Cartes de paiement

Davantage de fraudes

Publié le : 11/07/2009 

Pour la sixième année consécutive, la Banque de France a rendu publiques les conclusions de son Observatoire de la sécurité des cartes de paiement. Selon ses statistiques pour 2008, le taux de fraude global a, légèrement, augmenté. Au total, les montants détournés ont atteint 320,2 millions d'euros contre 268,5 en 2007.

 

Environ 40 % des paiements scripturaux sont désormais réalisés au moyen d'une carte de paiement. Mais, dans le même temps, la fraude augmente, certes légèrement. Selon les données de l'Observatoire de la sécurité des cartes de paiement, organisme de la Banque de France, « le taux de fraude pour l'année 2008 s'établit à 0,069 %, correspondant à un montant de 320,2 millions d'euros, contre 0,062 % et 268,5 millions d'euros en 2007 ». Une évolution essentiellement imputable à l'augmentation des fraudes sur les transactions internationales alors qu'au plan national, « elles restent stables ».

Ainsi, la fraude sur les paiements réalisés aux points de vente ou sur des automates (par exemple, dans les stations-service) situés en France diminue (taux de fraude de 0,015 % pour un montant de 44,5 millions d'euros). Une orientation à la baisse que l'on constate également pour les retraits aux distributeurs automatiques de billets (0,018 % pour 19,1 millions d'euros).

A la hausse, en revanche, les fraudes sur les paiements à distance où il n'est pas besoin de transmettre son code confidentiel pour valider la transaction. « Mais cette augmentation globale s'accompagne, dans le même temps, d'une baisse des fraudes relatives aux paiements d'achats effectués sur des sites Internet, tient à préciser Christian Noyer, président de l'Observatoire. En fait, ce sont les fraudes pour les paiements par téléphone ou par courrier (par exemple, le pli contenant un bon de commande où figurent les coordonnées de la carte du consommateur est détourné dans le circuit postal) qui alimentent cette aggravation pour les paiements à distance. »

Démarches longues et désagréables

Autre point sensible, d'après l'Observatoire : la fraude lors de l'utilisation de sa carte à l'étranger, et spécialement lorsque l'on effectue un achat à distance auprès d'un vendeur situé hors de nos frontières. « Entre 2007 et 2008, le taux est passé de 1,024 % à 1,698 %, ce qui est très élevé », reconnaît Christian Noyer. Qui a, en outre, rappelé que les conséquences de toutes ces fraudes sont essentiellement supportées par les commerçants et les banquiers, les consommateurs étant, en général, remboursés en cas de débit frauduleux. Au prix de démarches parfois longues et jamais agréables, a admis en substance Christian Noyer.

Une fois cette kyrielle de chiffres présentés à la presse, les responsables de l'Observatoire ne se sont guère étendus sur le sujet de la fraude. Comme s'il ne fallait pas ternir la réputation des cartes, « des moyens de paiement extrêmement sûrs ». Interrogé, à des fins de comparaison, sur le taux d'utilisation frauduleuse des chèques, Christian Noyer a répondu « qu'il n'avait pas ce chiffre, car cela n'entrait pas dans les attributions de l'Observatoire ». Quel est le taux d'élucidation des fraudes à la carte bancaire ? « Nous n'avons pas cette information », a assuré le président de l'Observatoire. Comment évoluent les fraudes liées à l'utilisation de cartes contrefaites ? « Elles sont en baisse de façon corrélative à la baisse des fraudes constatées lors de paiements de proximité », a concédé Christian Noyer... Fermez le ban !

Arnaud de Blauwe

Contacter l’auteur(e)