Audioprothèses et 100 % santé Remboursées et appréciées

Audioprothèses et 100 % santé

Remboursées et appréciées

Publié le : 18/04/2022 

Une étude réalisée auprès de notre lectorat montre que les audioprothèses de classe 1, totalement prises en charge sous réserve de disposer d’une complémentaire santé « responsable », sont autant appréciées que celles de classe 2.

 

C’est indéniable : les audioprothèses proposées à la vente dans le cadre de la réforme 100 % santé remportent un beau succès commercial. Totalement remboursées depuis le 1er janvier 2021, à condition d’être couvertes par une complémentaire santé dite « responsable », elles bénéficient aussi d’un tarif plafonné à 950 € par appareil, bien en deçà des prix pratiqués jusqu’alors… Une vraie révolution pour les personnes malentendantes !

Mais une fois le pas de l’achat franchi, encore faut-il qu’au-delà de l’intérêt financier, les appareils auditifs de classe 1 (remboursés), comme de classe 2 (pris en charge dans la limite des garanties de la complémentaire) d’ailleurs, apportent une véritable amélioration au quotidien. Faute de quoi, leur utilité s’arrête là ! Et le soufflé retombera aussi vite qu’il est monté. Les appareils auditifs ont la réputation d’être difficiles à vivre.

C’est pourquoi, pour nous assurer de l’intérêt des prothèses de classe 1 par comparaison à celles de classe 2, nous avons sollicité notre lectorat, et établi des données à partir de 4 320 réponses (1). Premier élément, 30 % des répondants ont porté leur choix sur un appareil de classe 1. Et quel que soit le type d’appareil, 80 % des personnes qui en portent les utilisent au moins 6 heures par jour, voire du lever au coucher. Finies les aides auditives qui dorment au fond d’un tiroir !

Mêmes désagréments entre les classes 1 et les classes 2

Cependant, des situations d’écoute difficiles persistent : pour plus de la moitié des répondants, c’est au moins une fois par jour. Et, point intéressant, il n’y a pas de différence entre les 100 % santé et les autres. La fréquence des désagréments est la même : les environnements bruyants et, dans une moindre mesure, les conversations à voix basse ou les voix aiguës, sont les plus problématiques.

Le degré de satisfaction global, établi selon plusieurs critères (facilité d’utilisation, confort, amélioration de l’audition, etc.) est comparable : classe 1 et classe 2 font à peu près jeu égal, avec toujours un léger avantage aux classes 2, sauf sur le rapport qualité/prix.

L’amélioration de l’audition est le critère où elles obtiennent le score le plus proche. La différence se joue ailleurs : les classes 2 sont appréciées pour leur batterie rechargeable et leur autonomie ; les classes 1 pour leur bon rapport qualité/prix.

Espérons que les autorités sanitaires, chargées de revoir le cahier des charges des appareils de classe 1, sauront entendre la nécessité d’intégrer à la catégorie des prothèses rechargeables. C’est un des déterminants majeurs de choix : plus de la moitié des appareils achetés récemment sont dotés d’une batterie rechargeable.

(1) Enquête en ligne réalisée du 4 au 17 février 2022 auprès d’un échantillon de 4 320 personnes ayant changé d’appareil auditif depuis 2019.

Anne-Sophie Stamane

Grégory Caret

Observatoire de la consommation

gregorycaret