Électroménager Des pénuries amenées à durer

Électroménager

Des pénuries amenées à durer

Publié le : 16/02/2022 

Le nombre de références de produits électroménagers et électroniques disponibles dans les magasins a chuté, à cause d’une pénurie de composants et de la hausse du coût du transport maritime. Cette situation pourrait perdurer toute l’année.

 

Une seule pièce vous manque, et les rayons sont dépeuplés. Depuis le début de la pandémie de Covid-19, le manque de puces électroniques entraîne des pénuries en cascade : voitures, consoles de jeux vidéo, chaudières, appareils électroménagers et électroniques sont touchés. À cette carence en puces – due à des chaînes de production ralenties lors des confinements et qui ont des difficultés, dans un contexte de forte demande liée à la reprise économique, à rattraper le retard accumulé – s’ajoutent des hausses de prix, à la fois des matières premières et du transport.

Les conséquences sont parfois inattendues. Un lecteur s’est ainsi demandé pourquoi les poêles à granulés que nous avons testés fin 2021 étaient tous si chers : tout simplement car il nous a été impossible d’acheter des entrées de gamme, tous en rupture de stock ! Avant chaque test, nous effectuons une étude de marché pour sélectionner les produits à analyser en tenant compte de leur pertinence (part de marché, innovations…), de leur date de sortie et de leur disponibilité. Ce dernier critère pose de plus en plus problème. Début février, alors que nous voulions acheter trois lave-vaisselle, un vendeur de chez Boulanger, en région parisienne, nous a montré l'inventaire de sa réserve : « Les appareils disponibles se comptent sur les doigts d'une main », nous a-t-il dit. Les annulations de commande et les délais de livraison qui s’allongent (une hotte aspirante que nous voulons tester est annoncée avec 10 à 12 semaines d’attente !) nous obligent à revoir en permanence nos sélections.

Cette situation ne devrait pas se résorber de sitôt. « 2022 sera tout aussi complexe que 2021, si ce n’est plus », a déclaré Véronique Denise, présidente du Gifam (Groupement des marques d’appareils pour la maison), le 14 février lors d’un point presse. « Il y aura probablement toujours des problèmes de ruptures jusqu’à la fin de l’année, moins à cause des matières premières et plus à cause de problèmes de transport », a-t-elle précisé.

Relocalisations

Les fabricants font face à un manque de containers au niveau mondial, ce qui entraîne des retards de livraison et une augmentation des coûts. « Nous nous attendons à 50 % d’augmentation du prix du transport maritime en 2022 par rapport à 2021 », a noté la présidente du Gifam. La situation est telle que plusieurs fabricants ont décidé de relocaliser une partie de leur production au plus près de leurs marchés – et en particulier en Turquie – pour être moins dépendants du transport maritime.

Pour les consommateurs souhaitant s’équiper, le conseil de nos experts est donc de s’armer de patience et d’être flexible quant aux modèles qu’ils souhaitent acquérir. Les plus pressés peuvent aussi jeter un œil à l’étranger : certains fabricants réservent en effet leurs stocks aux pays où les prix moyens des appareils sont plus élevés, comme en Allemagne (le prix moyen d’un appareil de gros électroménager y est de 525 €, contre 358 € en France, selon des données de GfK). Une pratique qui aggrave d’autant plus la pénurie en France.

Morgan Bourven

morganBrv