Bien choisir son lave-linge

Lave-linge

Bien choisir son lave-linge

Le lave-linge est, avec le réfrigérateur, l’un des appareils électroménagers les plus présents dans les foyers. Plus de 94 % des Français en possèdent un. Et contrairement aux apparences, la « machine à laver » n’en finit pas d’innover… Lave-linge connecté, nettoyage ou défroissage vapeur, lavage par bulle d’air ou par recirculation d’eau, moteur Inverter, telles sont les dernières innovations proposées par les fabricants. Face à l'éventail et au nombre de modèles proposés, le consommateur doit savoir s'y retrouver.

 
SOMMAIRE

→ Test Que Choisir : Comparatif Lave-linge

Top ou frontale ? Quel type de machine à laver choisir ?

Encombrement, largeur, hauteur, profondeur, encastrement sous un plan de travail, top amovible, voici quelques-uns des éléments à prendre en compte avant l’achat d’un lave-linge. 

Longtemps spécifiques au marché français, les « top » séduisent encore un tiers des Français pour leur faible largeur : de 40 à 46 cm. Leur capacité varie de 5 à 8 kg de linge maximum. Mais ces machines à laver à chargement par-dessus disparaissent au profit d’une autre catégorie de lave-linge, les frontaux.

top et frontal

À chargement par devant, les lave-linge hublot, aussi appelés frontaux, sont désormais les plus vendus sur le marché français. Leurs avantages ? Pouvoir s’installer sous le plan de travail d’une cuisine ou d’une salle de bains ou encore supporter un sèche-linge frontal en « colonne », moyennant l’installation d’un kit de superposition entre les deux appareils. Dans ce dernier cas, privilégiez deux appareils de la même marque, ou, à défaut, du même fabricant.

Majoritairement « pose libre », ces « front » sont également disponibles en version intégrable, permettant la fixation d’une porte décorative sur leur face avant. But avoué : pouvoir dissimuler la machine à laver parmi les meubles d’une cuisine intégrée. Très populaire au Royaume-Uni, cette tendance n’est que peu répandue en France.

Les frontales mesurent généralement 60 cm de large et 85 cm de haut environ pour une capacité maximale oscillant entre 5 et 12 kg. Cependant, de nouvelles catégories de frontales arrivent en France :

- Les « slim » (« mince » en anglais) sont des machines frontales à hublot de profondeur limitée : entre 33 et 45 cm. Elles mesurent 60 cm de large et leur capacité varie entre 4 et 6 kg environ.

- Les machines compactes : moins larges que les « slim », ces frontales sont également peu profondes. Leur capacité est inférieure à 5 kg.

- Les « big size » aux dimensions américaines sont sorties au début des années 2000. Plus larges et plus hauts que les machines frontales classiques, ces lave-linge hors normes – 12 à 15 kg de linge – tendent à disparaître. Bosch, Whirlpool ou Hotpoint ont à ce jour arrêté leur commercialisation.

Bon à savoir

Installer son lave-linge sous un plan de travail

En France, le plan de travail d’une cuisine ou d’une salle de bains est historiquement à une hauteur de 85 cm du sol, soit la hauteur d’un lave-linge frontal. Pour glisser un appareil sous ce plan de travail de 3 cm d’épaisseur, la hauteur de votre lave-linge ne doit pas dépasser 82 cm. Le top, partie haute du lave-linge, est traditionnellement retiré pour rester en dessous de cette hauteur limite. Or cette opération est rendue plus délicate sur les lave-linge actuels. La course aux grandes capacités fait que les fabricants exploitent désormais les 3 cm précédemment réservés au top, avec pour conséquence de le rendre inamovible. D’autres fabricants choisissent, pour des raisons esthétiques, d’augmenter la hauteur du bandeau jusqu’à 85 cm. Le top peut alors rester amovible « sur le papier », mais la hauteur du lave-linge au niveau du bandeau restera de 85 cm. Impossible de pousser le lave-linge jusqu’au fond de son emplacement. Le bandeau risque alors de dépasser à l’avant… Enfin, si vous retirez le top de votre lave-linge, sachez qu’il est recommandé de le remplacer par un « couvercle » de quelques millimètres d’épaisseur, qui isolera l’intérieur du lave-linge.

Lave-linge classique ou séchant ?

C’est une question qui se pose lorsqu’on dispose d’une place limitée. À la fois machine à laver et sèche-linge, ces 2-en-1 n’ont pas que des avantages. Notre guide d’achat lave-linge séchant vous dévoile les avantages et les inconvénients de cette solution plébiscitée par 5 à 10 % des Français seulement.

lave-linge séchants

Lave-linge séchant Siemens et Hotpoint-Ariston

Quelle capacité pour quel usage ?

L’idée reçue selon laquelle « plus la capacité du tambour est importante, moins il est nécessaire de faire de lessives, donc plus c’est économique » ne se vérifie pas toujours. Nos tests montrent que tous les lave-linge n’ajustent pas leur consommation proportionnellement à la quantité de linge introduite. D’autre part, remplit-on systématiquement un lave-linge de grande capacité à sa capacité maximale ? La capacité maximale de linge sec est valable pour le programme coton et parfois quelques programmes complémentaires comme « Blanc ». Mais pour les programmes spécifiques ou fragiles, la capacité maximale est moins élevée. Ainsi, la capacité max de textiles synthétiques ne dépasse généralement pas 50 % de la capacité du programme coton. Illustration avec le mode d’emploi suivant :

capacité de chargement

Vitesse d’essorage, quel intérêt ?

La vitesse d’essorage des lave-linge a progressé ces 15 dernières années pour atteindre désormais 1 000 à 1 600 tours par minute. Le principal intérêt d’un essorage intensif est d’extraire davantage d’eau des fibres de textile. Vos vêtements ressortiront moins humides du tambour et n’en seront que plus rapides à sécher. Si vous possédez un sèche-linge, sa durée de fonctionnement et donc sa consommation électrique en sera diminuée. Compte tenu de la différence de consommation entre un moteur de lave-linge et la résistance d’un sèche-linge, mieux vaut opter pour un meilleur essorage.

Un bémol toutefois puisque l’essorage maximal n'est pas compatible avec tous les types de textiles. Ainsi les programmes délicats, laine, soie ou « lavage à la main » limitent la vitesse d’essorage à quelques centaines de tours, loin de la vitesse d’essorage maximale.

Étiquette énergie : quelle classe énergétique choisir ?

étiquette énergie

 : A+, A++ et A+++ sont les 3 classes énergétiques encore commercialisées à l’heure actuelle et symbolisent le niveau de consommation théorique des lave-linge. Les classes A et inférieures sont désormais interdites de commercialisation. Nous sommes bien loin des classes énergétiques F ou G des premières étiquettes apparues il y a une vingtaine d’années.

La consommation électrique annuelle est donnée en kWh par an. Très théorique, cette valeur se base sur 220 cycles de lavage par an, soit un peu plus de 4 lavages par semaine.

La consommation d’eau annuelle est donnée en litre par an et est basée sur la même méthode de calcul que la consommation électrique annuelle. Attention, elle n’est pas prise en compte dans la classe énergétique. Ne vous fiez donc pas à la lettre (A+, A++ et A+++) pour savoir si votre machine est économe en eau !

La capacité maximale est également affichée sur l’étiquette énergie. Cette capacité n’est valable que pour le programme coton (ou presque).

L’efficacité d’essorage est attribuée sous forme de lettre, de A (très bon essorage) à G (très mauvais). La note est attribuée en fonction du pourcentage d’eau restant dans le linge après essorage (voir tableau ci-dessous) selon une méthode proche de celle décrite dans notre protocole de test.

essorage

Le niveau sonore au lavage et à l’essorage était facultatif dans la précédente version de l’étiquette énergie ; il est désormais obligatoire. Les émissions acoustiques – en décibels – sont mesurées sur le programme coton et à la vitesse d’essorage maximale.

L’efficacité de lavage n’est plus indiquée sur la nouvelle étiquette énergie. Mais un niveau d’efficacité minimum, correspondant à la précédente « classe A », est désormais obligatoire.

La consommation électrique en veille est en partie prise en compte par l’étiquetage énergétique, sans être indiquée spécifiquement. Un lave-linge consomme même après avoir terminé son cycle de lavage : la diode ou l’afficheur allumé à la fin du cycle ne fonctionnent pas sans courant… Mieux vaut éteindre et, si possible, débrancher son appareil immédiatement après usage.  De même, programmer un départ différé a pour effet d’entraîner une consommation supplémentaire mais c’est souvent pour une bonne cause : faire fonctionner son lave-linge sur les tarifs heures creuses par exemple.

Bon à savoir : les lave-linge séchants font l’objet d’une étiquette énergie spécifique.

Les limites de l’étiquetage énergétique

Bien que révisé en 2011, cet étiquetage possède des limites puisque seul le programme coton est pris en compte. Exit le programme synthétique pourtant encore très populaire selon les résultats de notre enquête menée auprès de près de 3 000 consommateurs. Les tests réalisés par Que Choisir sont effectués conjointement sur les programmes coton et synthétique. Les efficacités de lavage, d’essorage et les consommations énergétiques (électricité et eau) sont prises en compte. Également absentes de l’étiquette énergie, la durée des programmes, l’efficacité de rinçage et la facilité d’utilisation font partie des critères de notre test.

Lave-linge économe : économie d’eau, économie d’électricité

Les fabricants ont également fait des efforts du côté de la consommation. En limitant la quantité d'eau employée durant la phase de lavage, certains appareils se montrent également moins gourmands en énergie. Toutefois, une faible consommation d’eau durant le rinçage a souvent un impact négatif sur la qualité du rinçage, point faible récurrent des machines à laver testées.

Les programmes de lavage

À côté du programme coton, on retrouve le traditionnel programme synthétique. Le programme laine est également un classique. Les fabricants jouent, entre autres, sur la cadence de lavage, la quantité d’eau ou la capacité maximale du programme, ce qui limite le feutrage et aide à préserver votre linge. D’autres programmes dédiés aux textiles fragiles peuvent cohabiter suivant les modèles : délicat, soie, lavage à la main. Le relevé de caractéristiques des appareils testés indique la présence de ces différents programmes.

Tous les consommateurs ne trient pas leur linge en fonction de la nature des textiles. Le programme mixte est spécialement développé pour laver des vêtements de textiles différents. Cependant, tous les programmes mixtes ne se valent pas. Sur certains modèles, le mixte désigne simplement le programme synthétique. Nous ne prenons pas en compte ces appareils dans le relevé de caractéristiques des appareils testés.

Enfin, n’oubliez pas que chacun de ces programmes n’accepte pas la même quantité de linge.

programmes de lavage

Le bandeau de commandes

Deux types de bandeaux de commandes cohabitent. Le bandeau de commandes « monobouton » fait cohabiter les programmes de lavage et les températures autour d’un unique sélecteur. Le nombre de programmes est alors limité, tout comme la plage de températures.

bandeau1

D’autres bandeaux permettent de choisir un programme (sélecteur rotatif) et une température (touches et diodes par exemple). Le choix programmes/températures est alors plus vaste.

bandeau2

Gardez en mémoire que le bandeau doit être clair et explicite. La sérigraphie (nom des programmes, signification des touches…) doit être la plus lisible possible, de préférence noire sur fond blanc. Préférez les bandeaux francisés qui permettent une prise en main plus rapide. Le nom des programmes doit figurer autour du sélecteur de programmes, certains modèles se contentant de faire figurer des numéros dont la traduction est déportée sur la façade du bac à produits par exemple. Évitez les bandeaux de commandes surchargés de pictogrammes « marketing » qui vous seront inutiles au quotidien.

bandeau3

Les températures de lavage

40 °C et 30 °C sont les températures les plus fréquemment utilisées selon notre dernière enquête. Mais vous n’hésitez pas à adapter la température suivant la nature du linge ou son degré de salissures.

Depuis 2013 et sur incitation des instances européennes, le « 20 °C » fait son apparition, parfois au détriment du « 30 °C » qui disparaît. Si vous préférez laver à 30 °C, vérifiez bien que cette température est disponible sur l’appareil que vous vous apprêtez à acheter.

programmation

Lessives et bacs à produits

Le classique bac à produits à 4 compartiments laisse sa place à des compartiments plus larges mais moins nombreux. Le bac pour agent blanchissant (chlore, eau de javel…) est désormais quasiment absent. Le compartiment prélavage passe également à la trappe sur certains modèles, mais vous pouvez toujours placer la lessive directement dans le tambour. Reste le bac à produits associé à la phase de lavage et le bac à adoucissant. Ce dernier doit faire l’objet d’un entretien régulier pour éviter qu’il ne se bouche. Lors de l’achat, vérifiez donc que le siphon du compartiment adoucissant est facilement accessible et que le bac à produits se démonte facilement.

Les bacs à produits s’adaptent à la lessive liquide désormais de plus en plus utilisée. Un accessoire spécifique permet de retenir la lessive liquide dans le compartiment lavage du bac à produits. Sans cet accessoire, la lessive disparaît immédiatement dans la cuve pour tomber soit en fond de cuve (lessive inutilisée), soit sur le linge (risque d’endommager les textiles couleurs).

lessives

L'accessoire lessive liquide (en bleu) permet de conserver la lessive liquide dans le bac à produits jusqu'à la prise d'eau.

Des distributeurs de lessive liquide font également leur apparition. Ils s’appellent Dose-e chez Brandt, Opti dose chez Vedette, TwinDos chez Miele ou i-DOS chez Bosch et Siemens. Leur avantage ? Doser la juste quantité de lessive en fonction de la quantité de linge et/ou du degré de salissure du linge. Ces dispositifs utilisent de la lessive liquide, stockée au préalable dans un réservoir.

Des systèmes d’aide au dosage se développent. Après quelques rotations de tambour, le lave-linge indique via son afficheur la quantité de lessive à introduire. D’autres lave-linge se contentent d’une information a posteriori en activant un témoin de surdosage en fin de cycle. Ces différents dispositifs ont pour but d’inciter le consommateur à lutter contre le surdosage de lessive.

distributeurs lessives

Système TwinDos de Miele (à gauche) et Dose-e de Brandt (à droite).

Les moteurs

Universels, à induction, à courant continu, asynchrones ou Inverter, différents types de moteurs cohabitent sur les lave-linge. Les moteurs universels sont les plus basiques mais leur rendement est limité. Autre inconvénient, les balais alimentant le rotor s’usent par frottement, limitant leur durée de vie. Les autres types de moteurs suppriment tout frottement. Leur longévité est donc plus importante. Certains fabricants n’hésitent pas à augmenter la durée de garantie de ces moteurs. Autre avantage, leur niveau sonore est généralement plus faible.

La cuve et le tambour

moteur

Tambour et cuve sont trop souvent confondus. Le premier, systématiquement en Inox, contient le linge. La seconde contient le tambour et l’eau de lavage. Autrefois en acier Inox, cette cuve est désormais en plastique sur la majorité des lave-linge. Certains modèles haut de gamme conservent des cuves en Inox, dont la durabilité est théoriquement meilleure. C’est le cas sur les frontales Miele ainsi que sur certaines « top » Brandt ou Vedette de 45 cm de large.

Les sécurités 

Les machines à laver sont dotées de nombreuses sécurités de fonctionnement. Voici une liste non exhaustive des principales sécurités disponibles sur le marché :

- Sécurité enfant. Fonction empêchant les enfants de modifier le programme lors du fonctionnement de l'appareil.

- Sécurité antidébordement. Déclenche la vidange en cas de niveau d'eau anormalement élevé.

- Sécurité antibalourd. Limite (ou supprime) l'essorage quand le linge, mal réparti dans le tambour, fait trop vibrer l'appareil.

- Sécurité de porte. Bloque l’ouverture de porte durant le fonctionnement (obligatoire sur tous les lave-linge). Lorsque cette sécurité est thermique, un temps d’attente est nécessaire entre la fin du cycle de lavage et le déverrouillage de la porte.

- Sécurité d’arrivée d’eau. En cas de durée anormale de remplissage, le lave-linge arrête la prise d’eau.

- Tuyau d’arrivée d’eau blindé. Le tuyau est blindé pour éviter tout éclatement en cas de surpression.

- Sécurité anti-éclatement du tuyau (« aqua lock »). Le tuyau d'arrivée d'eau est doublé d’une gaine. Si jamais il éclate, un système mécanique vient interrompre l’arrivée d’eau.

- Sécurité antifuite. La partie basse du lave-linge est équipée d’un système de récupération d'eau avec flotteur placé sous la cuve du lave-linge. En cas de fuite, ce bac se remplit et active un interrupteur via le flotteur. La pompe de vidange est alors activée et l’eau est évacuée.

- Sécurité « aquastop ». L’électrovanne est déportée à l’extérieur du lave-linge et directement branchée sur le robinet d’eau. Le tuyau est donc sous pression uniquement lorsque le lave-linge prend l’eau. En outre, il est doublé d’une gaine qui peut conduire vers un système de sécurité antifuite placé sous la cuve.

schema

Dispositif antifuite d'un lave-linge Miele.

Le prix

C’est un fait, les consommateurs veulent acheter moins cher. Les lave-linge n’échappent pas à cette tendance. La fourchette de prix varie peu – de 199 à 2 000 € – mais le prix moyen de vente ne cesse de chuter. Entre 2012 et 2013, il aurait perdu 9 € en seulement 1 an pour s’établir à 370 € en moyenne selon le Gifam (Groupement interprofessionnel des fabricants d’appareils d’équipement ménager).

La progression des marques de distributeurs (MDD) est une constante sur ce marché. Tous les distributeurs possèdent leur propre marque, certaines grandes surfaces spécialisées disposant même d’une seconde marque positionnée un cran au-dessus de leur marque d’entrée de gamme. Que Choisir intègre régulièrement ces MDD dans ses tests électroménagers.

MDD

Nos « Meilleur choix », « Bon choix » et « Meilleur rapport qualité/prix »

logos

Le test comparatif de lave-linge réalisé par Que Choisir se veut indépendant et objectif. Nous sélectionnons les modèles les plus vendus ou présentant un caractère innovant. Chaque machine à laver de notre sélection est achetée anonymement dans le commerce et testée dans un laboratoire indépendant de tout fabricant ou distributeur. Notre évaluation nous permet de noter et classer les produits en fonction de leurs performances. Nous distinguons les meilleurs d’entre eux par les logos « Meilleur choix », « Bon choix » et « Meilleur rapport qualité/prix ». Un « avis du testeur » les accompagne, mettant en avant leurs avantages et leurs inconvénients.

Test Que Choisir : Comparatif Lave-linge

Laurent Baubeste

Rédacteur technique