Réparation auto Prise OBD en sursis

Réparation auto

Prise OBD en sursis

Publié le : 13/10/2017 

Oubliée par Bruxelles dans la future norme d’homologation des véhicules, la disparition de la prise OBD (on board diagnostic) en 2018 risque de compromettre la possibilité à tous les réparateurs d’intervenir sur les véhicules. Et donc la liberté de choix du réparateur pour les automobilistes.

 

La prise OBD (on board diagnostic), permettant le diagnostic du véhicule par tous les réparateurs (voir encadré), risque de devenir le dommage collatéral du dieselgate et de l’arrivée de la voiture connectée. En effet, acculée par la pression des États, la Commission européenne a rédigé à la hâte un nouveau règlement (2016-031) régissant les règles d’homologation des véhicules. Mais, bâclé, le projet de loi ne mentionne nulle part l’obligation des constructeurs d’équiper leurs véhicules du précieux connecteur OBD et ne cadre pas la mise à disposition des informations techniques à tous les réparateurs.

 

Des conséquences multiples

Sans moyen de diagnostic accessible aux garagistes indépendants, l’automobiliste n’aura plus le libre choix de son réparateur et devra obligatoirement se tourner vers un garage de la marque. Dès lors, la facture sera plus élevée. Ensuite, si certains réparateurs ne peuvent plus réaliser les opérations de diagnostic, ils perdront logiquement une grande partie de leur revenu, au risque de devoir cesser leur activité. Le maillage national en pâtirait et l’automobiliste serait alors certainement obligé de parcourir une plus grande distance pour faire entretenir ou réparer sa voiture. Pour la Feda (Fédération des syndicats de la distribution automobile), « le maintien du connecteur OBD et l’accès de ses données à tous les opérateurs sont essentiels au bon fonctionnement du marché de l’après-vente automobile […]. Dans le cas contraire, les constructeurs automobiles pourront s’arroger le monopole de l’accès aux données relatives à l’état technique du véhicule ».

 

L’OBD tributaire de la voiture connectée

Le texte élaboré par la Commission omet en effet d’encadrer la mise à disposition à tous les professionnels des informations techniques des véhicules. Avec, en première ligne, le développement de la voiture connectée, qui permet de s’affranchir de la prise OBD. Les constructeurs proposent qu’en l’absence de prise OBD, ces informations soient adressées automatiquement à un serveur sécurisé… propriété du constructeur. Ces derniers martèlent qu’ils sont les garants de la sécurité de leurs véhicules et donc les seuls habilités à en recevoir les informations techniques. Et d’indiquer qu’ils mettraient ensuite ces données à disposition de qui voudrait bien les acheter. Mais dans quelles conditions et à quel prix ? Des questions qui impactent autant la liberté de choix de son réparateur que la survie de la filière de la réparation auto. Car les constructeurs pourraient même revendre ces indispensables données techniques, disponibles actuellement via la prise OBD, à leurs représentants (concessionnaires, agents…). Il est donc urgent, sans même parler du type de données collectées et de la protection des données personnelles, de définir les règles de collecte et de mise à disposition de ces informations techniques.

 

Deux mois pour changer

Soumis au vote du Parlement européen mi-2016, le texte a, en partie du moins, donné lieu à plusieurs amendements que la Commission n’a pas jugés opportuns. C’est donc une discussion à trois qui a lieu en ce moment entre la Commission européenne, le Parlement européen et le Conseil européen. Mais les instances sont pressées par le temps car la norme doit entrer en vigueur début 2018, ce qui ne laisse que deux mois et demi pour corriger le texte. Interpellé, l’État français n’a pas encore donné sa position sur le sujet.

 

La prise OBD en détail

La prise OBD, pour on board diagnostic (diagnostic embarqué), est un connecteur normalisé au niveau européen qui permet de réaliser un diagnostic des systèmes électroniques de la voiture. En se branchant dessus à l’aide d’un outil spécifique (la « valise »), le réparateur peut connaître les éventuelles pannes électroniques survenues (code défaut) et identifier les organes incriminés. Cette prise est montée depuis 2000 sur toutes les voitures.
visu-prise-obd