questions en suspens

Lors de la conférence de presse tenue lundi 28 novembre au sujet de la billetterie, le président de Paris 2024, Tony Estanguet, et son directeur général Étienne Thobois, n’ont pas su dire combien de personnes seront tirées au sort. Leur nombre sera adapté en temps réel au vu de la demande. Impossible donc d’évaluer les chances de chacun de pouvoir accéder aux événements. Mais il y aura forcément des malheureux. Les priver d’accès aux Jeux alors que d’autres pourront acquérir jusqu’à 30 places peut sembler injuste.

Autre question, celle de l’adhésion au Club Paris 2024, vivement encouragée par le Comité d’organisation. « Augmente tes chances d’obtenir un billet », peut-on lire sur le site. De fait, les 4 premiers jours seront réservés aux membres de ce club. Mais ils sont déjà 1 million et nul doute que, d’ici au 31 janvier, ce nombre ne fera que croître. La concurrence sur ces 4 jours sera donc rude, peut-être davantage que par la suite. Tout dépend en réalité du nombre de personnes tirées au sort et de billets mis en vente aux différents stades.

Par ailleurs, si on veut garantir l’équité du tirage au sort, il faut compter sur l’honnêteté de chacun. En clair, les candidats à l’achat de billets ne doivent pas pouvoir s’inscrire plusieurs fois. Tony Estanguet s’est voulu rassurant : le fait de devoir fournir une adresse mail, le caractère nominatif des billets et l’éventualité de contrôles d’identité aléatoires sur les sites des épreuves suffit, à ses yeux, à se prémunir de ce risque. Soit…

Les organisateurs ont été plus convaincants concernant le risque de revente au marché noir, exacerbé par le fait que chaque tiré au sort peut acquérir 30 places. Concrètement, les billets seront délivrés aux acheteurs très peu de temps avant chaque compétition et une plateforme officielle de revente sera mise en place. Les billets y seront revendus à leur valeur faciale.

(1) 13 millions de tickets seront mis en vente dont 10 pour les Jeux olympiques et 3 pour les Jeux paralympiques.

Fabienne Maleysson

Contacter l’auteur(e)