Nouvelles peintures de voiture Plus chères à l’achat et à l’entretien

Nouvelles peintures de voiture

Plus chères à l’achat et à l’entretien

Publié le : 13/03/2014 

Nacrée, mate, vernis coloré… Les constructeurs automobiles rivalisent d’imagination pour la peinture de la carrosserie de leurs voitures. Mais ces nouvelles teintes nécessitent un processus d’application particulier et sont plus difficiles à retoucher en cas de dommage. Avec à l’arrivée, une facture plus élevée.

 

 

→ Test Que Choisir : accédez au comparateur Auto

 

Pour se démarquer de la concurrence, les constructeurs automobiles proposent de plus en plus de peintures particulières. Après les teintes nacrées, apparaissent des revêtements inédits comme le noir mat. Des teintes très techniques à obtenir qui utilisent jusqu’à trois couches de produits (peinture plus vernis), jusqu’alors assez marginales et souvent réservées aux modèles haut de gamme.

Aujourd’hui, avec sa couleur « rouge flamme » disponible sur la nouvelle Clio 4, Renault innove et propose une application qui utilise un vernis coloré. Le résultat est plutôt apprécié et cette option rencontre un vif succès. En effet, le constructeur indique qu’environ 25 % de ses ventes ont été réalisées avec cette couleur, ce qui représente presque 26 000 modèles (selon le Comité des constructeurs français d’automobiles, la Renault Clio 4 a été, pour les particuliers, la voiture la plus vendue dans l’Hexagone en 2013 avec 103 172 unités, soit 5,8 % de parts de marché). Le revers de la médaille est que ces voitures, qui commencent à arriver dans les ateliers, nécessitent des interventions plus complexes et plus longues.

50 % de temps supplémentaire pour une réparation

Une peinture traditionnelle se compose d’une ou plusieurs couches de peinture et d’une couche de vernis alors que pour ces nouvelles teintes, les couches se multiplient et le vernis peut même devenir coloré. Comme le souligne un responsable technique d’un fabricant de peinture, « ce type de produits complexes ne pose pas de problème en usine car les constructeurs automobiles maîtrisent le processus d’application et, surtout, parce qu’il est réalisé par des robots ». Mais c’est pour le réparateur que cela devient nettement plus délicat. En effet, pour réparer une voiture recouverte de ces peintures, il faut compter, selon la complexité, environ 50 % de temps supplémentaire et au moins 20 % d’ingrédients en plus. Au final, cela se traduit par une facture gonflée de 20 à 30 % pour l’automobiliste. Pire, certains carrossiers refusent tout bonnement de prendre ces voitures dans leurs ateliers pour éviter les déconvenues. Car outre le temps supplémentaire, les techniques d’application sont également particulières. C’est le cas pour la couleur rouge flamme de la Clio 4, composée d’un vernis coloré qui nécessite une maîtrise parfaite de l’épaisseur de vernis pour s’assurer d’obtenir une teinte uniforme. Il devient alors très difficile de réaliser des retouches et, dans le cas d’une rayure sur une portière par exemple, il peut même être nécessaire de la repeindre entièrement pour avoir un résultat irréprochable.

Pour remédier à ce problème, les fabricants de peintures proposent des formations aux réparateurs pour leur permettre de maîtriser ces nouvelles techniques d’application et garantir aux automobilistes que leur voiture puisse être réparée dans de nombreux ateliers. Donc, renseignez-vous avant de craquer pour une voiture avec peinture dernier cri, car non seulement elles sont plus chères à l’achat mais également à l’entretien.

 

→ Test Que Choisir : accédez au comparateur Auto

Yves Martin