Air France

Une baisse, vraiment ?

Publié le : 21/01/2009 

À compter du 3 février prochain, Air France annonce réduire le prix de ses billets pour les liaisons intérieures. La baisse sera de 2 à 60 euros par vol aller-retour. À y regarder de près, pas sûr que le cadeau offert au consommateur soit aussi royal que cela...

 

Une baisse de 2 à 60 euros par vol aller-retour sur le marché domestique : c'est l'annonce faite par la compagnie Air France. La mesure entrera en vigueur le 3 février prochain et concerne les 120 lignes intérieures, soit une quinzaine de millions de passagers. Par exemple, un billet Évasion (achat jusqu'à 14 jours avant le départ) Paris-Nice (A/R) passera de 176 à 135 euros.

Une mesure décidée pour, notamment, endiguer la concurrence de plus en plus forte des compagnies à bas coûts (low-cost) et, surtout, du TGV. Et c'est sans doute avec un malin plaisir que la compagnie aérienne a annoncé cette baisse généralisée quelques jours seulement après l'augmentation de 3,5 % des tarifs du TGV. Une hausse contestée par les associations de consommateurs et de nombreux usagers.

Effondrement des cours du pétrole

Pour autant, l'annonce d'Air France doit être nuancée. Au cours de ces dernières années, et à l'instar de nombreuses autres, la compagnie a appliqué une « surcharge carburant » sur ses billets afin de faire face à l'envolée des cours du pétrole. Ces derniers s'étant aujourd'hui effondrés, maintenir ce supplément, qui pèse de plus en plus lourd dans le montant total du voyage payé par le consommateur, est difficilement défendable.

Tenant compte de ce contexte, Air France déclare que cette « surcharge carburant » est supprimée sur les vols nationaux. Mais lorsqu'on pousse la compagnie dans ses retranchements, l'affaire se complique. Lors d'une conférence téléphonique avec plusieurs journalistes, le 20 janvier, la directrice marketing, Soline de Montrémy, a un peu tempéré cette première affirmation : « En fait, cette surcharge sera intégrée au prix du billet [jusque-là, elle était clairement identifiée, NDLR]. » Bref, de quoi entretenir une certaine confusion... Il reste qu'en répercutant la baisse du coût du kérosène dans le prix de ses billets intérieurs - ce qui, au regard des cours actuels, paraît logique - le cadeau qu'Air France fait à ses clients laisse dubitatif.

Arnaud de Blauwe

Contacter l’auteur(e)