Disparition du 12

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Publié le : 31/03/2006 

L'UFC Que Choisir déplore vivement la disparition du 12, le 3 avril 2006, au profit de numéros à 6 chiffres de la forme 118 XYZ.

L'arrivée pléthorique, une vingtaine actuellement, de numéros aussi divers dans leurs contenus, qu'inégaux dans la qualité de service et opaques dans leur tarification, ne peut être que source de confusion et de désagréments pour les consommateurs.

L'UFC Que Choisir rappelle que France Télécom, désigné opérateur de service universel par le ministre, est tenu de fournir un service de renseignements téléphoniques de base à un prix abordable, normalement orienté vers les coûts, et homologué par l'ARCEP (Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes).

C'est au 118 711, facturé 0,90 euro par appel (hors mise en relation) que revient ce rôle jusqu'alors dévolu au 12. Le 118 711 est donc le véritable successeur du 12.

Toutefois, l'UFC Que Choisir s'interroge sur la très forte augmentation du tarif régulé qui est passé de 0,56 euro à 0,90 euro par appel ces dernières années.

Quant aux tarifs des nouveaux arrivants, ils sont dans leur immense majorité plus élevés que le tarif homologué et particulièrement opaques dans leur facturation. Il suffit de consulter le site édité par l'ARCEP (www.appel118.fr) pour s'en rendre compte :

- Plusieurs systèmes cohabitent, soit un prix forfaitaire par appel, soit un prix à la minute, soit un prix forfaitaire plus une facturation à la minute (avec parfois des paliers de plusieurs secondes).

- Depuis un téléphone mobile il faut, en plus, ajouter le coût de la communication facturé par l'opérateur mobile qui peut être très élevé.

- Enfin, si la plupart des éditeurs de renseignements proposent la mise en relation gratuite avec le numéro demandé, le prix de la communication qui suit, peut, quant à la lui, être très fortement majoré par rapport à une communication normale (jusqu'à 0,34 euro la minute).

Dans de telles conditions, l'ouverture des services de renseignements téléphoniques à la concurrence ne sert en aucun cas l'intérêt des consommateurs, tout au contraire. Et tant qu'il n'y aura pas de véritable transparence, L'UFC Que Choisir :

- Appelle les consommateurs à ne pas avoir recours aux 118 XYZ , quand c'est possible, en privilégiant le recours à Internet par exemple.

- A défaut, tient à leur préciser que le seul véritable successeur du 12 est le 118 711.

Et en tout état de cause, leur conseille très vivement de ne pas utiliser le téléphone mobile et de décliner la mise en relation.