Machine à coudre Bien choisir sa machine à coudre

Machine à coudre

Bien choisir sa machine à coudre

Pour bien choisir sa machine à coudre, il est important de prendre en compte ses désirs créatifs et le temps que l’on souhaite y consacrer : occasionnel ou régulier, reprises, habillement, décoration, patchwork, broderie ou encore le type de tissu que l’on souhaite travailler… Vos projets vous guideront dans le choix de votre machine à coudre.

 

Test Que Choisir : Comparatif Machines à coudre

Les différents types de machines à coudre

Arbre décisionnel - Machines à coudre

Machine entrée de gamme

Elle convient aux personnes qui débutent ou qui ne souhaitent réaliser que des travaux de couture très occasionnels. Généralement mécanique car moins onéreuse, son prix ne dépasse pas les 200 €. Pour les débutants, il s’agit d’une machine facile à enfiler (avec un parcours pour le fil de bobine bien fléché sur la machine, voire numéroté par étapes). Elle est munie d’une dizaine de points et des pieds presseurs de base (voir ci-dessous). Peu évolutive, elle ne peut cependant pas toujours être complétée ultérieurement par des accessoires.

Machine milieu de gamme

Plus robuste, elle convient aux couturières qui veulent progresser et se prête mieux aux travaux d’ameublement qui demandent souvent de travailler des tissus épais. Elle peut être électronique pour plus de confort et possède des fonctions qui, sans être indispensables, améliorent le confort à l’usage : coupe-fil intégré, enfile-aiguille automatique, variateur de vitesse, position de l’aiguille à l’arrêt basse ou haute (pratique si l’on veut tourner l’ouvrage pour continuer la couture, par exemple). Elle offre des points de couture supplémentaires souvent décoratifs et dont l’usage demeure occasionnel. Enfin, elle peut être complétée par différents pieds presseurs.

Machine haut de gamme

Elle est destinée aux couturières averties. Elle offre un large choix de pieds presseurs et autres accessoires ainsi que beaucoup de points différents. La machine doit être confortable à utiliser (pensez notamment à l’ergonomie des boutons : un bouton « couture en arrière » situé juste au-dessus du bouton « coudre sans pédale » n’est pas forcément pratique). Elle est idéalement dotée d’un grand écran tactile, d’un éclairage efficace et d’un espace de travail large et aisément escamotable. Les machines les plus perfectionnées peuvent permettre de réaliser les techniques de patchwork, dont le quilting grâce au piqué libre, ou encore de programmer des motifs. 

Les points de couture indispensables

Quel que soit le budget que l’on souhaite investir ou l’usage que l’on attend de sa machine à coudre, elle doit proposer les points de couture de base : point droit, point zigzag et boutonnière, de préférence automatique en 1 temps, à défaut en 4 temps. Attention, la mention « boutonnière en 4 temps » signifie que vous devez changer 4 fois vos paramètres de couture afin de coudre les 4 côtés de la boutonnière. Sur une chemise, cela peut être fastidieux…

Le point pour couture stretch (ou élastique) s’avère utile pour travailler les tissus extensibles comme le jersey par exemple. Enfin, le point de surjet (aussi appelé point overlock) permet de réaliser des ourlets de bonne facture, même si un point zigzag serré près du bord peut aussi faire l’affaire.

Les pieds presseurs

La machine à coudre doit proposer un minimum de pieds presseurs (ou pieds-de-biche), 4 dans l’idéal : un classique, un pour les fermetures Éclair, un pour les boutonnières et éventuellement un pose-bouton (pour cadrer les boutons). Les pieds-de-biche à acheter en plus ne sont pas universels, il faut donc en racheter qui soient compatibles avec la machine.

La pression exercée par le pied-de-biche doit pouvoir se régler selon que l’on coud un tissu léger, lourd ou épais. L’idéal étant que la machine possède un réglage automatique de la pression du pied. Il est essentiel que le pied soit capable d’exercer une pression suffisante sur le tissu. Pour le vérifier, lors de l’achat n’hésitez pas à le faire descendre d’un geste sec pour entendre le bruit de l’impact. Il donnera un indice sur la pression exercée. Un gros bruit est donc plutôt bon signe !

Les paramètres de points de couture

De manière manuelle (machines mécaniques) ou sur la base de réglages prédéfinis (machines électroniques), il est important de pouvoir régler les différents paramètres de points de couture sous peine d’être très vite limité dans ses ouvrages.

Le sélecteur de longueur du point règle la longueur du point. Pouvoir en varier s’avère très pratique, voire indispensable.

Le sélecteur de largeur du point contrôle la distance sur laquelle l’aiguille se déplace d’un côté ou l’autre pour effectuer les points zigzags et les points décoratifs.

Enfin, pour les couturiers et couturières plus aguerris, c’est un plus de pouvoir changer la position latérale de l’aiguille dans les deux sens, droite et gauche.

Les griffes d’entraînement

Plus il y en a, mieux c’est ! Car ce sont elles qui vont entraîner le tissu et lui permettre d’avancer. Pour faciliter cet avancement du tissu, il existe également des pieds spécifiques appelés pieds transporteurs ou pieds à double entraînement. Enfin, certaines machines de la marque Pfaff proposent un système exclusif d’entraînement intégré (IDT) qui permet d’entraîner les différentes épaisseurs de tissu de manière régulière.

Le fil

Les canettes à chargement par le haut, avec cache en plastique transparent, offrent l’avantage de voir quand la canette est sur le point d’être finie. Pour l’installation de la bobine, préférez les systèmes horizontaux car le fil se dévidera mieux et sans à-coups.

Le variateur de vitesse

Le variateur de vitesse peut être un point en plus pour les ouvrages délicats. Il permet de ralentir l’allure pour effectuer les passages difficiles. Quand la vitesse de couture est bloquée, vous pouvez même appuyer à fond sur la pédale, la machine ne dépassera pas la vitesse fixée par le variateur. Idéal pour apprendre à maîtriser sa machine.

Le moteur

Une bonne machine à coudre est également dotée d’un moteur suffisamment puissant afin de pouvoir traverser les épaisseurs du tissu et les entraîner sans encombre. Cette puissance se traduit par la capacité à coudre des épaisseurs importantes de tissu (ourlets de jean…). Par ailleurs, les très bonnes machines haut de gamme proposent une vitesse de couture d’au moins 1 000 points par minute et plus.

Le poids

Prenez également en compte le poids et l’encombrement de la machine. Le poids varie en moyenne de 5 à 10 kg selon les modèles, les plus légères étant généralement des mécaniques. Si vous devez la transporter fréquemment, évitez les machines qui avoisinent les 10 kg !

Électronique ou mécanique ?

Plus onéreuses, les machines à coudre électroniques proposent des réglages prédéfinis des différents paramètres des points de couture qui facilitent leur utilisation. Le réglage de la largeur et la longueur des points est plus fin. Autre avantage, elles sont souvent plus silencieuses.

Quelques conseils

  • Choisissez une machine simple d’utilisation tant au niveau de l’enfilage que du bobinage de la canette. La notice doit être très compréhensible, avec des schémas et, dans l’idéal, un DVD d’explications.
  • Neuve ou d’occasion : testez ! Ou, le cas échéant, faites tester la machine par le vendeur sous vos yeux. Apportez du tissu, si possible de différentes matières (jean, mousseline, voile…), et testez différentes épaisseurs.
  • Sachez que la révision est en principe annuelle et coûte en moyenne autour de 60 à 80 € (hors garantie). Certains magasins proposent une ou plusieurs révisions gratuites ou à prix préférentiel en cas d’adhésion à un programme de fidélité généralement payant.
  • Vérifiez la période de garantie, qui peut varier de 1 à 10 ans selon les marques et les modèles. Attention, elle ne couvre pas toujours l’ensemble des pièces d’usure.

Test Que Choisir : Comparatif Machines à coudre

Marie-Noëlle Delaby

mndelaby@quechoisir.org