Placement financier Mystère sur les grands vins

Placement financier

Mystère sur les grands vins

Publié le : 08/12/2013 

La société Nobles Crus, spécialisée dans l’investissement de vins rares, a vu plusieurs de ses investisseurs institutionnels se retirer du fonds. Son avenir est pour le moins brumeux.

 

Monté par la société Elite Advisers, Nobles Crus propose des investissements dans des vins rares. Le ticket d'entrée, supérieur à 100 000 €, le réserve a priori à des institutionnels (banques, assureurs, etc.). Néanmoins, selon Jean-Pierre Rondeau, président de la Compagnie des CGPI, une association de conseils en gestion de patrimoines indépendants, des particuliers y auraient eu accès « pour des montants inférieurs, au moins par l’intermédiaire de deux contrats d’assurance luxembourgeois et par une banque française ». Créé en 2007, le fonds a connu un destin exceptionnel, avec des valorisations de près de 15 % annuels. Il détenait quelque 100 millions d'euros mi-2013.

Vins surévalués

Nobles Crus s'est néanmoins attiré les critiques de nombreux spécialistes, qui estimaient ses valorisations beaucoup trop élevées. Elles étaient souvent un tiers supérieur à l'indice Liv-ex, qui fait référence pour les vins en Grande-Bretagne.

L'actualité a donné partiellement raison à ces critiques. En juin dernier, la Commission de surveillance du secteur financier du Luxembourg a suspendu les rachats et les souscriptions concernant Nobles Crus, plusieurs investisseurs institutionnels ne cachant plus leurs intentions de se retirer du fonds. Il s'agissait pour eux, officiellement, de se mettre en conformité avec une directive de l'Autorité européenne des marchés financiers (Esma). Cette directive leur impose de limiter drastiquement leurs engagements dans les fonds spécialisés comme Nobles Crus.

Afin de faire face à ces retraits, la société a été obligée de vendre une partie indéterminée de ses stocks de bouteilles précieuses.

Aujourd'hui, alors que la fin de l'année approche, la société Elite Advisers reste silencieuse, alors qu'elle communiquait traditionnellement beaucoup. Difficile de savoir si les bouteilles du stock ont été vendues à des prix conformes à leur valorisation. Difficile également de savoir où en est la société.

Dans le doute, il convient de rappeler que les placements dits « atypiques » comme le vin, le diamant, les œuvres d'arts ou les manuscrits, sont régis par des règles complexes et souvent opaques. Ils peuvent générer de bons rendements, mais occasionnent toujours une part de risque. Et mieux vaut garder ses distances avec un conseil en placement qui soutiendrait le contraire.

Erwan Seznec