Huiles essentielles L’ingestion n’est pas sans risque

Huiles essentielles

L’ingestion n’est pas sans risque

Publié le : 08/11/2021 

Disponibles sur Internet, en grandes surfaces ou encore en magasins bio, les huiles essentielles ne sont pas toutes destinées aux mêmes usages. Lorsqu’elles sont ingérées à mauvais escient, elles peuvent provoquer des troubles sévères.

 

Qu’elles soient à base de lavande, giroflier ou encore tea tree, les huiles essentielles sont très populaires pour soigner les maux du quotidien. Mais ces produits hautement concentrés ne sont pas anodins. C’est pourquoi il est important de respecter les conseils d’utilisation. Comme le rappelle la revue Prescrire (1), des intoxications surviennent chaque année chez des personnes ayant ingéré des huiles essentielles – soit n’étant pas censées être ingérées, soit à des doses excessives.

La plupart des incidents recensés en France concernent des enfants de 1 à 4 ans (60 %) et sont accidentels. Mais les adultes peuvent eux aussi être victimes d’intoxications. En cas d’incident, il est important de contacter rapidement un centre antipoison ou un service d’urgences, en précisant l’huile ingérée et la quantité, mais aussi l’âge de la victime et les symptômes qu’elle présente.

Avant de tenter d’ingérer une huile essentielle, vérifiez toujours que cela est possible et à quelle dose. En effet, les risques sont nombreux. Le plus souvent, des troubles digestifs (nausées, douleurs d’estomac, diarrhées) ou neuropsychiques (somnolence, hallucinations, convulsions, etc.) surviennent. La gravité des symptômes est généralement liée à la quantité consommée. Mais d’autres troubles plus sévères sont signalés. Les terpènes contenus dans certaines huiles (camphre, thuya, eucalyptus…) sont susceptibles de provoquer des convulsions. Des atteintes aiguës au foie ainsi que des insuffisances rénales aiguës peuvent aussi survenir.

(1) Prescrire, numéro de novembre 2021.

Audrey Vaugrente