Accident vasculaire cérébral

Les nouveaux anticoagulants pas toujours bien prescrits

Publié le : 30/11/2013 

L’apparition des nouveaux anticoagulants oraux (NACO) n’a pas modifié la pertinence d’un traitement par anti-vitamines K (AVK) en première intention dans la fibrillation auriculaire. Malgré tout, les NACO semblent fortement prescrits, d’où des efforts de sensibilisation accrue.

 

La dynamique de prescription des nouveaux anticoagulants oraux (NACO) s’est infléchie depuis le printemps, selon des chiffres de l’assurance maladie. N’empêche. Ces médicaments utilisés depuis 2012 en prévention des accidents vasculaires cérébraux (AVC) se sont taillé une belle place à côté du traitement de référence par AVK (anti-vitamines K). 30 % des anticoagulants utilisés en 2013 sont des NACO, et en moins d’un an, la moitié des patients débutant un traitement anticoagulant a pris un NACO.

Or dans 5 à 10 % des cas, le traitement par NACO est tout simplement incompatible avec l’état de santé, note l’assurance maladie. Les patients sont en effet par ailleurs atteints d’une insuffisance hépatique ou rénale, ou d’une fibrillation auriculaire et de valvulopathies, autant de contre-indications à la prise de NACO.

Moins grave mais tout aussi préoccupant, 15 % des patients sous NACO prennent en plus des médicaments majorant le risque hémorragique. En réalité, dans ces situations, seuls les AVK permettent de contrôler la situation, entre autres parce qu’il existe un antidote en cas de saignement. Enfin, 10 % des personnes débutant un traitement par NACO ont plus de 80 ans et ne bénéficient d’aucune surveillance de leurs reins. À cet âge, pourtant, ce suivi est indispensable en raison d’une possible accumulation des molécules dans l’organisme.

Ces anomalies de prescription incitent les autorités sanitaires à poursuivre la surveillance des NACO et à accompagner les médecins dans leurs prescriptions. Elles rappellent que, malgré les examens biologiques contraignants qu’ils imposent, les AVK restent les médicaments de référence dans la prévention des AVC. Les NACO ne sont qu’une alternative si le traitement par AVK ne donne pas de bons résultats ou s’il est mal toléré.

Anne-Sophie Stamane

Contacter l’auteur(e)

asstamane