Retour au Comparatif Additifs alimentaires (329 additifs alimentaires)
E450 Diphosphates, Pyrophosphates -

TEST E450 Diphosphates, Pyrophosphates

Phosphates

Mis à jour le : 23/10/2018

Fonction principale

Agent de texture 

Notre appréciation

picto-3-orange.png
AcceptableAcceptable
Tolérable, vigilance pour certaines populationsTolérable, vigilance pour certaines populations
Peu recommandablePeu recommandable
À éviterÀ éviter

Caractéristiques   E450  Diphosphates, Pyrophosphates

  -   Fermer toutes les caractéristiques

Fonction principaleAgent de texture
FamillePhosphates
Exemples de produits d'emploiCertains aliments infantiles (biscuits et biscottes), lait de consommation, produits laitiers, certains fromages, beurre, crèmes glacées, farines, céréales pour le petit-déjeuner, produits de panification, sauces, mollusques, crustacés, boissons rafraîchissantes sans alcool, soupes, potages, certains spiritueux, biscuits apéritifs, produits transformés à base de pomme de terre, viande cuite transformée notamment
DJA (valeur en mg/kg pc/jour)40 (exprimé en phosphore) pour l'acide phosphorique et l'ensemble des phosphates
Autorisé en bioNon
Allergie possibleNon
Notre commentaireLes phosphates sont les sels de l'acide phosphorique (E338). Les diphosphates remplissent plusieurs fonctions. Ce sont notamment des humectants. Ils permettent par exemple d'obtenir un jambon bien juteux. Ils assurent également une répartition homogène des ingrédients dans une crème glacée ou dans un produit laitier. De récentes études ont montré l’existence, au sein des populations, d’une augmentation du taux de phosphate dans la paroi des vaisseaux sanguins. Celle-ci serait potentiellement néfaste puisqu’elle constituerait un facteur de risque cardiovasculaire, en particulier en cas d'insuffisance rénale. En 2019, l'Efsa a réévalué la sécurité associée à la consommation de phosphates en tant qu'additifs et via l'alimentation générale. Une nouvelle DJA, plus stricte que la précédente, est établie pour l'ensemble des apports en phosphates, ceux provenant d'additifs alimentaires pouvant contribuer de 6 à 30 % à l'apport total en phosphates. Ainsi, en l'état actuel des doses d'emploi autorisées, les niveaux d'exposition estimés sont suceptibles d'excéder la DJA pour les enfants et pour les adolescents forts consommateurs d'aliments vecteurs. De plus, la DJA exprimée ne couvre pas les individus souffrant de troubles modérés à sévères de la fonction rénale. Pour rappel, les additifs phosphatés sont autorisés dans plus de 100 applications alimentaires. Les catégories contribuant le plus à l'exposition des consommateurs via les additifs sont avant tout les produits de boulangerie et de pâtisserie, mais aussi les fromages industriels ou encore les produits à base de viande.
Cécile Lelasseux

Cécile Lelasseux

Rédactrice technique

Claire Garnier

Claire Garnier

Rédactrice technique

Domitille Vey

Domitille Vey

Léa Girard

Léa Girard