Seniors

Opération "Bientraitance"

Publié le : 19/10/2008 

Les récents témoignages de maltraitance en maison de retraite diffusés à la télévision ont eu un effet positif : réveil des consciences, mise à pied de salariés et lancement d'un nouveau plan gouvernemental. Voeux pieux ou réelle avancée ?

 

 

 

Image

 

L'impact des médias est évident. Après le documentaire en caméra cachée diffusé par France 3 début octobre montrant négligences, insultes, défauts de soins, avec les témoignages d'ex-aides-soignantes écoeurées par leurs conditions de travail, les réactions ne pouvaient manquer. Le 16 octobre, soit une semaine avant la diffusion d'un autre reportage de même nature sur France 2, la secrétaire d'État aux personnes âgées, Valérie Létard, a lancé une opération « Bientraitance » destinée, en priorité, aux personnes âgées en établissement. Madame Létard annonce qu'elle saisira le procureur de la République pour chaque cas de maltraitance et qu'elle intensifiera les contrôles surprises. Effet d'annonce ou réelle volonté ? Quand on sait que faute d'effectifs, les établissements sont aujourd'hui inspectés une fois tous les 10 ans (600 contrôles/an environ), on se demande comment cela pourra se concrétiser. Un processus d'autoévaluation sera également lancé avec les directeurs, en concertation avec les familles (via le Conseil de vie sociale, obligatoire, rappelons-le). Du positif en sortira sûrement, mais les chefs d'établissement ne manqueront pas de rappeler aux pouvoirs publics que les budgets qui leur sont alloués ne leur permettent pas d'embaucher davantage de personnel, ni de bien le former. Cette maltraitance-là est budgétaire. Le collectif des 31 organisations représentant ou intervenant auprès des personnes âgées et des handicapés vient de la dénoncer en refusant de voter le budget alloué à ces deux secteurs (Objectif de dépenses d'assurance maladie, ONDAM) lors du dernier conseil de la Caisse nationale de solidarité à l'autonomie. Le taux d'encadrement actuel est de 5 personnes pour 10 résidents, loin de l'objectif du Plan Solidarité grand âge (10/10).

Plan massif de formation

On portera un regard plus intéressé sur l'annonce d'un plan massif de formation des 250 000 personnes qui aident nos aînés au quotidien. En 3 ans, elles apprendront les techniques adaptées à l'évolution de la perte d'autonomie et de la maladie d'Alzheimer. Tout un savoir-faire. Pour cela, 132 millions d'euros vont être débloqués.

La secrétaire d'État va enfin relancer une campagne d'information sur le 39 77 « Allô maltraitance ». On y signale tous les cas touchant les personnes âgées et les handicapés, à domicile comme en structure d'hébergement. Depuis son lancement, il a reçu plus de 30 000 appels, ce qui a donné lieu à l'ouverture de 4 555 dossiers (dont on attend les suites) ; 13 % des appelants sont des professionnels (ils ont en effet l'obligation de dénoncer ce type de situation) et 74 % des dossiers concernent des situations à domicile. Donc une maltraitance par les proches.

Micaëlla Moran