Retour au Comparatif Additifs alimentaires (329 additifs)

TEST E320 Butylhydroxyanisol BHA

E320 Butylhydroxyanisol BHA

Mis à jour le : 23/10/2018

Galerie photo

Comparer

Pour comparer ces produits, cliquez sur le bouton ci-dessous
comparer Supprimer
toute ma sélection
 

Fonction principale

Antioxydant 

Notre appréciation

picto-4-rouge.png
AcceptableAcceptable
Tolérable, vigilance pour certaines populationsTolérable, vigilance pour certaines populations
Peu recommandablePeu recommandable
À éviterÀ éviter
Partager par mail
Cette section est réservée aux abonnés du site quechoisir.org

Abonnez-vous !
Et accédez immédiatement à tout le contenu du site QueChoisir.org

Je m’abonne

Déjà abonné au site ?
Identifiez-vous pour afficher tout le contenu du site

Je m’identifie
Sommaire :

Caractéristiques E320  Butylhydroxyanisol BHA

 
Fonction principale

Antioxydant

Famille

-

Exemples de produits d'emploi

Matières grasses, arômes, chewing-gum, céréales de petit-déjeuner, préparations pour gâteaux, certains produits à base de noisettes, soupes et bouillons notamment

DJA (valeur en mg/kg pc/jour)

1

Autorisé en bio

Non

Allergie possible

Non

Notre commentaire

Le BHA est un antioxydant de synthèse. Il protège en particulier les matières grasses du rancissement, les arômes et les colorants de l'altération. Un nombre important d'études a été réalisé et toutes ont démontré la même prolifération cellulaire de l'avant-estomac du rat à partir d'une certaine dose. Néanmoins, l'Autorité européenne de sécurité alimentaire (Efsa) estime que ce phénomène observé chez le rat au niveau d'un organe qui n’existe pas chez l'homme n'est pas pertinent. Les conclusions de certaines études mentionnées par l'Efsa ne sont toutefois pas rassurantes (prolifération cellulaire, aberrations chromosomiques). De même, les dommages causés à l'ADN n'ont pas été retenus par l'Efsa car relevant plus d'un stress oxydant. On peut globalement questionner le postulat de l’agence qui ne semble pas être le plus protecteur. Le BHA est classé cancérogène possible par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) (groupe 2B). Il est également fortement suspecté d’être perturbateur endocrinien.

 

Partager par mail