Histoire d’eau

Publié le : 25/04/2014 

Alors que la locataire réglait régulièrement sa consommation d’eau à travers ses charges, Veolia la menace de coupure pour non-paiement de factures.

 

Début 2011, Pauline emménage en location dans un appartement neuf à La Riche (37). Son bail précise qu’en l’absence de compteurs individuels ses consommations d’eau seront incluses dans les provisions de charges mensuelles donnant lieu à une régularisation annuelle. Tout se passe selon les règles jusqu’en mars 2013 où la locataire reçoit de Veolia un avis de coupure d’eau pour le non-paiement de sa consommation depuis décembre 2012, soit près de 400 €. Elle est quelque peu surprise puisqu’elle a continué de payer son eau dans ses charges mensuelles et qu’elle n’a jamais signé de contrat avec Veolia. En contactant le distributeur d’eau et l’agence qui gère l’appartement, elle apprend qu’en décembre 2012 Veolia a installé des compteurs individuels sans l’accord de la copropriété et a tout simplement relevé les noms des occupants sur les boîtes aux lettres pour leur envoyer des factures en direct. Ayant fourni les preuves qu’elle avait régulièrement payé ses consommations d’eau au propriétaire, Pauline pense que Veolia va cesser ses relances et se retourner vers la copropriété. Au contraire, c’est une société de recouvrement qui va lui téléphoner de façon de plus en plus pressante, puis lui adresser une mise en demeure de régler la facture augmentée de pénalités et d’intérêts de retard, la menaçant d’une procédure à ses frais à défaut de paiement. Pauline contacte l’UFC-Que Choisir d’Indre-et-Loire. À la réception du courrier de l’association locale lui rappelant les faits, Veolia reconnaît ses erreurs, annule les factures concernées et met fin aux réclamations envers la locataire.