Déserts médicaux Les parlementaires proposent le bon remède, au Gouvernement de l’adopter !

Déserts médicaux

Les parlementaires proposent le bon remède, au Gouvernement de l’adopter !

Publié le : 04/06/2019 

Alors que l’examen au Sénat du projet de loi relatif à l’organisation et la transformation du système de santé a débuté ce lundi 3 juin, plusieurs sénateurs proposent par voie d’amendement l’instauration d’un conventionnement sélectif des médecins, visant à limiter leur installation dans les zones sur-dotées. Il est réjouissant que la nécessité d’une action résolue pour remédier à la fracture sanitaire soit enfin admise par le Parlement.

 

Ce n’est pas la première fois que l’UFC-Que Choisir pointe du doigt l’immobilisme des Gouvernements face à un accès géographique - et financier - aux soins se dégradant au fil des réformes. Pourtant, notre proposition de mettre en place un conventionnement sélectif des médecins, dans les zones les plus dotées a gagné en popularité : elle a été reprise par la Cour des comptes, et certains parlementaires s’y convertissent. Preuve que ces derniers, directement au contact de leurs populations, semblent engagés à prendre des mesures ambitieuses et efficaces.

Plusieurs députés de la majorité ont déjà proposé un amendement allant dans ce sens lors de l’examen du texte à l’Assemblée nationale. Aujourd'hui, c’est au Sénat que seront étudiés plusieurs amendements issus de différents groupes proposant la même solution. Alors que la mobilisation vient de la majorité, et semble être transpartisane, j’ose espérer qu’à force d’abnégation, les représentants de nos concitoyens parviendront à convaincre le Gouvernement de la qualité du remède proposé, lui qui s’y est jusqu’à présent toujours opposé.

Car à ce jour, face à un virus implanté dans le cœur des territoires et progressant de manière inéluctable, aucune des mesures dites « incitatives » prodiguées jusqu’alors n’a permis d’endiguer le phénomène de désertification médicale de nos territoires. Dans une tribune parue il y a quelques semaines, 118 parlementaires rappelaient qu’en matière de soins « le compte n’y [était] pas ». Si leurs solutions semblaient plutôt s’orienter vers l’accélération du développement de la télémédecine, qui n’est pas à exclure mais dont l’efficacité et l’ambition doivent être relativisées, j’espère que les sénateurs adopteront le conventionnement sélectif. Quant au Gouvernement, je l’appelle à - enfin - écouter les voix des associations et des populations qui sont unanimes sur le constat comme sur le remède.

Alain Bazot

Président de l'UFC - Que Choisir