Alfa Romeo MiTo 1.4 TB MultiAir

Alfa Romeo  MiTo 1.4 TB MultiAir

3p - essence - 135 ch - boîte manuelle - commercialisé en octobre-09

Mis à jour le : 14/03/2022

ATTENTION
PRODUIT ARCHIVÉ !
Rendez-vous sur le comparateur mis à jour avec les derniers produits testés !

Avis du testeur

Mito signifie mythe en italien. Le véhicule mérite-t-il cette appellation flatteuse ? Équipée du moteur 1.4 TB MultiAir Stop & Start 135 ch (boîte manuelle 5 rapports), la MiTo possède de bonnes performances et dispose d'une réserve de puissance appréciable pour les dépassements. La version n'est pas vraiment sobre mais elle bénéficie du système Stop & Start qui permet de réaliser quelques économies en circulation urbaine. La boîte de vitesses demande une attention particulière si l'on souhaite des passages de rapports souples : il vaut mieux éviter les enclenchements rapides façon formule 1. Le châssis sportif assure une tenue de route tout à fait respectable et permet de négocier les virages à vive allure.

La fabrication est de bonne facture, les matériaux utilisés à l'intérieur sont plaisants. L'équipement de sécurité est de haut niveau, avec en tout 7 airbags.

Au final, sans être un mythe, la MiTo n'en est pas moins une petite sportive bien finie, amusante à conduire dans cette motorisation à la fois nerveuse et souple, mais un peu chère à l'achat et dont le confort est perfectible.

Remarque : cette motorisation est également disponible avec la boîte de vitesses automatique à double embrayage Alfa TCT.

Qualité de vie à bord

Qualité de fabrication, finition

Les +

Bonne qualité de fabrication, belle finition. Les jeux sont faibles et les éléments bien ajustés. Toutes les parties ouvrantes se ferment sans effort. Le soubassement avant est protégé, ce qui réduit les salissures et les turbulences et par conséquent, la consommation. À l'intérieur, les matériaux sont plaisants au toucher ; le revêtement des sièges est robuste.

Les -

Pas de baguettes de protection des portes. Les pare-chocs peints couleur carrosserie sont propices à l'apparition rapide de rayures. Le marchepied n'est pas protégé et sera vite souillé. L'accès au réservoir d'essence nécessite l'usage de la clé de contact. En cas de crevaison, le kit de réparation livré de série est peu utile. La roue galette optionnelle permet de rejoindre le plus proche garage à la vitesse maximale de 80 km/h.

Accès et habitabilité

Le verrouillage/déverrouillage des portes se fait grâce à la télécommande et le véhicule dispose d'un éclairage d'accompagnement pour vous guider après les stationnements nocturnes.

Malgré des arrêts de porte peu puissants, les portes peuvent s'ouvrir en grand, facilitant l'accès aux places avant. Mais attention à la tête car le passage est plutôt bas. S'installer à l'arrière est plus difficile étant donné le passage étroit ‒ contrainte fréquente pour cette catégorie de véhicule. En sortir n'est pas évident non plus car le véhicule n'est pas équipé de poignées de plafond et l'on ne peut pas s'agripper aux sièges avant, qui ne se verrouillent pas dans leur position rabattue.

Une fois à l'intérieur, les occupants avant jouissent d'un très bon volume, avec une garde au toit et une largeur généreuses. Les sièges bien fermes sont munis d'un grand dossier et assurent un bon support. Ils peuvent accueillir des personnes de 2 mètres. Celui du conducteur est réglable au niveau des lombaires.

En revanche, le volume arrière est réduit : avec des personnes d'1,85 m à l'avant, il n'y a pas de place pour les genoux des personnes de plus d'1,70 m à l'arrière. En outre, la garde au toit est très faible. Les sièges sont moins fermes qu'à l'avant mais suffisamment confortables. En résumé, le véhicule n'est pas adapté pour transporter des passagers à l'arrière sur une longue distance.

La MiTo est livrée avec une banquette arrière à deux places séparées, mais une banquette asymétrique à trois places est proposée en option. Cependant, nous conseillons de n'utiliser la 5e place qu'en dernier recours.

Accès à l'arrière difficile malgré un bon système d'ouverture.

Coffre

Avec 250 litres, le volume du coffre se situe dans la moyenne des véhicules de cette catégorie. Une fois les sièges arrière rabattus, on dispose de 645 litres (en dessous du niveau des parties vitrées). Le hayon s'ouvre bien haut et la forme du coffre est pratique, mais attention à la serrure qui présente des parties saillantes.

Dommage que le seuil soit situé si haut (82 cm). Le plancher du coffre se trouve alors 34 cm plus bas, ce qui fait que l'on laisse un peu tomber les bagages plutôt que de les charger. On regrette l'absence d'espaces de rangement et un éclairage un peu faible.

Le seuil du coffre est placé trop haut.

La banquette arrière étant peu accessible, elle est difficile à rabattre : il faut une certaine force. Une fois les sièges rabattus, la plage de réglage des sièges avant est limitée et le plancher du coffre n'est pas complètement plat. L'utilisation en mini break doit rester occasionnelle.

Le coffre une fois la banquette rabattue.

Commandes, instruments, rangements

Les +

Les commandes principales sont faciles à utiliser et l'on s'y habitue rapidement. Les instruments sont bien placés, dans le champ de vision du conducteur. La position du volant (ajustable en hauteur) est idéale. La MiTo est équipée d'une aide de démarrage en côte. Un système audio haut de gamme Bose (CD-MP3) avec 9 haut-parleurs est proposé en option. Il est placé assez haut dans le champ de vision du conducteur et peut être commandé depuis le volant. Seule la réception de la radio est jugée moyenne. Les vitres avant électriques sont à impulsion tandis que les vitres arrière ne s'ouvrent pas. L'ordinateur de bord est installé de série pour la motorisation testée mais il est en option pour les niveaux de finition inférieurs, disponibles dans d'autres motorisations. Cet ordinateur affiche notamment la consommation instantanée et moyenne. Le régulateur de vitesse installé de série est simple d'utilisation.

Les -

Les pédales sont trop près du plancher. Les commandes du climatiseur automatique (de série pour la motorisation en question) sont placées trop bas et les réglages sont difficiles à lire. Certains boutons (circulation d'air, chauffage de la vitre arrière) sont mal placés car en dehors du champ de vision du conducteur. Les commandes des sièges chauffants optionnels, placées au niveau de la console centrale, sont difficilement accessibles et le réglage est peu visible. Pour activer les essuie-glaces, le conducteur doit enlever la main du volant. Aucun voyant n'indique le fonctionnement des feux de croisement. Le système Radionav optionnel est complexe à utiliser, mieux vaut choisir un GPS portatif.

Il n'y a quasiment pas d'espaces de rangement et la boîte à gants est juste assez grande pour y loger le manuel d'utilisation. Le réglage du support lombaire du siège conducteur n'est faisable qu'avec la portière ouverte. Les boucles de ceinture de sécurité avant sont placées un peu trop loin et sont difficiles à atteindre. Pas d'éclairage intérieur à l'arrière. Enfin, les vitres électriques ne fonctionnent qu'avec le contact enclenché.

Intérieur de qualité mais fonctionnalité du poste de conduite moyenne.

Bruit intérieur

Le moteur est plutôt silencieux, mais la qualité de l'insonorisation est jugée moyenne. Le bruit du vent augmente rapidement avec la vitesse. Quand la banquette arrière est rabattue, on perçoit nettement le bruit de roulement du train arrière.

Chauffage, ventilation

Dans la motorisation testée, qui n'est disponible qu'en finition Exclusive, la climatisation automatique bi-zone est installée de série. Elle offre un réglage de la distribution d'air et de la température indépendant pour le conducteur et le passager. Le filtre à pollen est installé de série.

La montée en température est rapide à l'avant. La performance est en revanche simplement acceptable à l'arrière, zone pour laquelle il n'y a pas de bouche d'aération.

Suspensions, amortissement

Suspension et amortisseurs sont réglés un peu durs. La plupart des bosses sont absorbées correctement, avec un bon comportement routier. Petites déformations de la chaussée et ornières sont ressenties plus durement et rendent la conduite cahoteuse. On note peu d'inclinaison dans les virages et de roulis lors des déboîtements rapides.

Au volant

Performances

Grâce à la technologie MultiAir, système qui optimise le mouvement des soupapes en fonction des sollicitations, le moteur 1.4 TB MultiAir turbo-compressé possède de très bonnes performances. Le moteur est bien souple, les reprises sont excellentes, à faible comme à haut régime. Le système DNA permet également de modifier la sensation au niveau de l'accélérateur, rendant le moteur plus ou moins disponible selon le réglage : D, N ou A (voir "Tenue de route").

Agrément moteur

Peu de vibrations sont perçues de manière générale mais, à haut régime, le moteur commence à se faire ressentir dans l'habitacle. En revanche, aucun bourdonnement n'est perceptible, même à bas régime.

Boîte de vitesses

Les 5 rapports sont longs afin de limiter la consommation d'essence à grande vitesse mais au final, ils ne sont pas parfaitement adaptés à la motorisation. Néanmoins, la docilité du moteur permet de compenser cette déficience. Un 6e rapport aurait quand même été l'idéal.

Les vitesses s'enclenchent facilement si elles sont passées en douceur mais le changement rapide des rapports peut provoquer un raclement désagréable. Le passage de la marche arrière est un peu rude mais silencieux.

Le système GSI (Gear Shift Indicator) indique au conducteur, via un voyant lumineux, à quel moment changer de vitesse, pour bénéficier des meilleures performances et d'une consommation moindre.

Tenue de route

Le sélecteur Alfa Romeo DNA (Dynamic, Normal et All Weather) qui équipe la MiTo modifie la réponse du véhicule en fonction du réglage choisi parmi les trois disponibles. Le DNA modifie les paramètres moteur et de direction en agissant sur l'accélérateur électronique, l'ESP (Système de contrôle électronique de stabilité, appelé VDC chez Alfa Romeo), l'antipatinage (ASR), la direction électronique...

La tenue de cap à vitesse élevée est perfectible mais le VDC vient rapidement à l'aide au niveau de la direction quand cela est nécessaire. Il intervient également lors des virages brusques sur route mouillée, évitant le tête-à-queue auquel le véhicule a tendance.

La direction réagit promptement et avec précision aux sollicitations, provocant un léger sous-virage que le VDC corrige immédiatement et en souplesse, afin d'éviter tout dérapage.

Direction

Très précise et réactive. La démultiplication importante est idéale pour la conduite sportive mais peu confortable car elle demande des corrections et une attention permanentes. En mode N (normal), sa légèreté est appréciable pour les manœuvres de parking. Par contre, le retour de direction est violent sous contrainte.

Le diamètre de braquage est très élevé (plus de 11,5 m), ce qui est spécialement pénalisant pour une utilisation citadine.

Freinage

Le freinage est réactif et dosable par incréments. Depuis 100 km/h, l'arrêt total sur revêtement sec a été mesuré à seulement 37,5 m (moyenne de 10 mesures).

Cependant, nous n'avons pas apprécié la position de la pédale de frein, mal adaptée à un freinage brusque. Certes, le système Pre-Fill détecte un freinage d'urgence et l'anticipe avant que le conducteur n'ait appuyé sur la pédale de frein ; il n'en reste pas moins que la position et la forme de cette dernière contraignent à freiner en appuyant avec toute la surface de la semelle au lieu de n'utiliser que la plante du pied, perdant de la puissance et de la précision.

Champ de vision

La visibilité est plutôt médiocre. La planche de bord placée très haut empêche de voir le nez du véhicule. Bien que les appuie-tête arrière soient rétractables, le champ de vision est obstrué par la lunette arrière, également placée trop haut. Pour les créneaux, ce problème peut être réglé par l'achat du radar de recul optionnel. Les piliers avant et du milieu sont massifs et les piliers arrière très larges, gênant la vue en diagonale vers l'arrière et pouvant masquer la présence d'autres usagers de la route. Le champ de vision à 360° est juste acceptable.

Les rétroviseurs extérieurs électriques et dégivrants sont installés de série. Celui côté conducteur est équipé d'un miroir qui couvre l'angle mort. Les phares antibrouillard avant sont également livrés de série. En revanche, les projecteurs bi-xénon (équipés de lave-phares) sont optionnels.

Les montants arrière handicapent grandement la visibilité.

Sécurité

La MiTo a été testée par l'Euro NCAP dès sa sortie, en 2008. Elle a obtenu un excellent score de 5 étoiles pour la protection des adultes.

Sécurité active

Le système de contrôle de stabilité VDC (Vehicle Dynamic Control) équipe la MiTo de série, tout comme l'assistance au freinage. L'affichage de pression des pneus est optionnel. Les feux de détresse s'allument automatiquement en cas de freinage d'urgence. Leur interrupteur n'est cependant pas détectable suffisamment vite si l'on veut les enclencher manuellement.

Sécurité passive

L'équipement de sécurité est de haut niveau : airbags frontaux à deux niveaux et airbags latéraux à l'avant, rideau de tête (avant et arrière), airbag de genoux (conducteur), ceintures de sécurité avant avec prétentionneur et limiteur d'effort. En outre, les places avant bénéficient d'un avertisseur d'oubli de bouclage de la ceinture de sécurité alors que l'état des ceintures arrière est indiqué au conducteur.

Les appuie-tête avant actifs assurent une protection maximale pour des adultes mesurant jusqu'à 1,85 m. Les appuie-tête arrière se déploient quasiment jusqu'au plafond.

Protection des enfants

Lors des essais Euro NCAP, le modèle obtient le score moyen de 3 étoiles sur 5 pour la protection des enfants. La protection de l'enfant de 18 mois est acceptable mais celui de trois ans subit des accélérations importantes au niveau de la tête et du thorax, alors qu'aucun choc n'a été observé. L'état de l'airbag frontal passager, qui peut être désactivé pour installer un enfant à l'avant, n'est pas indiqué clairement au conducteur. L'emplacement des ancrages Isofix à l'arrière est mal identifié. Notons qu'il n'est pas aisé d'installer des sièges auto à l'arrière vu que le véhicule ne possède que deux portes. En outre, la place centrale (optionnelle) ne peut pas être utilisée pour installer un siège auto. La garde au toit est trop faible pour installer certains sièges de grande hauteur.

Protection des piétons

Le pare-chocs est la seule zone assez souple pour assurer un bon niveau de protection, en l’occurrence celle des jambes des piétons. Le bord avant du capot est particulièrement agressif.

Environnement :

Le système MultiAir n'a pas pour seul objectif l'amélioration des performances. Il permet théoriquement de réduire les émissions de rejets polluants et la consommation. La consommation moyenne de 6,4 l/100 km que nous avons mesurée est faible pour un moteur de 135 chevaux mais élevée pour un véhicule de la catégorie des compactes. En ville, on atteint quand même 7,8 l/100 km malgré l'utilisation du Stop & Start (qui peut être désactivé si on le souhaite). Sur route, on descend à 4,9 l/100 km alors que sur autoroute, la consommation atteint 7,3 l/100 km.

Les émissions de rejets polluants sont très faibles, même sur autoroute.

Le véhicule en résumé

Les +

Motorisation performante, bonnes reprises

Sièges bien dessinés

Spacieux à l'avant

Bon équipement de sécurité

Disponible en 4 ou 5 places

Les -

Accès au coffre

Confort

Espace aux places arrière

Rayon de braquage important

Passage des vitesses

Lars LY- Juillet 2012

Yves Martin

Yves Martin

Lars Ly

Lars Ly

Rédacteur technique

:

Crash Test

Évaluations
Résultat
Protection des occupants adultes
Protection des enfants
Protection des usagers de la route vulnérables
Aide à la sécurité