Ouibus fait de la résistance

Publié le : 15/06/2017 

Pour se rendre à l’aéroport d’Orly, un couple de Rennais emprunte un car Ouibus, filiale low cost de la SNCF. Mais le car tombe en panne au Mans. Contacté, le service clients de Ouibus assure qu’ils peuvent prendre un taxi et que le montant de la course leur sera remboursé. À son retour de voyage, le couple adresse la facture du taxi (361,40 €), comme convenu. Ouibus renâcle et offre généreusement un bon d’achat de 30 € correspondant au prix des deux billets de car. Faute de réponse à ses courriers de réclamation, le couple saisit l’UFC-Que Choisir de Rennes. Par trois fois, l’association locale arguera qu’une panne, contrairement à ce qu’affirme Ouibus, n’est pas reconnue comme un cas de force majeure. Face au silence de la société, l’association locale conseille au couple de saisir la justice. À l’audience, le juge propose aux deux parties de s’en remettre à un conciliateur de justice. Après discussion, un accord est enfin signé. Ouibus s’engage à verser 365 € à ses clients.