Portabilité du numéro

Le fixe prend exemple sur le mobile

Publié le : 06/04/2013 

D’ici quelques mois, les abonnés à la téléphonie fixe devraient pouvoir changer de fournisseur d’accès à Internet plus facilement, tout en étant certains de conserver leur numéro de téléphone s’ils le souhaitent. L’Autorité des télécoms (Arcep) entend bien simplifier le processus actuel.

 

Conserver son numéro de téléphone fixe lorsqu’on change d’opérateur devrait bientôt être plus simple. L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) vient de lancer une grande consultation sur le sujet. Aujourd’hui, tout abonné qui souhaite changer d’opérateur fixe peut demander à conserver son numéro de téléphone. Le droit à la portabilité du numéro fixe est même inscrit dans le Code des postes et des communications électroniques. L’ennui, c’est que les opérateurs ont mis en place des procédures différentes et ne communiquent pas bien entre eux. Du coup, pour l’abonné, la démarche est compliquée et le risque de perdre son numéro en cours de route bien réel. Il arrive même que certains soient facturés doublement, tout simplement parce que l’ancien opérateur n’a pas été mis au courant du fait que son client est passé à la concurrence.

Vers une portabilité en 3 jours

L’Arcep souhaite simplifier ce processus. D’ici quelques mois, un abonné souhaitant changer d’opérateur devra dans un premier temps, comme pour le mobile, se procurer un relevé d’identité opérateur (RIO). Ce numéro, qu’il communiquera à son nouvel opérateur, facilitera la portabilité et limitera les risques d’erreur. Reste à savoir comment l’abonné aura accès à ce RIO. Sera-t-il disponible auprès du service client ? Faudra-t-il appeler un serveur vocal ? Sera-t-il inscrit sur les factures ? Sur cet aspect, l’Arcep n’a pas encore pris de décision. La portabilité sera aussi plus rapide (3 jours au lieu de 10 dans le meilleur des cas aujourd’hui) et les abonnés devront être régulièrement informés par courriel ou par courrier de l’avancée de la procédure. Et comme pour le mobile, la portabilité entraînera d’office la résiliation de l’ancien abonnement, ce qui n’est pas forcément le cas aujourd’hui. Enfin, des pénalités seront prévues en cas de retard ou d’erreur.

Quelques mois sont nécessaires avant que cette portabilité fixe en 3 jours n’entre en vigueur. En effet, sa mise en place technique s’avère nettement plus compliquée que pour les mobiles. Selon que le client est connecté en ADSL ou en fibre, selon qu’il reste dans le même appartement ou qu’il déménage, les manipulations techniques ne sont pas les mêmes. Et s’il déménage, la procédure varie selon que le nouveau logement est neuf ou a déjà été occupé, selon le délai pendant lequel l’appartement a été inoccupé, selon que le nouveau locataire connaît ou non le numéro de son prédécesseur, etc. Autant de soucis que les opérateurs et le régulateur doivent régler avant de lancer officiellement cette nouvelle organisation. Ce ne sera pas avant 2014.