Secours d’urgence Des délais d’intervention parfois préoccupants

Secours d’urgence

Des délais d’intervention parfois préoccupants

Publié le : 29/10/2019 

Les pompiers sont sous tension. Ils alertent notamment les pouvoirs publics sur l’augmentation du nombre d’interventions, alors que les effectifs ne suivent pas. Dans certains départements, les délais de prise en charge s’allongent.

 

Que Choisir a passé en revue les statistiques 2018 relatives aux délais d’intervention des pompiers (de la prise d’appel jusqu’à l’arrivée sur les lieux) que la direction de la Sécurité civile a collectées auprès des départements. Un indicateur de qualité essentiel. En cas d’urgence vitale, toute minute perdue amoindrit les chances de survie ou augmente le risque de séquelles. Côté incendie, un fameux dicton le dit : la première minute, un feu s’éteint avec un verre d’eau, la deuxième avec un seau, et la troisième avec une citerne !

Par rapport à notre précédente enquête sur le sujet, publiée en mai 2017 et basée sur les données de 2015, le délai moyen1 pour répondre à un incendie reste à 20 minutes. Il augmente pour les secours aux personnes et les accidents de la route : 14 minutes au lieu de 13.

A l’heure de la dégradation

Une analyse plus fine montre que la situation se détériore dans certaines zones géographiques. Sur les 71 départements étudiés (les autres ont fourni des données incomplètes ou ne les ont pas transmises), comparés à notre précédente étude, les délais pour répondre à un feu augmentent dans 37 d’entre eux. Pour les secours aux personnes et accidents, les temps d’arrivée sont en hausse dans 31 départements. Certains départements voient néanmoins leurs délais d’intervention baisser (21 départements pour les feux et 15 pour les secours aux personnes et accidents) ou rester stables (13 départements pour les feux et 25 pour les secours aux personnes et accidents).

Quoi qu’il en soit, la situation est très différente selon les lieux où l’on se trouve (voir tableaux ci-dessous). Pour se présenter sur un incendie, les pompiers arrivent en 32 minutes en Ariège, en 28 minutes dans les Alpes-de-Haute-Provence, en 26 minutes dans l’Aude. Mais ils seront sur place en 12 minutes dans le Puy-de-Dôme, les Yvelines ou le Val-d’Oise. Pour les secours aux personnes et les accidents, les écarts sont plus serrés : 21 minutes dans l’Aude, 20 minutes dans les Alpes-de-Haute-Provence mais 11 minutes dans l’Aisne ou le Rhône.

Bien sûr, la configuration géographique et la densité d’habitants peuvent justifier des délais importants, mais cela n’est pas systématique. Un département très rural et/ou montagneux ne signifie pas forcément que les temps d’intervention seront les plus longs.

Des causes multiples

Les causes de l’allongement des délais constatés s’expliquent par le fait que les interventions ne cessent de progresser année après année (en France, une toutes les 7 secondes), que les effectifs sont en baisse (la clé de voûte du système repose sur les pompiers volontaires, moins disponibles et plus difficiles à recruter) et que le système peine à se réorganiser (le secours aux personnes est partagé entre pompiers et Samu). Autant de points qui nécessitent… une intervention urgente des pouvoirs publics.

 

Délai d'intervention incendie (moyenne France : 20 minutes (1))
Puy-de-Dôme, Yvelines, Val-d’Oise 12'
Bas-Rhin, Haut-Rhin, Rhône, Territoire de Belfort 13'
Haute-Savoie 21'
Dordogne 22'
Hautes-Alpes et Cantal 23'
Ardèche 25'
Aude 26'
Haute-Corse 27'
Alpes-de-Haute-Provence 28'
Ariège 32'

 

Délai d'intervention secours à personne/accidents (moyenne France : 14 minutes (1))
Yvelines et Territoire de Belfort 10'
Aisne, Puy-de-Dôme, Haut-Rhin, Rhône 11'
Charente-Maritime 17'
Ardèche 18'
Ariège 19'
Alpes-de-Haute-Provence et Haute-Corse 20'
Aude 21'

(1) Hors Paris (+ départements 92, 93, 94) et Marseille, où les pompiers appartiennent à une unité militaire. En 2018, pour les incendies et le secours aux personnes, les délais – toutes interventions confondues – étaient respectivement de 8 et 9 minutes (hors prise d’appel). Le délai s’entend par le temps écoulé entre la prise de l’appel par les pompiers et l’arrivée du premier engin sur les lieux.

Arnaud de Blauwe

Contacter l’auteur(e)