Retour au Comparatif Additifs alimentaires (327 additifs)

TEST E466 Carboxyméthyl cellulose de sodium, Gomme de cellulose

E466 Carboxyméthyl cellulose de sodium, Gomme de cellulose

Celluloses

Mis à jour le : 23/10/2018

Galerie photo

Comparer

Pour comparer ces produits, cliquez sur le bouton ci-dessous
comparer Supprimer
toute ma sélection
 

Fonction principale

Agent de texture 

Notre appréciation

picto-3-orange.png
AcceptableAcceptable
Tolérable, vigilance pour certaines populationsTolérable, vigilance pour certaines populations
Peu recommandablePeu recommandable
À éviterÀ éviter
Partager par mail
Cette section est réservée aux abonnés du site quechoisir.org

Abonnez-vous !
Et accédez immédiatement à tout le contenu du site QueChoisir.org

Je m’abonne

Déjà abonné au site ?
Identifiez-vous pour afficher tout le contenu du site

Je m’identifie

Caractéristiques E466  Carboxyméthyl cellulose de sodium, Gomme de cellulose

 
Fonction principale Agent de texture
Famille Celluloses
Exemples de produits d'emploi Très nombreuses catégories d'aliments, sauf notamment alimentation infantile
DJA (valeur en mg/kg pc/jour) Non spécifiée
Autorisé en bio Non
Allergie possible Non
Notre commentaire La carboxyméthyl cellulose de sodium est un épaississant, un gélifiant, un stabilisant et un agent d'enrobage. Sa consommation en excès peut occasionner des troubles digestifs (diarrhées ou, à l'inverse, constipations). En 2015, une étude menée sur des souris, par l'université Georgia State d'Atlanta, a montré que la consommation de E466, associé au polysorbate 20 (E433), avait des effets néfastes sur la flore intestinale et sur l'inflammation chronique du côlon. Bien que ces résultats soient alarmants, il n’est pas encore possible de dire s'ils s'appliquent également aux humains. Les doses d'émulsifiants administrées aux rongeurs étaient notamment bien supérieures à celles qu'un humain consommerait. En revanche, la consommation de E466 pourrait occasionner une augmentation de la perméabilité de la barrière intestinale et favoriser ainsi les maladies inflammatoires chroniques de l'intestin, une adiposité accrue (syndrome métabolique) et le développement de diabètes.