Pharmacie en ligne

Cdiscount s’improvise pharmacien

Publié le : 05/11/2014 

La semaine dernière, des médicaments sont apparus sur le site de Cdiscount par l’intermédiaire de Pharmavance, une chaîne de pharmacies qui vendait jusque-là de la parapharmacie via la market place de Cdiscount. Illégales, les offres ont vite été retirées.

 

Efferalgan, aspirine : on trouvait la semaine dernière de quoi soulager les migraines et les fièvres les plus tenaces sur le site de Cdiscount. Étrangement, les produits étaient rangés à la rubrique Bd-Livres. La présence incongrue de médicaments sur un site de grande consommation en a fait bondir plus d’un. Et pour cause. Si la vente de médicaments sur Internet est désormais autorisée, elle est particulièrement encadrée. Les médicaments concernés sont uniquement ceux délivrés sans ordonnance ; il faut en outre que le site soit sécurisé, visé par l’Agence régionale de santé (ARS), et tenu par un pharmacien possédant une officine. En l’occurrence, toutes ces conditions légales étaient loin d’être remplies. D’ailleurs, les offres ont vite disparu du site… De son côté, l’Ordre des pharmaciens a réagi en adressant un courrier à Cdiscount.

Cdiscount n’était qu’une vitrine pour ces médicaments : le vendeur réel était Pharmavance, une chaîne de pharmacies, présent sur la market place de Cdiscount (place de marché où sont vendus des produits détenus par d’autres marchands). « Cela fait un mois que nous travaillons avec Cdiscount, mais cela ne concerne que la parapharmacie, explique David Grandon, directeur des achats du groupe. Nous n’avons jamais eu l’intention de vendre des médicaments par leur intermédiaire, nous ne sommes pour rien dans ce qui s’est produit. » Difficile de déterminer exactement ce qu’il s’est passé. Pharmavance affirme s’être retiré totalement du site Cdiscount et avoir missionné un huissier pour faire la lumière sur les événements. Une ou deux commandes seulement ont été passées. Il faut dire que les prix affichés étaient prohibitifs : autour de 8 euros la boîte d’antalgiques (voir la copie d’écran ci-dessous), l’offre n’avait rien de compétitif !

copie d'écran

Anne-Sophie Stamane

Contacter l’auteur(e)

asstamane