Réfrigérateurs économes en énergie Plus rares et plus chers en France

Réfrigérateurs économes en énergie

Plus rares et plus chers en France

Publié le : 29/08/2017 

L’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) a réalisé une étude sur les ventes d’appareils électroménagers en fonction de leur classe énergétique. Elle montre que la part des réfrigérateurs les plus vertueux (classe énergétique A++ et A+++) vendus en France est bien plus faible que chez nos voisins et que les appareils les plus performants, étiquetés A+++, sont vendus plus chers en France que la moyenne européenne.

 

C’est une des surprises relevées par l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), dans une étude publiée le 22 août sur le positionnement du marché français par rapport au marché européen concernant les ventes d’appareils électroménagers (réfrigérateurs, lave-linge et sèche-linge) : à classe énergétique égale, le consommateur français paiera son réfrigérateur beaucoup plus cher qu’un consommateur allemand.

Alors que le même cadre réglementaire s’applique partout en Europe et que ce sont les mêmes fabricants qui distribuent leurs produits dans les différents pays, l’Ademe a observé une grande diversité des marchés. En France, les réfrigérateurs étiquetés A+++ ne représentent que 1 % des ventes, contre 5 % en moyenne en Europe et 16 % en Allemagne. Ceux classés A++ représentent 11 % des ventes en France, contre 25 % dans l’Union européenne, 49 % en Allemagne et même 83 % en Suisse.

Cette différence se retrouve dans les autres catégories de produits : les lave-linge A+++ représentent 39 % des ventes en France, contre 55 % dans l’UE (81 % en Allemagne) et les sèche-linge de classe A++ et A+++ totalisent 9 % des ventes en France, contre 32 % en Europe et 59 % en Allemagne.

Si l’impact pour les lave-linge et les sèche-linge n’est « pas trop préoccupant car les différences de consommation d’énergie entre les classes énergétiques ne sont pas très grandes », note l’Ademe, la situation est surprenante pour les réfrigérateurs, branchés 24 h sur 24 h. Même si nos tests montrent une grande différence entre la consommation réelle des réfrigérateurs et les données déclarées par les fabricants, preuve du manque de pertinence de la norme officielle, la transition énergétique invite à traquer chaque kilowattheure que l’on pourrait économiser.

Des réfrigérateurs 200 € plus chers en France

Or, les Français ne sont pas incités à se tourner vers les appareils vertueux. Au contraire, les données issues de la société de marketing Gfk, utilisées par l’Ademe, montrent que les réfrigérateurs classés A+++  sont vendus en moyenne 937 € en France, contre 732 € dans les autres pays européens. Un écart que l’agence peine à expliquer. « Nous avons fait le constat que les réfrigérateurs les plus performants en France sont beaucoup plus chers que la moyenne européenne, souligne Nicolas Doré, du service bâtiment et logement à l'Ademe. Nous ne connaissons pas la raison réelle, même si la dynamique du marché dépend de plusieurs facteurs : peut-être la structure du marché en France est-elle plutôt axée sur des fortes marges et des faibles volumes ». Il note aussi que la faible présence d’institutions en France faisant la promotion continue des économies d’énergie pourrait ne pas inciter les consommateurs à se tourner vers ces appareils, empêchant des baisses de prix.

Contacté par Que Choisir, le Groupement interprofessionnel des fabricants d'appareils d'équipement ménager (Gifam)  souligne que l’étude démontre que la France est plus chère sur la seule famille des réfrigérateurs. Sur les lave-linge, c’est le contraire : les lave-linge A+++ sont en moyenne moins chers en France (453 €) qu’en Allemagne (511 €).

Pour les fabricants, la différence de prix « s’explique probablement par la structuration du marché des réfrigérateurs ». En France, le cœur du marché se concentre sur de l’entrée/moyenne gamme (avec un prix moyen d’achat de 434 €, contre 501 € en Allemagne), avec des marques de distributeurs représentant 35 % des volumes. « La majorité de ces appareils sont concentrés sur la classe A+. Sur ces produits, la concurrence est forte, les marques sont nombreuses et tirent les prix vers le bas. Ceci a pour conséquence de catégoriser les A+++ en marché de niche. Nous sommes malheureusement devant une règle économique immuable : les prix baissent lorsque les volumes augmentent », nous explique le Gifam.

En outre, en raison du « coût de l’électricité en France (15 cts/kWh), deux fois moins cher qu’en Allemagne (29 cts/kWh), le consommateur prend peu en compte le coût de la consommation du produit dans sa décision d’achat », note le Gifam.

En attendant une baisse des prix en France, et dans un souci d’efficacité énergétique, les consommateurs frontaliers seront donc bien inspirés de comparer les prix de l’électroménager chez nos voisins. La différence peut parfois atteindre plusieurs centaines d’euros. Cause ou conséquence de cette disparité, le choix d’appareils vertueux y est aussi beaucoup plus grand. Sur leur site Internet, les enseignes allemandes Saturn et Media Markt listent respectivement 108 et 142 réfrigérateurs A+++ contre 119 et 134 modèles A+. En France, Boulanger et Darty proposent 29 et 17 modèles A+++, mais 269 et 188 modèles classés A+.