Inflammabilité des canapés

Les pouvoirs publics ne doivent plus s’asseoir sur la sécurité des consommateurs !

Publié le : 29/09/2010 

L’UFC-Que Choisir publie ce jour les résultats accablants d’un test sur l’inflammabilité des canapés à usage domestique et, à l’appui de ceux-ci, exige des pouvoirs publics nationaux et européens l’adoption d’une réglementation protectrice des consommateurs.

Alors que les incidents domestiques, une des principales causes des accidents de la vie courante, occasionnent chaque année 10 000 victimes et près de 500 morts, et que 15 à 20% d’entre eux ont pour origine des meubles rembourrés ou matelas, l’UFC-Que Choisir pointe du doigt la dangerosité des canapés. En effet, 20 ans après la publication d’un premier test alarmant sur les fauteuils, l’UFC-Que Choisir a analysé 13 canapés1 conformément aux tests d’inflammabilité recommandés par les experts : celui de la cigarette, le moins sévère, celui de la petite flamme, allumette ou briquet et, enfin, celui du bûcher correspondant au dépôt d’un élément enflammé, morceau de rideau ou bois de cheminées. La réussite de ces trois tests est, depuis 1988, un passage obligé au Royaume Uni et en Irlande avant toute commercialisation, mais en France aucun de ces tests n’est obligatoire.

Faute de réglementation sur les meubles rembourrés et les matelas à usage domestique, le résultat est sans appel : sur les 13 canapés testés, si tous passent avec succès l’essai à la cigarette, 1 seul passe l’essai à l’allumette et aucun ne réussit le test du bûcher ! Pire, nos essais en laboratoire révèlent qu’en moins de 3 minutes, l’incendie peut devenir mortel en raison des fumées toxiques qui se dégagent.

Malgré l’appel lancé depuis plus de 20 ans par l’UFC-Que Choisir pour une réglementation protectrice des consommateurs, suivi d’un avis dans le même sens de la Commission de Sécurité des Consommateurs, aucun progrès réglementaire n’est intervenu : un projet de décret, limité à la résistance à la cigarette, a été notifié en 2006 à la Commission européenne mais fin 2010, il est toujours au point mort !

Face à l’absence de responsabilisation des professionnels quant à l’utilisation de matériaux peu inflammables (les fabricants de canapés sélectionnés n’ont pas mentionné la présence d’ignifugeants ou de barrière physique -tels que les interliners- dans leur fabrication), l’avancée réglementaire est aujourd’hui d’une impérieuse nécessité.

Soucieuse que la sécurité des consommateurs soit garantie, l’UFC-Que Choisir, Vice-Présidente du Collectif interassociatif de Lutte contre les Accidents de la vie Courante (CLAC) :

- Est intervenue auprès d’Hervé NOVELLI, Secrétaire d’Etat à la Consommation, et de John DALLI, Commissaire européen, afin qu’ils adoptent dans les plus brefs délais une règlementation efficace.

- A saisi la Commission de Sécurité des Consommateurs sur les résultats de ses tests.

- Rappelle sa demande au Premier Ministre pour que les accidents de la vie courante soient déclarés « grande cause nationale 2011 » en vue de la mise en place d’une politique interministérielle ambitieuse.

1. Le choix des canapés a été effectué pour être le plus représentatif en termes de diversité de composition chimique et des futures évolutions liées à l’introduction sur le marché de produits biologiques ou naturels (type plumes d’oiseaux, lin biologique...)