Retour au Comparatif Additifs alimentaires (327 additifs)

TEST E1442 Amidon modifié, phosphate de diamidon hydroxypropylique

E1442 Amidon modifié, phosphate de diamidon hydroxypropylique

Amidon modifié

Mis à jour le : 23/10/2018

Galerie photo

Comparer

Pour comparer ces produits, cliquez sur le bouton ci-dessous
comparer Supprimer
toute ma sélection
 

Fonction principale

Agent de texture 

Notre appréciation

picto-3-orange.png
AcceptableAcceptable
Tolérable, vigilance pour certaines populationsTolérable, vigilance pour certaines populations
Peu recommandablePeu recommandable
À éviterÀ éviter
Partager par mail
Cette section est réservée aux abonnés du site quechoisir.org

Abonnez-vous !
Et accédez immédiatement à tout le contenu du site QueChoisir.org

Je m’abonne

Déjà abonné au site ?
Identifiez-vous pour afficher tout le contenu du site

Je m’identifie

Caractéristiques E1442  Amidon modifié, phosphate de diamidon hydroxypropylique

 
Fonction principale Agent de texture
Famille Amidon modifié
Exemples de produits d'emploi Très nombreuses catégories d'aliments, interdit en alimentation infantile
DJA (valeur en mg/kg pc/jour) Non spécifiée
Autorisé en bio Non
Allergie possible Non
Notre commentaire Le terme d'amidon modifié regroupe en réalité 12 additifs. Sous forme naturelle, les amidons ont peu d'intérêt pour les industriels. En revanche, les amidons modifiés retiennent plus efficacement l'eau, résistent mieux à la chaleur, et se prêtent globalement mieux à la fabrication d'aliments transformés. Le phosphate de diamidon hydroxypropylique n'est pas autorisé en alimentation infantile en raison de la présence possible d'impuretés de PCH dans l'additif. Le PCH (propylène chlorhydrine) est un résidu soupçonné d'être mutagène. Par ailleurs, de récentes études ont montré une augmentation du taux de phosphate dans la paroi des vaisseaux sanguins au sein des populations. Cette augmentation serait potentiellement néfaste puisqu’elle augmenterait le risque de maladies cardiovasculaires, en particulier en cas de maladie rénale. Le phosphore peut entraîner une aggravation de l'insuffisance rénale chronique. Les troubles du calcium et du phosphore sont alors plus fréquents. Les conséquences de ces anomalies peuvent être osseuses avec, chez l'enfant, des signes proches du rachitisme et, chez l'adulte, une fragilité osseuse (ostéoporose). Il existe une controverse globale sur les additifs alimentaires à base de phosphate. Ceux-ci ont fait l'objet d'une réévaluation par l'Autorité européenne de sécurité alimentaire (Efsa) en 2019, mais la dose journalière admissible (DJA) fixée ne tient pas compte de l'exposition au phosphate via le E1442.