Trading sur le Forex

L’AMF incite à la prudence

Publié le : 25/09/2011 

L’autorité des marchés financiers multiplie les mises en garde contre certains sites d’investissements sur le marché des changes. La dernière en date cible Coachtrader.com.

 

« Le trading ne s’apprend pas, il se vit », déclame Coachtrader.com sur sa page d’accueil. Le site, filiale d’une société écossaise, propose du conseil en investissement financier et de la gestion de portefeuille pour le compte de tiers, en particulier sur le marché des changes Forex (Foreign exchange) et les CFD1.

Problème : Coachtrader n’a pas l’autorisation de proposer ce type de services en France. L’Autorité des marchés financiers (AMF), dans un communiqué, recommande donc aux consommateurs de « ne pas donner suite aux sollicitations de cette société et de ne pas les relayer ». En infraction avec la législation, elle ne dispose pas de garanties relatives notamment à la protection des investisseurs, à la bonne information et au traitement des réclamations.

L’AMF rappelle que les établissements financiers autorisés à exercer en France sont répertoriés sur le site www.regafi.fr. Elle a par ailleurs mis à jour, le 20 septembre, une liste d’entités non autorisées2 qui exercent en France.

Des risques de pertes supérieures à la mise initiale

Déjà en juillet, le gendarme de la bourse alertait contre ces « offres de formation ou de trading sur un portefeuille virtuel, qui peuvent laisser penser à tort que les opérations sur le Forex sont facilement accessibles afin d’inciter le public à investir ». Elles sont en forte augmentation sur la Toile.

Ces offres portent sur le trading sur le Forex, un marché des changes de gré à gré, c’est-à-dire qui ne fait objet d’aucune régulation. Les opérations peuvent prendre la forme de contrats « rolling spot Forex » (contrats de change à échéance de fin de journée), de CFD et de contrats à terme sur devises (« FX forwards »).

Ces activités complexes sont assorties de risques spécifiques. En particulier, une faible variation des cours peut facilement conduire les investisseurs à de lourdes pertes à cause d’un effet de levier parfois important (jusqu’à 400 fois). Dans ce cas, si on mise 100 € et que la valeur perd 10 %, on devra 4 000 € au prestataire.

L’AMF rappelait alors une règle de bon sens : « Il n’y a pas de possibilité de gain important sans prise de risque élevé. » Lorsqu’une offre présente seulement des avantages sans souligner les risques, la prudence doit donc être de mise.

1. CFD : contrat financier avec paiement d’un différentiel, c’est-à-dire une opération où l’investisseur percevra la différence entre le prix d’un actif sous-jacent à la date du contrat et sa valeur à une date déterminée.

2. www.bforex.com : BFOREX Limited ; www.gcitrading.com : GCI Financial Limited ; www.nordfx.com/fr : Nord Group Investments Inc ; www.fxcast.com : Surplus Finance SA ; www.instaforex.com : InstaForex Companies Group ; www.finanzasforex.com : Evolution Market Group Inc ; www.youtradefx.com : International Youtrade Investments MA Ltd ; www.ikkotrader.com : Ikko Investments Ltd ; www.trader369.com : IP International Service.