Redressement judiciaire de Grosbill.com Ce que les clients doivent savoir

Redressement judiciaire de Grosbill.com

Ce que les clients doivent savoir

Publié le : 29/10/2018 

Triste anniversaire pour l’enseigne de produits high-tech. Vingt ans après sa création, GrosBill a été placé en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Paris, et cherche un repreneur. Si l’e-commerçant poursuit normalement son activité pour l’instant, la situation pourrait se dégrader pour les clients en cas de liquidation judiciaire.

 

Pionnier de la vente de matériel informatique en ligne, GrosBill a connu un rapide succès après sa création en octobre 1998, au point d’être acheté par Auchan en 2005. Le distributeur souhaitait se diversifier sur ce créneau de l’équipement high-tech, mais la greffe n’a pas pris, plombée par un rythme d’ouverture de magasins trop soutenu. Entre-temps, les géants du Web sont venus concurrencer durement le petit français.

En 2015, Auchan jette l’éponge et cède le groupe à Mutares, un fond d’investissement allemand spécialiste de l’acquisition d’entreprises en difficulté qui « offrent un clair potentiel de croissance » et qui, une fois redressées, trouveront un nouveau repreneur à meilleur prix. Raté… GrosBill est placé en procédure de sauvegarde en 2017. Mutares le revend à l’un de ses fondateurs, Luc Boccon-Gibod. Mais, malgré ses efforts, ce dernier ne peut redresser la barre. Le 1er octobre 2018, le tribunal de commerce a placé GrosBill en redressement judiciaire, dans l’espoir d’un éventuel repreneur. Le tribunal de commerce de Paris examinera les offres soumises dans les prochaines semaines – un rachat ou la liquidation judiciaire.

À ce jour, « la société poursuit normalement son activité depuis l’ouverture de la procédure de sauvegarde il y a plus d’un an maintenant », rappelle Christophe Thevenot, administrateur judiciaire. Il est donc possible de continuer à acheter ses produits.

Prudence néanmoins. En effet, les consommateurs sont mal protégés en cas de faillite d’un commerçant, comme nous l’expliquions dans notre enquête. Si la faillite devait être prononcée, ce qui n’est pas le cas à ce jour, les clients qui auront commandé un article sur Grosbill.com auraient toutes les peines du monde à être livrés. Et les chances de récupérer sa mise sont minces car, en cas de liquidation judiciaire, les fonds récupérés sont d’abord destinés à payer les salariés, à régler les frais de justice, les impôts et les cotisations sociales, puis à indemniser les fournisseurs. Avec notre outil en ligne consacré aux faillites d’entreprises, vous pouvez toutefois connaître la meilleure attitude à adopter en fonction de votre cas et avoir accès à des explications juridiques, aux textes de loi concernés et à des lettres types.

Elsa Casalegno

Contacter l’auteur(e)