Vogica

C’est fini

Publié le : 10/11/2010 

Le cuisiniste, qui vient d’être placé en liquidation judiciaire, met fin à toutes ses activités. Le fabricant sous-traitant de Vogica a toutefois fait savoir qu’il était prêt à livrer les clients lésés.

 

Vogica n’aura pas résisté longtemps. À peine plus d’un mois après avoir été placé en redressement, la liquidation définitive du cuisiniste vient d’être prononcée par le tribunal de commerce d’Évry (Essonne), aucun repreneur sérieux ne s’étant fait connaître.

Les clients ayant versé un acompte ont une chance d’en obtenir la restitution, notamment par le biais du mandataire judiciaire qui a annoncé être en train d’analyser les dossiers en sa possession. Dans le cas où vous avez commandé votre cuisine auprès d’un magasin franchisé (point de vente n’appartenant pas à la société VGC Distribution), vous avez la possibilité de demander par lettre recommandée l’annulation de la commande et la restitution des sommes versées dès lors que la date de livraison inscrite sur le bon de commande est dépassée de plus de 7 jours (article L.114-1 du code de la consommation). Si votre cuisine se trouve chez le transporteur, vous pouvez vous mettre en relation avec lui. Vous aurez peut-être à payer une nouvelle fois les frais de livraison et il faudra vérifier méticuleusement que le colis livré correspond bien à la commande.

Dans les autres cas, il est impératif, si ce n’est déjà fait, de déclarer sa créance1 auprès du mandataire judiciaire de VGC Distribution, la société propriétaire de l’enseigne (Me Pascale Huille-Eraud, 5, boulevard de l’Europe, 91050 Évry). Malheureusement, les chances de voir sa cuisine livrée ou d’obtenir le remboursement des sommes versées par ce biais sont minces. Le mandataire procédera en effet à la vente des actifs et à l’indemnisation des victimes, en commençant par les fournisseurs et les salariés.

Un réel espoir

Il existe néanmoins une autre solution : prendre contact directement avec la société Nevelt, l’entreprise vosgienne qui fabriquait les cuisines et les salles de bains pour le compte de Vogica. Le patron se propose en effet de mener à bien les 7 000 commandes en souffrance. « Nous nous engageons à faire tout notre possible afin que les cuisines que nous avons en stock et celles qui devaient être fabriquées soient livrées à terme », promet Arnaud Dupuis. Une cellule a même été créée spécialement pour répondre aux demandes des clients Vogica2. Nevelt s’engage à facturer leur cuisine à « prix usine ». « Si un client a versé 4 000 euros d’acompte sur une commande de 10 000 euros, nous lui ferons payer environ 3.000 €. Il lui restera au final quelque 3 000 euros pour acheter l’électroménager et faire poser ses meubles. Nous enverrons à chaque client un devis et nous sommes même prêts à faire des modifications si nécessaire. » Même si certains cas risquent d’être plus difficiles à résoudre que d’autres (notamment lorsque le client a versé la totalité de la somme à Vogica), l’initiative de Nevelt devrait considérablement limiter la casse.

1. Modèle de déclaration de créances : www.greffe-tc-paris.fr/prevention/doc/creances10021.pdf

Plus d’informations sur la procédure de déclaration de créance :

www.greffe-tc-paris.fr/prevention/rlj_creance.htm

2. Par téléphone au 03 29 43 22 52 ou au 03 29 43 22 74, ou bien par courriel adressé à contact@nevelt.com