Autolib’

Prise en main (vidéo)

Publié le : 27/12/2011 

Le dispositif de voiture en libre-service Autolib’ est proposé depuis début décembre en Île-de-France. Nous avons pris en main la Bluecar, la voiture électrique, pour jauger le dispositif. Visite guidée en vidéo.

 

Notre premier contact avec le service Autolib’ n’a pas été des plus concluants et surtout, il a mis le doigt là où ça fait mal : le manque de voitures. En effet, avec seulement 250 voitures, il n’est pas évident du tout de trouver une Bluecar disponible pour le moment. Ainsi, après être passé devant quatre stations du boulevard Voltaire dans le XIe arrondissement de Paris, nous avons dû nous rendre à notre rendez-vous… en métro. Et bien mal nous en a pris de vouloir retenter l’expérience pour le trajet retour ! Nos deux visites dans des nouvelles stations se sont également soldées par deux cuisants échecs et un nouveau voyage via la RATP. Entre les voitures déjà utilisées et celles en charge, les chances de pouvoir disposer d’une Bluecar deviennent très minces. Nous avons été obligé de renouveler l’expérience le lendemain, avec plus de succès cette fois. Et pour cause, nous avions réservé une voiture à l’avance. Chose qui n’est pas encore possible depuis le site Internet d’Autolib’ : il faut le faire par téléphone, ou depuis une borne d’abonnement.

La première prise en main, qui s’est déroulée dans des conditions difficiles de pluie et de froid, a mis en évidence deux points importants. Le premier, plutôt positif, est le système de chauffage performant. Le point négatif est l’absence de climatisation, qui entraîne la formation gênante de buée sur les vitres, au détriment de la visibilité et de la sécurité. Sinon, la conduite de la Bluecar est relativement simple et ne pose pas de souci. Les commandes tombent bien sous la main et le conducteur arrivera facilement à se familiariser avec son auto.

Aux petits soins

La mobilisation humaine autour d’Autolib’ est très importante, comme en témoignent tous les agents présents dans les bornes d’abonnement et la disponibilité du centre d’appel. Certes, le nombre de contacts doit encore être limité, mais la réponse est rapide et toujours pertinente. L’envoi de SMS sur votre portable vous indiquera le montant exact qui sera débité de votre compte. Et si jamais vous avez oublié de condamner les portes de votre voiture, vous serez également prévenu par un texto.

Le bilan

Certes, la mécanique Autolib’ est bien rodée et elle fonctionne assez bien. Pour autant, le manque cruel de voitures disponibles empêche Autolib’ d’être réellement performant pour le moment. La seule solution vraiment satisfaisante aujourd’hui est de réserver sa voiture à l’avance mais, dans ce cas, le service perd de son intérêt. Quand des centaines de Bluecars seront disposées un peu partout en Île-de-France, le système gagnera en efficacité et en souplesse d’utilisation.

Les tarifs d’Autolib’

Le tarif est lié à la formule d’abonnement (voir le tableau ci-dessous). Dans tous les cas, les 20 premières minutes sont indivisibles (donc dues par l’utilisateur) ; ensuite, la location est facturée au prorata temporis. Ainsi, lors de nos essais, nous avons payé une première fois 9,8 € pour une durée d’utilisation de 43 minutes, puis, une seconde fois, 12 € pour 54 minutes. Des tarifs raisonnables.

 

 

Montant facturé

par demi-heure

Montant facturé

par minute

Type d’abonnement

1 j/7 j

Premium

1 j/7 j

Premium

1re demi-heure

7 €

5 €

0,23 €

0,17 €

2e demi-heure

6 €

4 €

0,20 €

0,13 €

À partir de la 3e demi-heure

8 €

6 €

0,23 €

0,20 €

Yves Martin